Figure sacrée à Carcassonne

 |   |  413  mots
La Madeleine repentante de Simon Vouet
La "Madeleine repentante" de Simon Vouet (Crédits : DR)
Le Musée des Beaux Arts de Carcassonne (11) consacre, jusqu'au 24 mai, une exposition exceptionnelle à Marie Madeleine, personnage biblique mythique et inclassable.

Il ne fallait pas moins d'une exposition itinérante pour aborder l'une des saintes les plus vénérées, Marie Madeleine. Après le monastère royal de Brou et avant le musée de la chartreuse de Douai, c'est au tour du Musée des Beaux Arts de Carcassonne (11) de présenter, jusqu'au 24 mai 2017, l'exposition « Marie Madeleine, La Passion révélée ».

« Pécheresse et repentante, voluptueuse et ascète, mondaine et ermite, Marie Madeleine a inspiré de nombreux artistes. Aussi, il nous est apparu intéressant de creuser ce thème et de voir ce qu'on trouvait, tant du point de vue religieux que des œuvres d'art », explique Marie-Noëlle Maynard, conservatrice du Musée des Beaux Arts de Carcassonne.

De Simon Vouet à Rodin

Du XIIe siècle où le culte lié à ses reliques se développe, jusqu'à Dan Brown qui la met au cœur de son Da Vinci Code, Madeleine, personnage aux infinies facettes, premier témoin de la Passion et de la Résurrection du Christ, n'a cessé de fasciner et de nourrir l'imagination. Abordant cette très large période, l'exposition met en lumière, selon une sélection thématique en huit parties, l'éclectisme et la diversité de ses représentations par des artistes renommés.

Car qu'ils soient français, allemands, flamands, néerlandais, italiens et espagnols, de nombreux artistes se sont penchés sur le destin de Marie-Madeleine. Repentante chez Vouet, en prière chez Guido Reni, pénitente chez Geerit Van Honthorst ou Laurent Pecheux, au pied du Christ dans un manuscrit enluminé datant du Moyen Age ou témoin de la crucifixion chez Adrien Ysenbrandt ... à travers des approches et des courants artistiques spirituels et théologiques très différents, tous ces grands maitres célèbrent à leur manière le culte de cette figure sacrée et légendaire. Quant à Auguste Rodin, il en a fait une sculpture érotique (Le Christ et la Madeleine) hautement sensuelle.

« Madeleine est profondément inscrite dans la culture européenne et l'histoire de l'art » précise Marie-Noëlle Maynard.

Peintures, sculptures, gravures ou objets d'art...au total ce sont plus de 100 chefs d'œuvres (issus de Musées ou de collections particulières) qui témoignent de l'engouement pour cette figure féminine finalement très contemporaine.

Musée des Beaux Arts de Carcassonne, 15 boulevard Pelletan. Tél. : 0468777370. Ouvert du mardi au samedi et le 1er dimanche du mois. Entrée libre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :