Le Département de l’Hérault vote un budget de 1,39 Md € pour 2016

 |   |  530  mots
Kléber Mesquida
Kléber Mesquida (Crédits : Christophe Cambô)
Après trois jours de débat, les conseillers départementaux de l’Hérault ont voté, le 17 février, le budget primitif de la collectivité. Points marquants de ce vote : l'opposition du groupe Hérault Citoyen et le choix de réserver 205 M€ aux dépenses d’investissement malgré un contexte budgétaire contraint.

Après des débats entamés lundi 15 janvier, à l'Hôtel du Département de Montpellier, les 50 conseillers départementaux de l'Hérault ont procédé au vote du budget primitif de 2016 de la collectivité. Il s'élève à 1,39 Mds €. Le projet porté par Kléber Mesquida, le président du Département, a été adopté à la majorité (28 voix « pour », 8 « contre », 14 abstentions).

« Merci d'avoir donné à l'institution la pouvoir de mettre en œuvre ses actions », a déclaré Kléber Mesquida, à l'issue du vote.

Lesdites actions comportent un volet de dépenses d'investissement qui s'élèvent à 205 M€ (elle était de 182 M€ en 2015), et ce "dans un contexte budgétaire contraint". Cet investissement portera notamment sur les axes routiers (67 M€), la solidarité territoriale (30 M€), l'entretien du patrimoine et des domaines (24 M€) et les collèges (21 M€).

« Aujourd'hui, nous pourrions réduire les aides au sport, à la culture ou encore aux communes comme le font certains Départements, avait déclaré Kléber Mesquida, lors du débat d'orientation budgétaire, le 25 janvier. Or, un euro d'aide à une commune génère trois euros d'investissement. Notre action permet de soutenir l'économie du territoire. »

 Opposition du groupe Hérault Citoyen

Parmi les sujets qui ont fait débat figure le projet de réforme du processus d'affectation des dotations hors programmes pour le secteur associatif (600 000 €). Jusqu'à présent, chaque conseiller départemental disposait de sa propre enveloppe pour aider les associations de son choix. Avec la réforme proposée et adoptée, cela ne sera plus le cas.

« Auparavant, les différentes aides apportées aux clubs de sports pouvaient varier de 1 à 10 en fonction des cantons, indique Kléber Mesquida. Certains conseillers départementaux étaient tentés de privilégier des associations en fonction de leurs propres penchants individuels, au détriment d'autres sujets qui leur tenaient moins à cœur. Ces disparités seront dorénavant gommées par une instruction qui sera menée par les services départementaux. »

Cette réforme a été adoptée grâce aux 28 voix du groupe majoritaire Gauche Républicaine. Le groupe Union de la Droite et du Centre (8 voix), celui du Front national baptisé Défendre l'Hérault (6 voix) et celui Hérault Citoyen (8 voix) ont voté contre.

Le groupe Hérault Citoyen s'est démarqué de la majorité pendant ces trois jours en s'opposant systématiquement aux projets soumis au vote. Il compte huit élus dont quatre issus de la majorité de Philippe Saurel à la Métropole de Montpellier.

Parmi les points de dissension figure l'opposition à la reforme des dotations hors-programme mais également l'augmentation du taux d'imposition souhaité par Kléber Mesquida. Le projet du président du Département prévoit une augmentation de 0,7 à 0,8 % de la part départemental de la taxe sur le foncier bâti.

« Cette évolution doit être relativisée, a déclaré Kléber Mesquida. Pour une maison à Montpellier ou à Frontignan, cela revient à une augmentation annuelle de 5 € de la taxe sur le foncier bâti.  C'est une attitude populiste que d'affirmer que nous allons écraser d'impôt les citoyens. »

L'augmentation de la ressource fiscale ne sera effective qu'après le vote de la fiscalité directe en avril 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :