Législatives : en région, les candidats LR et UDI se disent « en route »

 |   |  1074  mots
Pour Elie Aboud, les députés LR et UDI ne seront ni dans une opposition de blocage, ni dans une soumission pour Emmanuel Macron.
Pour Elie Aboud, les députés LR et UDI "ne seront ni dans une opposition de blocage, ni dans une soumission" pour Emmanuel Macron. (Crédits : M.C.)
Les candidats se présentant sous la bannière Les Républicains/UDI aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017 dans les neuf circonscriptions de l’Hérault ont réuni la presse à Montpellier, le 10 mai. Ce sont au total vingt trois candidats de la droite et du centre qui partent en campagne sur l’ex-territoire Languedoc-Roussillon

Treize femmes et dix hommes sont candidats aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017 sous la bannière Les Républicains/UDI dans les 23 circonscriptions de l'ex-région Languedoc-Roussillon.

« Le renouvellement est à l'honneur avec la présence majoritaire de femmes et une majorité de nouveaux candidats », lance Arnaud Julien, le secrétaire départemental de la Fédération Les Républicains de l'Hérault, le 10 mai, à Montpellier, à l'occasion de la présentation des candidats briguant une mandature sur une circonscription héraultaise.

L'affiche héraultaise est à l'image des proportions régionales avec six femmes et trois hommes et « six nouveaux » candidats.

Les leçons de la présidentielle

« Nous souhaitons afficher notre unité, indique Joseph Francis, conseiller régional UDI et candidat sur la 1ère circonscription de l'Hérault. Nous sommes unis derrière François Baroin avec l'objectif de rassembler un maximum de Français. L'ossature du programme de François Fillon nourrit notre projet mais nous avons entendu le message des Français. »

Les amendements au projet du candidat LR/UDI à la présidence de la République concernent notamment la baisse du nombre de fonctionnaires.

« Cette diminution est une nécessité mais elle n'aura pas lieu sur un mais deux mandats», précise Joseph Francis.

L'exercice d'introspection semble incontournable après la défaite de François Fillon et le tsunami politique de ces derniers mois.

« Il y a des fonctionnements de parti qu'il va falloir revoir, concède Elie Aboud, candidat à sa propre succession dans la 6ème circonscription de l'Hérault. Nous n'avons pas su parler aux jeunes, ni aux ouvriers qui n'ont été que 4 % à voter pour nous. Nous avons aussi été un peu brutal sur la fonction publique. Il va falloir réorienter notre discours politique. »

Sauver le soldat Macron ?

Mais l'heure n'est pas au think tank.

« Nous sommes tous en route pour amener une majorité parlementaire, indique Laurence Cristol, candidate dans la 4ème circonscription de l'Hérault. Nous avons cinq semaines. »

Les candidats LR/UDI gardent leur étiquette sans souscrire au projet d'En Marche ! mais seraient « Macron-compatibles ».

« Nous ne sommes pas dans une logique de blocage, indique Elie Aboud. Si le Président a une majorité socialiste, la logique politique sera à gauche. Nous œuvrons pour créer une majorité parlementaire qui amène le Président vers nos idées. Apparemment, il est flexible. »

Le combat traditionnel contre les socialistes restent donc d'actualité.

« Nous n'allons pas laisser le Président de la République se faire phagocyter par les socialistes », explique Elie Aboud.

« Emmanuel Macron est l'otage du PS et du parti sortant », lance Joseph Francis.

François Baroin à Matignon

Dans l'hypothèse où l'alliance LR/UDI permettrait de constituer une majorité à l'assemblée, les candidats de ces deux forces politiques envisagent de proposer le nom de François Baroin pour la fonction de Premier ministre.

« Nous n'avons pas l'intention de nous opposer à quoi que ce soit, explique Joseph Francis. Il n'y aura pas une cohabitation de confrontation avec François Baroin à Matignon. Nous arriverons avec une équipe de gens compétents. Par contre, dans le cas d'une instabilité parlementaire, c'est la rue qui va gouverner au mois d'octobre. »

Les neuf candidats héraultais

Le parti LR investit l'ensemble des neuf circonscriptions de l'Hérault avec :

-                   Joseph Francis FRANCIS pour la 1ère circonscription (suppléant : Jean-Noël Fourcade).

-                   Nancy Canaud pour la 2ème circonscription (suppléant Thomas Des Prez de la Morlais).

-                   Catherine Dardé dans la 3ème circonscription (suppléant non connu pour l'instant).

-                   Laurence Cristol dans la 4ème circonscription (suppléant : Jean Christophe Pezerat).

-                   Catherine Rouille-Pasquali dans la 5ème circonscription (suppléant : Bruno Enjalbert).

-                   Le député sortant Elie Aboud dans la 6ème circonscription (suppléant non connu pour l'instant).

-                   Laurence Magne dans la 7ème circonscription (suppléant non connu pour l'instant).

-                   Arnaud Julien dans la 8ème circonscription (suppléant Marie-France Britto).

-                   Joëlle Jenin-Vignaud dans la 9ème circonscription (suppléant : Jean-François Bourscarain).

Trois candidats dans l'Aude

Privé de député audois depuis 1993, le parti LR présente un candidat dans chacune des trois circonscriptions de l'Aude :

-                   Miren de Lorgeril est candidate dans la 1ère circonscription. Cette chef d'entreprise à la tête de neuf domaines viticoles, qui réalise sa première campagne, électorale sera accompagnée par Maximilien Guilbaud-Form comme suppléant.

-                   Le maire de Leucate, Michel Py, se présente dans la 2ème circonscription. Pour l'heure le nom de son suppléant n'a pas été communiqué.

-                   Conseillère municipale à Belcaire, Cathy Vergé est candidate dans la 3ème circonscription. Orthophoniste de profession, elle sera supplée par Thierry Lèguevaques, agriculteur et maire de Saint-Michel-de-Lanes.

Suspens gardois

Dans le Gard, six circonscriptions sont à pourvoir. En juin, la commission nationale du parti LR a officiellement investi six candidats :

-                   Julien Plantier se porte candidat sur la 1ère circonscription. Néanmoins, les accords nationaux avec l'UDI compliquent la donne sur ce territoire et quelques incertitudes subsistent.

-                   Pascal Mourrut se présente sur la 2ème circonscription.

-                   Muriel Dherbecourt est candidate sur la 3ème circonscription.

-                   Investi dans un premier temps sur la 4ème circonscription, Chritophe Rivenq a préféré privilégier son mandat d'élu régional et son ancrage alésien. C'est désormais une autre alésienne qui brigue le mandat de député : Valérie Meunier.

-                   Léa Boyer se présente sur la 5ème circonscription.

-                   L'adjoint au maire de Nîmes, Richard Flandin est candidat sur la 6ème circonscription.

50/50 dans les Pyrénées-Orientales

Constitué de quatre circonscriptions, le département des Pyrénées-Orientales aura quatre candidats LR :

-                   Daniel Mach se présente dans la 1ère circonscription avec sa suppléante Christine Gavalda Moulenat.

-                   Député sortant, Fernand Siré se présente à sa propre succession dans la 2ème circonscription. Son suppléant est François Lietta.

-                   Danièle Pages est candidate dans la 3ème circonscription. Son suppléant n'est pas connu pour l'heure.

-                   Jacqueline Irles est candidate dans la 4 ème circonscription. Son suppléant est Jean Parayre.

Unique candidat en Lozère

En Lozère, un seul siège de député sera à pourvoir en 2017 puisque le redécoupage électoral de 2010 a fait de ce département une circonscription unique.

Député sortant, Pierre Morel-A-L'Huissier (LR), est candidat à sa propre succession. Avocat de profession, il est élu depuis 2002. Sa suppléante est Sabine Dalle, juriste spécialisée en droit social.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :