Primaires citoyennes : Hamon s'impose aussi dans l'ex-LR

 |   |  458  mots
Manuel Valls et Benoît Hamon, se congratulant au siège du PS le 29 janvier, sous les yeux du Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis
Manuel Valls et Benoît Hamon, se congratulant au siège du PS le 29 janvier, sous les yeux du Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis (Crédits : Parti socialiste)
Au terme du 2nd tour des primaires de la Belle Alliance Populaire, le score de Benoît Hamon confirme la tendance nationale, avec une moyenne de 54 % des voix face à Manuel Valls (46 %). L'ex-Premier ministre termine et tête, toutefois, dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales.

L'ex-ministre de l'Économie sociale et solidaire, et ex-ministre de l'Éducation nationale, Benoît Hamon, confirme dans l'ex-Languedoc-Roussillon la tendance qui l'a vu s'imposer candidat du Parti Socialiste à l'élection présidentielle de 2017, au terme du 2nd tour des primaires citoyennes du 29 janvier : il devance assez largement son adversaire Manuel Valls avec une moyenne de 54 % des voix - à un niveau toutefois inférieur à son résultat national (59 %, contre 41 % crédités à l'ex-Premier ministre).

Benoît Hamon réalise ses meilleurs scores dans l'Hérault, avec 58,7 % des voix (contre 41,3 % à Manuel Valls) et dans le Gard, avec 57,7 % (contre 42,3 %). Il obtient également un score de 55,4 % en Lozère, où Manuel Valls échoue à 44,6 %.

Néanmoins, l'ex-Premier ministre limite les dégâts dans les départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Manuel Valls y atteint, en effet, la barre de 51,5 % et de 50,3 % des voix, respectivement.

"La gauche est debout"

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et ex-secrétaire d'État au commerce du gouvernement de Manuel Valls, n'avait pas caché son soutien à ce dernier.

"Je prends acte des résultats nets de cette primaire et de la victoire de Benoit Hamon que je félicite, réagit-elle. Je me réjouis de la plus grande mobilisation populaire lors de ce second tour qui démontre une volonté des électeurs de gauche de se faire entendre. La situation demande unité et rassemblement et, d'abord, à partir de nos territoires car nous savons que c'est là que tout commence. J'attends de ce point de vue des actes forts car nous avons à peine trois mois pour empêcher la droite et l'extrême droite d'être au second tour de l'élection présidentielle."

De son côté, Michael Delafosse, conseiller municipal (PS) de Montpellier et conseiller départemental de l'Hérault, engagé très tôt aux côtés de Benoît Hamon dans le cadre de cette primaire, se félicite de sa victoire.

"Benoît est maintenant le candidat issue de la primaire citoyenne, lui conférant une très puissante légitimité pour porter les valeurs de la gauche lors de la présidentielle, aucun autre candidat n'a cette force, insiste-t-il. Les citoyens ont décidé malgré les sondages, les outrances d'éditorialiste "Trump" de gauche pour Giesbert... Merci aux candidats du 1er tour, particulièrement Arnaud Montebourg et bravo à ceux qui, mercredi dernier, ont offert un débat remarquable parlant à l'intelligence des gens. Benoît Hamon est arrivé premier, Manuel Valls second, que ce dernier soit remercié pour ses propos ce soir, respecté pour ses convictions. L'heure est au rassemblement de notre collectif, plus que jamais. Benoît Hamon incarne espoir et renouveau face à la droite et l'extrême droite. La gauche est debout."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :