Consultation sur le futur nom de la région : nette préférence pour Occitanie

 |   |  632  mots
(Crédits : Rémi Benoit)
Le 16 juin, Carole Delga, présidente de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a révélé face à la presse les résultats de la consultation citoyenne opérée pendant un mois sur le choix du futur nom de la région. Mais le nom arrivé en tête ne sera pas forcément celui qui sera retenu par les élus régionaux.

Le processus de consultation de la population de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées sur le nom de la région s'est achevé le mercredi 15 juin, après la validation des derniers bulletins papiers envoyés vendredi 10 juin minuit (cachet de la poste faisant foi), « conformément au planning annoncé », précisent les services de la Région LRMP dans un communiqué.

Cette consultation populaire, qui s'est déroulée entre le 9 mai et le 10 juin, a reçu 203 993 avis : 164 826 participants sur la plate-forme internet, et 39 167 sur bulletins papier par voie postale.

Les participants à la consultation étaient invités à classer par ordre de préférence les cinq noms proposés : Languedoc, Languedoc-Pyrénées, Occitanie, Occitanie-Pays catalan, Pyrénées-Méditerranée.

Consultation sécurisée

Les résultats ont été transmis le 16 juin à Carole Delga, présidente de Région, et Gérard Onesta, président du groupe EELV et président du Bureau de l'Assemblée, avant une réunion de l'exécutif, consacrée à ces résultats.

« Cette consultation, inédite en France, a été parfaitement sécurisée et nous avons évité les doubles votants, assure Carole Delga devant la presse le 16 juin, évoquant un dépouillement « très scrupuleux ». Ainsi, 13 000 bulletins n'ont pas été déclarés conformes. »

Dans les classements par rang, « Occitanie » est arrivé en tête 91 598 fois (44,90 %), « Languedoc-Pyrénées » 35 310 fois (17,91 %), « Pyrénées-Méditerranée » 31 867 fois (15,31 %), « Occitanie-Pays catalan » 24 784 fois (12,15 %), et « Languedoc » 20 434 fois (10 ,01 %).

Par ailleurs, c'est « Languedoc-Pyrénées » s'est classé le plus fréquemment au 2e rang (53 497 fois), devant « Pyrénées-Méditerranée » (49 096 fois), « Occitanie-Pays catalan » (35 765 fois), « Languedoc » (35 520 fois) et « Occitanie » (30 115 fois).

A la moulinette Condorcet

La Région a opté pour la méthode de calcul mathématique de Condorcet afin de permettre « une prise en compte fine et équitable de l'ensemble des avis ».

« Cette méthode permettra ainsi de déterminer le classement des diverses propositions de noms, mais également combien de fois chacune d'entre elle est arrivée et en quelle position », fait valoir la collectivité.

Car en effet, le dépouillement du scrutin consiste à simuler l'ensemble des duels possibles : pour chaque paire de candidats, on détermine le nombre d'électeurs ayant voté pour l'un ou l'autre, selon comment l'un était classé par rapport à l'autre. L'unique candidat remportant tous ses duels est le vainqueur du scrutin.

Dans le cas présent, c'est donc « Occitanie » qui tient le haut de l'affiche, l'emportant dans les quatre duels avec les autres noms possibles : à 75 % face à « Occitanie-Pays catalan », à 69 % face à « Languedoc », à 62 % face à « Pyrénées-Méditerranée », et à 58 % face à « Languedoc-Pyrénées ».

Quant à « Languedoc Pyrénées », il l'emporte dans trois des quatre duels.

« Je ne veux pas d'un nom qui divise »

« Les résultats montrent clairement que « Occitanie » est en tête, constate l'élue. Maintenant, il faut laisser aux élus le temps de s'approprier ces résultats. Dans les prochains jours, nous allons discuter tous ensemble, élus, acteurs économiques et tous ceux qui pourraient se sentir exclus, comme les Catalans par exemple. Je ne veux pas d'un nom qui divise mais qui fasse union ! »

Car le nom arrivé en tête ne sera pas forcément celui qui sera retenu par les élus régionaux. A la question du poids qu'aura cet avis citoyen dans la décision de l'assemblée régionale, la présidente de Région se veut très claire.

« La décision appartient aux élus régionaux, mais nous devons tenir compte du signal qu'envoient les citoyens. Il faut maintenant qu'on ait un dialogue. Nous devrons opter pour un nom qui fédère. »

Le nom sera définitivement choisi par les élus régionaux lors de l'Assemblée plénière du 24 juin, puis proposé au Conseil d'État, qui aura donc le dernier mot en octobre prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :