"Le rôle déterminant de la donnée pour le futur de la ville intelligente"

 |   |  498  mots
(Crédits : Synox)
Le développement des programmes de type Smart City n’exonère pas leurs concepteurs du débat grandissant sur l’utilisation des datas. Selon Emmanuel Mouton, CEO de Synox, vice-président de FrenchSouth.digital, la ville connectée doit se saisir de cet enjeu, et lancer toutes les expérimentations et toutes les coopérations nécessaires pour créer les conditions d’une acceptation par les habitants et futurs bénéficiaires.

Les villes vivent une véritable transformation. Le concept de Smart City, jusqu'alors dessiné par la vision des grands groupes, aborde une nouvelle phase d'expérimentation grandeur nature dans de nombreuses métropoles. La ville intelligente est en train de mûrir et se voit confronter à de réelles problématiques liées à l'acceptation de nouveaux usages par les citoyens. Comment peut-elle apporter plus de confiance à ses citoyens ?

La ville, garant de confiance

De nombreux citoyens pensent encore que la technologie peut nuire à leur vie privée. Il est clair que cette tendance est le résultat d'un manque d'informations. Nous avons pourtant dépassé depuis longtemps l'ère Big Brother, qui avait donné naissance à la CNIL (commission nationale de l'informatique et des libertés, NDLR). Les risques d'atteinte à la vie privée sont un sujet de préoccupations majeures pour les institutions. Pour autant, il est primordial pour la métropole d'être en mesure de garantir à ses citoyens que l'utilisation faite des données est soumise à des règles strictes de protection de la vie privée.

La ville, souveraine de la donnée

Aujourd'hui, la ville doit montrer qu'elle sait appréhender l'ensemble des risques liés au développement des objets connectés sur son territoire. De la captation de la donnée, en passant par la sécurisation, l'analyse jusqu'à son exploitation, garder la souveraineté des données est devenu un enjeu essentiel pour le territoire intelligent. Ce sont là autant de bases à poser pour garantir une infrastructure communicante, durable, interconnectée et sécurisée, qui amène la confiance des citoyens.

Dans cette optique de nouvelles expérimentations voient le jour, où la ville prend en charge le pilotage et la supervision de sa propre infrastructure d'objets connectés. Elle devient aussi le centre de stockage et de traitement de la donnée. La maîtrise par la Cité de toutes les briques technologiques d'un projet d'objet connecté est ainsi devenue un enjeu majeur. Dans cet esprit, des Métropoles comme Montpellier, Rennes ou Lyon ont déjà enclenché la démarche.

La ville, en étroite relation avec le monde privé

Une nouvelle relation se construit désormais entre le monde institutionnel et privé, avec les entreprises innovantes du tissu économique local. Des synergies se créent, sans lesquelles rien ne serait possible pour nourrir de nouvelles réflexions sur la ville de demain. Ces relations entre sphères publiques et privées permettront d'amener une intégration raisonnée des nouvelles technologies sans perturber l'équilibre du quotidien des usagers du territoire. Un travail de concert qui, sous couvert de protection des données individuelles et collectives, permettra au citoyen de devenir à terme acteur de son quotidien au sein de son territoire.

Reste à la ville intelligente de montrer le chemin aux citoyens et entreprises pour qu'ils puissent tirer parti, voire influencer les changements apportés pour les nouveaux usages et services de la Smart City, au lieu de les subir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :