Législatives : qui sont les 39 candidats En Marche en Occitanie ?

 |   |  1034  mots
Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement, lors de la conférence de presse du 11 mai 2017.
Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement, lors de la conférence de presse du 11 mai 2017. (Crédits : La République en Marche)
Par la voix de son secrétaire général, Richard Ferrand, le mouvement La République en Marche a dévoilé l’identité de ses 428 candidats aux législatives, le 11 mai. Volontairement, toutes les circonscriptions ne sont pas encore pourvues, dont deux dans l’Hérault et les PO et une dans le Gard.

C'est une liste de 428 candidats investis par La République en Marche pour les élections législatives des 11 et 18 juin qui a été dévoilée le 11 mai, à Paris, par Richard Ferrand, le secrétaire général du mouvement.

« Le deuxième acte de la refondation de notre vie politique commence aujourd'hui avec le dévoilement de nos candidats aux législatives, lance Richard Ferrand. L'objectif est de bâtir une majorité absolue à l'Assemblée nationale. »

L'appel à candidature lancé par Emmanuel Macron en janvier 2017 a eu du succès : 19 000 dossiers ont été déposés sur la plate-forme (71 % de dossiers masculins, 29 % de dossiers féminins). Chaque circonscription était plébiscitée par une moyenne de 34 candidats potentiels.

Cinq critères à respecter

« Un processus de sélection rigoureux et objectif avec une impartialité sans précédent » a abouti, selon le secrétaire général de La République en Marche, à choisir 428 candidats en respectant une parité parfaite.

« Cette liste respecte les cinq critères définis par Emmanuel Macron, précise Richard Ferrand. Il s'agit du renouvellement, avec 52 % des candidats qui n'ont jamais eu de mandat électif, de la parité réelle, de la probité, de la cohérence et du pluralisme politique avec l'ensemble du spectre républicain qui est représenté. »

149 candidats à investir

Reste qu'il manque encore au mouvement 149 candidats pour être présent sur l'ensemble des 577 circonscriptions du territoire. Leurs noms seront connus d'ici à mercredi 17 mai prochain.

« Nous continuons à approfondir les échanges et le travail sur certaines circonscriptions, explique Richard Ferrand. Nous voulons également laisser un espace et du temps afin de permettre la recomposition du paysage politique français. Nous avons le sentiment qu'un nombre croissant de personnalités candidates va rejoindre La République en Marche ! ».

Un certain nombre de circonscriptions de la région Occitanie semblent se trouver dans ce cas de figure. Sur le territoire de l'ex-région Languedoc-Roussillon, cinq circonscriptions ne sont pas encore pourvues : deux dans l'Hérault, deux dans les Pyrénées-Orientales et une dans le Gard.

À l'heure actuelle, l'Occitanie compte trente-neuf candidats de la République en Marche dont dix-huit sur le territoire de l'ex-Languedoc-Roussillon.

Six circonscriptions pourvues dans l'Hérault

L'annonce faite le 11 mai laisse encore vacantes les 7ème et 8ème circonscriptions de l'Hérault. Pour les autres, les candidats investis sont :

-       1e circonscription : Patricia Miralles, conseillère municipale de la Ville et de la Métropole de Montpellier.

-       2e circonscription : Stéphanie Jannin, architecte, vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole (en charge du Développement et aménagement durable du territoire et de l'espace public, de l'habitat) et 2e adjointe au maire de Montpellier, déléguée à l'Urbanisme et à l'Aménagement durable).

-       3e circonscription : Coralie Dubost, 34 ans, juriste, référente En Marche ! de l'Hérault.

-       4e circonscription : Jean-François Eliaou, professeur au CHU de Montpellier, responsable du Département Immunologie, membre du comité En Marche ! à Saint-Clément-de-Rivière.

-       5e circonscription : Philippe Huppé, maire d'Adissan (ex-UDI, président du Parti Radical de l'Hérault).

-       6e circonscription : Isabelle Voyer, directrice de Enviropolis (cabinet de conseil en environnement et développement durable).

-       9e circonscription : Patrick Vignal, député PS sortant.

Cinq candidats sur six dans le Gard

La 6ème circonscription du Gard est encore orpheline d'un candidat de la République en Marche. Pour les autres, il s'agit de :

-       1e circonscription : Françoise Dumas, député PS sortante.

-       2e circonscription : Marie Sara, 52 ans, ancienne torera à cheval, aujourd'hui à la tête des arènes des Saintes-Maries-de-la-Mer et de Mont-de-Marsan.

-       3e circonscription : Anthony Cellier, conseiller du maire PS à la Ville de Bagnols-sur-Cèze (à la communication et aux nouvelles technologies), membre du comité Gard rhodanien En Marche !.

-       4e circonscription : Annie Chapelier.

-       5e circonscription : Olivier Gaillard, 1e adjoint au maire (DVG) de Sauve, président de la Communauté de communes du Piémont cévenol, conseiller départemental du canton de Quissac et vice-président du Conseil départemental (délégué aux infrastructures et aux déplacements).

Les Pyrénées-Orientales à 50 %

Les investitures dans les Pyrénées-Orientales laissent encore vacantes les 2ème et 3ème circonscriptions. Pour les deux autres, les candidats officiels sont :

-       1e circonscription : Romain Grau, 1er adjoint chargé des finances au maire (LR) de Perpignan, ex-vice-président de l'Agglo de Perpignan, P-dg de EAS Industries.

-       4e circonscription : Sébastien Cazenove, 40 ans, référent En Marche ! des Pyrénées-Orientales, cadre à la mairie de Thuir.

L'Aude affiche complet

Les trois circonscriptions de l'Aude sont convoitées par des candidats de la République en Marche :

-       1e circonscription : Danièle Hérin, ex-présidente de l'UM2, élue sur la liste de Gérard Larrat à la Ville de Carcassonne en 2014 (5e adjointe déléguée à l'enseignement supérieur, à l'innovation et au numérique), candidate aux élections européennes de 2014 en tant que seconde de la liste Nous Citoyens dans la circonscription Sud-Ouest.

-       2e circonscription : Alain Perea, maire PS de Villedaigne, vice-président du Grand Narbonne (délégué à l'Aménagement économique, Aménagement du Territoire et Urbanisme).

-       3e circonscription : Mireille Robert (déjà investie en avril) 55 ans, enseignante.

Un candidat en Lozère

À 68 ans, Francis Palombi, référent En Marche ! de Lozère et président de la confédération des Commerçants de France, convoite la seule et unique circonscription de la Lozère.

(MAJ 16 mai 2017)

Sur l'ex-Midi-Pyrénées, les candidats investis sont :

-      Ariège : Jérôme Azema (1e circonscription), Huguette Bertrand-Vinzerich (2e circonscription).

-      Aveyron : Stéphane Mazars (1e circonscription), Anne Blanc (2e circonscription), Jean-Louis Austruy (3e circonscription).

-      Gers : Jean-René Cazeneuve (1e circonscription),  Christophe Soccio (2e circonscription).

-      Haute-Garonne : Pierre Cabare (1e circonscription), Jean-Luc Lagleize (2e circonscription), Corinne Vignon (3e circonscription), Mickael Nogal (4e circonscription), Jean-François Portarrieu (5e circonscription), Monique Iborra (6e circonscription), Elisabeth  Toutut-Picard (7e circonscription), Michel Montsarrat (8e circonscription), Sandrine Morch (9e circonscription) et Sébastien Nadot (10e circonscription).

-      Lot : Sébastien Maurel (1e circonscription), Huguette Tiegna (2e circonscription).

-      Hautes-Pyrénées : Jean-Bernard Sempastous (1e circonscription), Marie-Agnès Staricky (2e circonscription).

-      Tarn : Marie-Christine Verdier-Jouclas (2e circonscription), Jean Terlier (3e circonscription).

-      Tarn-et-Garonne : Pierre Mardegan (1e circonscription).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2017 à 10:19 :
Pourquoi un article entier sur les candidats de Macron ? et les autres ?
a écrit le 13/05/2017 à 17:03 :
ben oui ...
macron ou l'usine à recyclage.....

ca vous etonne?? MDR!
a écrit le 13/05/2017 à 8:54 :
Je me pose la question comment font ces gens ( voir ci dessous ) pour faire convenablement leur travail et s'investir avec le nombre de casquettes qu'ils ont

5e circonscription : Olivier Gaillard, 1e adjoint au maire (DVG) de Sauve, président de la Communauté de communes du Piémont cévenol, conseiller départemental du canton de Quissac et vice-président du Conseil départemental (délégué aux infrastructures et aux déplacements)
a écrit le 13/05/2017 à 8:41 :
Belle liste avec environ 40% de PS et DVG, à part ça, c'est le changement.
a écrit le 12/05/2017 à 22:09 :
La démarche Macron me semblait intéressante : ni droite ni gauche ; malheureusement,
l'immense majorité des candidats , y compris nouveaux venus sont de tendance socialiste ; on recycle la Hollandie !
a écrit le 12/05/2017 à 20:06 :
Et aucun Cathare sur les listes !!!
a écrit le 12/05/2017 à 18:13 :
On parle plutôt du Languedoc-Roussillon que de l'Occitanie, il manque Midi-Pyrénées territoire autrement facile à gagner pour LRM.
a écrit le 12/05/2017 à 10:14 :
Je ne peux pas me prononcer pour les autres départements, mais pour le Gard je constate que Monsieur MACRON fait du neuf avec du vieux. Françoise DUMAS est la députée sortante socialiste. Elle n'a absolument rien apporté à sa circonscription se contentant de "pantoufler" pendant 5 ans. Quant à Marie SARA, j'encourage votre journal à interroger son ancien compagnon le tennisman LECOMTE. Vos lecteurs seront renseignés sur le comportement "désintéressé" de la "gente dame". Monsieur MACRON qui est tellement attiré par le "siècle des lumières" dès lors qu'il est adhérent de la Loge anglo-saxonne des "Young Leaders", agrée en cette circonstance des personnalités qui sont loin de briller.C'est le moindre que l'on puisse dire. Il n'a par contre pas hésité à exécuter ses fidèles de le première heure, le très gentil, honnête, simple et dévoué Xavier BOSC en tête. Nil occultum quod non scietur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :