Montpellier Cité Créative aura son Tiers-lieu

 |   |  654  mots
Vue d'artiste du futur Tiers-lieu, imaginé par R. Aviani, C. Goutes et A. Revel
Vue d'artiste du futur Tiers-lieu, imaginé par R. Aviani, C. Goutes et A. Revel (Crédits : DR)
Philippe Saurel, président de la Métropole montpelliéraine, a présenté, le 30 juin, le Tiers-lieu qui intègrera en 2018 le projet de futur quartier dédié aux industries culturelles, sur le site de l'ex-EAI. Cette structure à vocation collaborative (4 000 m2), développée et commercialisée par Illusion & macadam, accueillera jusqu'à 200 acteurs de la filière.

Dans le cadre de la vaste opération de requalification du site de l'ex-EAI (école d'application de l'infanterie) baptisée Montpellier Cité Créative et pilotée par la Métropole, les annonces s'enchaînent : après la présentation du projet de campus créatif de l'ESMA en mars, c'est un autre équipement phare, le Tiers-lieu de ce futur quartier ciblant les industries culturelles et créatives (ICC), qui a été dévoilé à la presse, le 30 juin. Ce projet est développé par la société coopérative montpelliéraine Illusion & macadam.

"Le secteur des ICC représente 1,3 million d'emplois en France et Montpellier est bien lotie, avec de grands groupes comme Ubisoft, une cinquantaine d'entreprises et de nombreuses écoles dont l'ESMA et ArtFx sont les fers de lance, évalue Chantal Marion, vice-présidente de la Métropole en charge du développement économique. Nous souhaitons créer un cluster ciblé sur les ICC, avec un lieu vivant que sera le Tiers-lieu."

Une nouvelle dynamique de fond

Ce Tiers-lieu sera un espace de 4 000 m2 aménagé dans l'ancienne halle de maintenance de l'EAI, se constituera de bulles de travail et de rencontre évolutives et modulables. L'ambition de Sébastien Paule, gérant d'Illusion & macadam, est d'y accueillir jusqu'à 200 acteurs de la filière des ICC afin de "favoriser la collaboration et l'émergence d'un lieu de référence pour ces acteurs".

"Si les tiers-lieux se développent autant, c'est parce qu'ils répondent et concrétisent les nouveaux enjeux de l'économie collaborative, de l'intelligence collective, de l'open innovation, etc., affirme-t-il. Nous nous adressons à tous ceux qui s'inscrivent dans une approche entrepreneuriale ouverte à l'innovation."

Selon le bail signé avec la SERM-SAAM, l'espace sera mis à disposition d'Illusion & macadam, après des travaux de mise aux normes de sécurité (600 000 €), pour une durée de onze ans, contre un loyer modéré de 15 €/m2. L'investissement porté par la société coopérative elle-même sera de 2 M€, qu'elle finance par un tour de table associant "des acteurs publics et privés de l'ESS", en cours de finalisation.

Illusion & macadam se rémunèrera par la location d'espaces de travail, mais aussi à travers l'offre de bars et restaurants qui sera installée sur le site, et par la privatisation des lieux à l'occasion d'événementiels. Les travaux démarreront à la rentrée, en vue d'enregistrer les premières installations dès 2018.

Des partenaires déjà signés

Outre Illusion & macadam, spécialisée dans l'accompagnement du secteur culturel, d'autres partenaires se sont officiellement engagés dans la démarche : l'incubateur Créatis, SMart (plate-forme de production de projets), Push Start (l'association des entreprises du jeu vidéo) ou encore KissKissBankBank, leader européen du financement participatif. "Ce partenariat profitera de l'ouverture récente de notre antenne sur le Sud-Est, afin de mieux accompagner les porteurs de projets, à qui nous proposerons de la formation : les projets accompagnés par des incubateurs, des mentors et des investisseurs réussissent dans 80 % des cas leur campagne de crowdfunding", estime Fanny Havas, responsable du développement Paca de KissKissBankBank.

En plus du Tiers-lieu et du campus de l'ESMA, le futur quartier Montpellier Cité Créative abritera d'autres projets tels que le Cocon (un lieu d'animation culturelle centré sur la vidéo, les arts numériques et la musique) ou une offre immobilière dédiée aux TPE-PME et grands groupes.

"Le Tiers-lieu donne à Montpellier son nouveau visage : celui du futur, avec les ICC, déclare Philippe Saurel, président de la Métropole. Nous n'avons pas d'industrie lourde, mais nous construisons une nouvelle présence sur le cinéma, l'animation, les jeux vidéo, etc. Si l'Etat conserve des missions régaliennes, ce sont les villes qui, aujourd'hui, construisent la planète et deviennent des lieux de focalisation économique."

Le secteur des ICC génère des revenus de 84 Mds € par an en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :