Montpellier : du théâtre au profit des Restos du cœur

 |   |  447  mots
(Crédits : Sophie Combe)
Vendredi 30 janvier au profit des Restos du Cœur, les comédiens de la compagnie amateur La Mandrag’Or proposent un rendez-vous théâtral autour de l’intrigue tragi-comique de Jean Cocteau, Les Parents terribles.

Terribles, les parents ? Dans la pièce de Jean Cocteau écrite en 1938 avant d'être adaptée dix ans plus tard au cinéma, ça ne fait pas l'ombre d'un doute. La mère (Yvonne) idolâtre son fils (Michel) au point d'en délaisser son mari (Georges). Mari qui se console dans les bras d'une jeune fille (Madeleine). L'affaire se corse quand Michel ramène à la maison sa fiancée, qui n'est autre que Madeleine. Le tout magistralement manipulé par Léo, la sœur d'Yvonne.

La machine infernale s'emballe dans cette intrigue à huit clos, hissant le vaudeville de départ au rang de la tragédie grecque. « J'ai voulu essayer ici un drame qui soit une comédie et dont le centre même serait un nœud de vaudeville », déclarait Jean Cocteau en préface de la pièce.

Mise en scène fantastique

Dans l'interprétation livrée vendredi 30 janvier par la compagnie la Mandrag'Or au bénéfice des Restos du Coeur, pas de porte qui claque, pas de décor bourgeois mais une ambiance très « sixties ». Les textes (2h15 à l'origine) ont été ramenés à 1h30 de représentation et les parents sont redoutables.

« Je trouve la pièce violente, je l'ai rendue violente en ajoutant des mouvements corporels représentés par trois danseurs symbolisant les dieux de l'au-delà », confie la metteur en scène Corinne Néel qui a choisi de matérialiser cette violence en y apportant une dimension fantastique. « Ils sont là, témoins de ce déroulement inéxorable, comme dans une tragédie grecque », reprend-elle.

Dans la pièce de Jean Cocteau, plus les personnages sont odieux, plus le drame en devient comique. Le même mécanisme est reconduit ici. « Le rire peut être simplement une défense car on n'aimerait bien que ça nous arrive pas », reconnaît Corinne Néel qui reprend : « C'est du vrai théâtre avec des vraies performances d'acteurs. J'ai une équipe fantastique qui incarne merveilleusement les personnages, avec subtilité ». En juin dernier lors de la première, les comédiens de la compagnie amateur La Mandrag'Or avaient fait salle comble au théâtre Jean Villar. Vendredi 30 janvier à la Maison pour tous Léo Lagrange, ils apporteront encore une fois la preuve que, 70 ans après leur création, ces "Parents terribles" n'ont pas pris une ride.

Informations pratiques : Tarifs : 5 € au profit des Restos du Cœur (250 places, pensez à réserver). Maison pour tous Léo Lagrange - 155 avenue de Bologne - 34080 Montpellier - Tél. : 04 67 40 33 57
19h : apéritif dînatoire en musique (vente de sucré/salé par l'association Tin Hinan). Début de la représentation : 20h30

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2015 à 15:31 :
Très belle initiative ! Dommage, j'ai loupé cet événement !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :