Le Centre spatial universitaire de Montpellier prêt à décoller

 |   |  505  mots
La fondation Van Allen, soutien majeur du projet de Centre spatial universitaire, a été inaugurée le 5 décembre. Son ambition est de placer Montpellier sur l'échiquier mondial du nano-satellite.  

Créée en novembre 2012, la fondation Van Allen de l'Université Montpellier 2 (UM2) a été inaugurée le 5 décembre 2013. Dédiée aux nano-satellites, elle a pour mission de développer, promouvoir et financer la formation des étudiants à travers la réalisation de nano-satellites universitaires.

L'inauguration s'est déroulée en présence du préfet de Région Pierre de Bousquet, du président du Conseil régional Christian Bourquin, et du recteur d'Académie Armande Le Pellec Muller. Mais aussi de Marc Picher et Franco Ongaro, respectivement directeur des agences spatiales française (Cnes) et européenne (ESA), et de Charles Elachi, directeur du Jet propulsion laboratory de la Nasa. Étaient également présents les dirigeants des entreprises 3D Plus (Pierre Maurice), Astrium (Michel Le Moine) et Intespace (Franck Airoldi), industriels leaders du secteur spatial et membres fondateurs de la fondation.

Un événement qui permettait de sceller la création du premier Centre spatial universitaire (CSU) de France, qui associera étudiants, chercheurs et entreprises sur le campus de l'université.

Centre de recherche de pointe à la fois sur les plans académique et industriel, le Centre spatial universitaire sera aussi « le siège d'une pédagogie renouvelée, incluant étudiants d'IUT, de licence, de master et de doctorat au sein de projets ambitieux et innovants » explique Michel Robert, président de l'UM2. Au total, « une démarche d'innovation qui reliera tous les acteurs de ce partenariat au bénéfice des emplois de demain ».

La Région s'est fortement mobilisée dans ce projet d'implantation du CSU, confirmant une volonté commune de placer Montpellier sur l'échiquier mondial dans le domaine des nano-satellites, un marché jugé stratégique pour la France. Un protocole d'accord associant la Région, l'État, l'UM2, la Fondation Van Allen et les entreprises a été signé ce 5 décembre.

Quatre entreprises devraient s'installer sur le site du CSU, dans un bâtiment de 2 000 m2 sur le campus Saint-Priest, dont la livraison est prévue en 2015 : Intespace (qualification de satellites), Trad (tests et radiation sur l'électronique), Systheia (caméras miniaturisées) et Technalia (robotique industrielle).

Un potentiel de création d'une centaine d'emplois est d'ores et déjà évoqué.

L'épopée Robusta, premier nano-satellite étudiant français envoyé dans l'espace le 13 février 2012, n'est que le début d'une belle série de projets. Petit frère de Robusta, le satellite Robusta 1B servira à recueillir des données sur la dégradation des composants électroniques dans l'espace pour développer une norme internationale. Le satellite RCube permettra, quant à lui, de mettre en orbite des technologies très innovantes qui n'ont encore jamais décollé. Enfin le satellite Méditerranée verra le jour en 2017 et permettra de récupérer des données atmosphériques pour affiner la prévision des épisodes cévenols.

Cécile Chaigneau

Lire également
L'Europe soutient les nano-satellites du CSU
Les caméras hyper miniaturisées de Systheia

Légende : Les étudiants de l'UM2, en pointe sur les nano-satellites.
Crédit photo : UM2

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :