Un nouveau Centre d’Art Contemporain à Nîmes

 |   |  516  mots
Le Nîmois Bernard Riou dirige le CACN
Le Nîmois Bernard Riou dirige le CACN (Crédits : CACN)
L’offre culturelle de la région Occitanie s’étoffe. Inauguré le 21 avril, le Centre d’Art Contemporain à Nîmes (CACN), est la première institution de ce genre dans le département.

À voir l'affluence du public vendredi 21 avril au vernissage de son exposition inaugurale, le tout nouveau Centre d'Art Contemporain de Nîmes promet de s'inscrire comme un lieu de convergence dynamique. Piloté par le Nîmois Bertrand Riou, qui estime à 140 000€ le budget anuel de fonctionnement, le CACN se veut un espace de production, d'exposition et de diffusion ainsi qu'un centre de recherche pour les commissaires d'expositions et les artistes en résidence.

Subventions en cours

« À la différence des FRAC ou des musées comme le Carré d'Art, le CACN n'a pas vocation à se constituer une collection mais à diffuser la scène artistique régionale, nationale, européenne et internationale, avec une vraie volonté d'ouverture sur le monde », explique le jeune directeur Bertrand Riou.

Membre de l'association des commissaires d'expositions en France (CEA), Bertrand Riou a déjà une belle connaissance du milieu institutionnel puisqu'il a fait ses armes au Centre National d'Art Contemporain de Nîmes, au CRAC de Sète et au CAIRN (Centre d'Art de Dignes les Bains) avant de s'investir, en fonds propre, dans cette aventure artistique.

« Le CACN n'est pas en régie directe mais sous l'égide d'une association loi 1901 ; il sera ouvert toute l'année du mardi au samedi et emploie pour l'heure 3 salariés et 8 bénévoles, détaille Bertrand Riou. Des demandes de subvention auprès de la Ville de Nîmes, la Région Occitanie et la Drac de Montpellier sont en cours, d'autres se feront au cas par cas comme le CNAP (Centre National des Arts Plastiques) et le Conseil départemental du Gard. Je suis confiant, les indicateurs sont d'ores et déjà bons. »

« L'ouverture d'un nouveau Centre d'Art Contemporain à Nîmes est une très bonne nouvelle se réjouit de son côté Daniel Jean Valade, adjoint délégué à la culture de la ville de Nîmes. D'autant que ce projet ambitieux est proposé par un ancien étudiant de l'École des Beaux Arts de Nîmes qui est sorti de son pré carré pour ensuite revenir chez soi. Dans une période où la culture est importante mais parfois malmenée, le CACN ouvre de nouveaux horizons. »

Explorations

Aménagé dans une ancienne ferronnerie, l'espace d'exposition (140 m2) aura vocation de laboratoire d'expérimentations, sorte de passerelle intergénérationnelle entre les étudiants de l'École des Beaux Arts et des artistes internationaux. Une vision élargie en cohérence avec la thématique de la première exposition collective intitulée Explore - référence au néologisme de Paul Ardenne évoquant l'idée de parcourir des lointains rivages -, qui met en avant les propositions de 11 artistes.

On découvre en outre la genèse du projet de l'ours dans lequel le performer Abraham Poincheval est resté enfermé plusieurs jours, les constructions photographiques architecturales de Elena Salah ou encore les images hors zones d'Audrey Martin.

Au rythme de quatre à cinq expositions annuelles gratuites (la prochaine abordera la thématique d'Internet), le CACN entend s'ancrer fortement dans le tissu local et intégrer à terme le réseau Des Centres d'Art.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2017 à 8:52 :
Pas d'adresse du lieu ni du site?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :