Cinq nouvelles prisons implantées en Occitanie

 |   |  273  mots
(Crédits : ministère de la Justice)
Le garde des sceaux, Jean-Jacques Urvoas, a dévoilé, le 23 février, la liste des villes retenues pour l’implantation de nouveaux établissements pénitentiaires. Sur les 21 sites annoncés, cinq projets sont occitans, dont quatre situés dans l'ex-LR, représentant quelque 1 850 places en plus.

Montpellier (34), Narbonne (11), Perpignan (66), Alès (30) et Muret (31) sont les cinq villes d'Occitanie choisies par le ministère de la Justice pour l'implantation de nouvelles prisons. Ce sont ainsi 2 450 nouvelles places carcérales  (*) qui verront le jour en région.

À l'échelle nationale, ce programme immobiliser baptisé « plan encellulement individuel » porte sur la construction de 32 maisons d'arrêt, un centre de détention et 28 Quartiers de Préparation à la sortie (QPS). Destiné à lutter contre la surpopulation carcérale, ce plan avait été lancé le 6 octobre 2016 par le précédent Premier ministre, Manuel Valls.

Choix des terrains

« L'annonce faite par le Premier ministre le 6 octobre 2016  fut accompagnée d'une circulaire adressée à 40 préfets afin de préciser la méthode d'identification des terrains, indique Jean-Jacques Urvoas. Deux mois sont passés pour que les préfets remontent leur proposition d'emprise foncière et deux mois ont été consacrés à l'analyse technique des dossiers. »

Le choix définitif d'implantation des futures maisons d'arrêts n'est pas arrêté pour l'ensemble des projets et « il y aura forcément des déceptions, des frustrations et des étonnements », prévient le ministre.

En Occitanie, le projet montpelliérain se précise avec deux options d'implantation : le parc Marcel Dassault, à Saint-Jean-de-Védas ou le parc Euromédecine, à Montpellier. Pour Perpignan, le site est défini : il s'agit de la zone « Mas Orline ».

« Concernant le coût de l'opération, le budget 2017 prévoit 1,15 Mds€ en autorisation d'engagement », précise le garde des sceaux.

(*) Dimension des nouvelles maisons d'arrêt dans le détail : 500 places carcérales à Montpellier, 500 places à Narbonne, 450 places à Alès, 400 places à Perpignan et 600 places à Muret.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :