Les Pourcel ouvrent un pop-up restaurant à Montpellier

 |   |  484  mots
(Crédits : Édouard Hannoteaux)
Le 20 mars 2016, les Pourcel tireront définitivement le rideau du Jardin des Sens, la plus célèbre institution gastronomique de Montpellier. En short-list sur le projet de la Canourgue dans l’Écusson, où ils projettent de reconquérir leurs étoiles en 2018, les jumeaux ouvrent dans l’intervalle un pop-up restaurant, avenue de la Mer.

La rumeur tournait depuis plusieurs jours à Montpellier, avec la fermeture annoncée le 3 janvier 2016 de la célèbre institution de l'avenue Saint-Lazare, le Jardin des Sens, finalement repoussée au 20 mars 2016. Les jumeaux Pourcel ont décidé de jouer les prolongations avenue de la mer, dans un local dont l'acquisition est en cours.

Un nouveau concept

Ils projettent d'y ouvrir un pop-up restaurant (dont le nom reste à trouver), qui sera inauguré au printemps 2016. Jacques et Laurent Pourcel, ainsi que leur associé Olivier Château poseront leurs valises « pour quelques mois » dans cette ancienne bâtisse « aménagée de façon légère » (800 000 € d'investissement) sur 1 000 m2.

Pour cette nouvelle signature, les Pourcel promettent « un lieu très inattendu sur un secteur qu'on n'a pas encore touché : 250 couverts, un concept combinant plusieurs modes de restauration avec un comptoir à fromages, un autre à charcuterie, un bar à tapas, un restaurant, un bar à vins ».

En short-list pour La Canourgue

Le calendrier initial a pris du retard. Il devait permettre aux jumeaux d'opérer la bascule entre l'avenue Saint-Lazare et la place de La Canourgue, dans le centre historique de Montpellier, où ils projettent l'ouverture d'un restaurant gastronomique (40 couverts), d'un hôtel (16 chambres et 4 appart' hôtels), d'un spa et d'un bar à thèmes.

En short-list face à Altarea Cogedim-BNP Paribas pour la reprise de l'ancienne mairie Richer-de-Belleval, Jacques, Laurent Pourcel et Olivier Château rentrent dans la phase finale du projet. À leurs côtés, le promoteur immobilier Hélénis, qui investit 12 M€  (acquisition comprise), pour une ouverture de l'établissement - si leur candidature est retenue fin décembre - en 2018.

« À la Canourgue, on part sur un nouveau Jardin des sens : nouvelle carte, nouvelle vaisselle, nouveau look, seule l'équipe est transférée et augmentée (pour passer de 30 à 65 salariés, NDLR). C'est clairement un nouvel outil de travail pour aller chercher, au minimum, la deuxième étoile », affirme Olivier Château.

« On y va sur la pointe des pieds, renchérit Jacques Pourcel. C'est une place chouchoutée par les Montpelliérains. On veut aussi un endroit qui bouge, avec une cour intérieure très belle que l'on souhaite ouvrir à tout le monde... Un lieu qui va perdurer après nous, pour marquer l'histoire de l'hôtel Richer-de-Belleval par un passage Pourcel. »

Reconquérir les étoiles

En attendant mars 2016, la fermeture de l'avenue Saint-Lazare a ravivé la fidélité des Montpelliérains pour leur Jardin des sens : l'établissement affiche complet, midi et soir, comme au temps de l'insolente réussite des frères Pourcel, qui avaient conquis leur troisième étoile à seulement 33 ans, en 1998.

« Il y a 27 ans on nous disait "vous ouvrez dans l'avenue du cimetière Saint-Lazare"... Aujourd'hui, c'est la rue du Jardin des sens », sourit Jacques Pourcel qui promet une fermeture en beauté pour ce vaisseau amiral de la marque Pourcel (jusqu'à 18 établissements et 250 employés dans le monde).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2015 à 13:57 :
Bonjour,
le manque d'humainisme de certains, leur frustations personnelles et autres les persuadent qu'un échec est une condamnation à vie...Pourtant dans beaucoup d'autres cultures, l'échec est un moyen de montrer que l'on avance, que l'on est capable d'entreprendre et surtout de réussir.
Ne croyez surtout pas que les grands de ce monde (et pas seulement sur le point financier) ont laissé leur marque sans avoir échoué. L'échec est possible mais il n'arrive qu'à ceux qui entreprennent et qui cultive suffisemment leur rêves pour les faire partager aux autres.
Dommage qu'il n'y ait justement pas pléthore de gens ayant ce courage que les trop nombreuses critiques des jaloux et frustrés viennent en général massacrer
a écrit le 30/11/2015 à 10:18 :
Les POURCEL sont à l'image de tous ces chefs "mégalos" qui vont d'échecs en échecs et de déceptions en déceptions. Naturellement, dame "communication" passant par là, le nouvel établissement sera encore plus somptueux que le précédent. Je crie haut et fort aux POURCEL(S): attention, votre Confrère Marc VEYRAT s'est effondré dans son Etablissemment "phare" de VEYRIER-LE-LAC parce-qu'il voyait "trop grand". Et pourtant, cette "Maison" reprise pas son "Premier" marche actuellement très bien. Très sincèrement, je ne suis pas sûr qu'il existe un marché suffisant sur la Ville de MONTPELLIER pour faire vivre un telle entreprise. Vos expériences catastrophiques du passé devraient vous encourager à davantage de prudence.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :