Philippe Saurel : « Montpellier est la 1ère ville à créer un groupe majoritaire En Marche ! »

 |   |  525  mots
(Crédits : Edouard Hannoteaux)
Lors d’un point presse sur le bilan des élections législatives à Montpellier, le 19 juin, le maire et président de la Métropole a annoncé le changement de dénomination de son groupe majoritaire qui passe de « Montpellier, c’est vous » à « Montpellier, la République en Marche ». Reste à convaincre certains élus En Marche d’y adhérer...

« Montpellier est la première ville de France à créer un groupe majoritaire En Marche !,  indique Philippe Saurel, le 19 juin, lors d'un point presse organisé par l'édile pour évoquer les résultats des élections législatives. Les quelques 60 % des suffrages en faveur de ce mouvement à Montpellier représentent une opportunité de transformation ».

Le groupe majoritaire de la Ville de Montpellier a voté à l'unanimité, le 6 juin, sa nouvelle identité. Les élus municipaux réunis sous l'étiquette « Montpellier, c'est vous » (liste citoyenne divers gauche) passent donc sous la bannière « Montpellier, la République en Marche ».

Ville, Métropole et Département, En Marche!

Ce changement de nom concerne également le groupe majoritaire à la Métropole ainsi qu'au Conseil départemental. C'est le conseiller municipal Abdi El Kandoussi qui aura la présidence du groupe de la Ville et la Métropole tandis que Michèle Dray-Fitoussi présidera le groupe de la collectivité départementale.

« Nous sommes fidèle à notre engagement dès le début auprès du Président Emmanuel Macron, précise Philippe Saurel. Nos valeurs et nos convictions autour du renouvellement des instances et des pratiques politiques nous rassemblent. J'ai fait le choix de me présenter en 2014 hors parti. Je gouverne avec des personnalités de tous bords. Ma majorité est composée de citoyens, divers gauche, écologistes n'ayant pas exercé pour la plupart de mandats politiques. Notre dynamique s'inscrit pleinement dans le mouvement national. »

Nuance...

Reste que tout ne coule pas de source. Il y a par exemple le cas d'élus municipaux ex-Parti Socialiste (et donc de l'opposition) devenu En Marche ! Le conseiller municipal Patrick Vignal, fraîchement élu député sous la bannière En Marche, en est l'illustration.

Interrogé sur son adhésion au nouveau groupe majoritaire de la Ville de Montpellier, l'élu juge précipitée la démarche de Philippe Saurel.

« Le mouvement la République En Marche n'est quasiment encore qu'au stade d'association, indique Patrick Vignal. Il y a tout un travail de structuration à mener avant de mettre en place ce type d'initiative. Il faut collectivement désigner les responsables. Personnellement, j'intégrerai évidemment les groupes En Marche qui se créeront, que Philippe Saurel en soit le responsable ou pas. Mais avant, il faut savoir si Philippe Saurel est En Marche ! »

Le maire et président de la Métropole de Montpellier déclare ne pas être adhérent au mouvement En Marche et réserve sa réponse pour la suite. Néanmoins, son initiative est validée par le Président de la République, Emmanuel Macron, précise-t-il.

« J'ai rejoint En Marche car je ne supporte plus les magouilles politiciennes, indique Patrick Vignal. Et je dois ma victoire à ce mouvement. Je veux travailler autrement. Et j'adhérerai au groupe de Philippe Saurel s'il a un engagement clair dans ce sens. C'est fini la cuisine politicienne ! »

Pour rappel, la nouvelle présidente du mouvement la République En Marche, Catherine Barbaroux, avait déclaré le 6 juin à l'AFP son opposition à la constitution de groupes dans les conseils municipaux. Elle évoque la nécessité de procéder « étape par étape ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2017 à 19:35 :
démission pour ce dictateur de Montpellier.
a écrit le 21/06/2017 à 11:05 :
Les vieux roublards comme Patrick Vignal qui prennent le train en marche en sortant leur justification bidon "C'est fini la cuisine politicienne !".
Quand on refile à l'Assemblée les ministres pris la main dans le sac (Ferrand, Bayrou et les autres) pour leur donner l'immunité parlementaire, c'est cacher la saleté sous le tapis et montrer le mépris pour une assemblée devenue la chambre d'enregistrement d'En Marche. Alors, "C'est fini la cuisine politicienne !" ... LOL !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :