Les canadairs déménageront à Nîmes-Garons en 2016

 |   |  318  mots
Les pompiers du ciel étaient jusqu'ici basés à Marignane. 350 emplois seraient amenés à être déplacés dans le Gard. Le coût de l'opération est estimé à 8 M€.

La sécurité civile, installée depuis les années 1960 sur l'aéroport provençal de Marignane, déménagera sur la base de Nîmes-Garons, à l'horizon 2016.

Ainsi en a décidé, lundi 14 janvier, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls (PS). Le choix de Nîmes-Garons, pour réinstaller la base avions de la sécurité civile (BASC), « est apparu comme la meilleure solution », précise le ministère dans un communiqué.

La possibilité d'installer la BASC sur l'aéroport militaire de Salon-de-Provence avait également été évoquée.

L'option a toutefois été balayée par les services du ministère qui pointent, en Provence, « le caractère inondable d'une partie du site, les besoins de l'armée de l'air (notamment pour la formation des élèves pilotes) et l'installation de nouvelles activités sur la plate-forme. »

Environ 350 emplois, dont 125 pour la seule sécurité civile - le reste étant lié à la maintenance et aux activités connexes -, pourraient ainsi déménager dans le Gard, par le seul fait de la réinstallation de la base.

Les raisons qui poussent aujourd'hui le ministère de l'Intérieur à réinstaller à la base à seulement dix minutes de vol de ses pistes d'origine sont liées au développement commercial de l'aéroport de Marseille Provence, qui interdit tout développement de la sécurité civile.

Le coût de ce déménagement est estimé à « environ 8 millions d'euros » par Jean Denat, vice-président du Conseil général du Gard.

Mardi 15 janvier, devant la chambre haute du Parlement, le sénateur-maire de Nîmes Jean-Paul Fournier (UMP) a interrogé Manuel Valls sur le choix opéré par ses services, juste avant qu'il ne soit rendu officiel.

650 emplois sont actuellement installés sur la base de Nîmes-Garons.

Thomas Tedesco

Légende : Les canadairs étaient installés à la BASC de Marignane depuis les années 1960.
Crédit photo : Creative Common


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :