Futur nom de LRMP : une procédure inviolable, selon la Région

 |   |  745  mots
Le processus de consultation a été présenté le 9 mai
Le processus de consultation a été présenté le 9 mai (Crédits : François Brumas)
Carole Delga vient de présenter le processus de consultation populaire, ouvert du 9 mai au 10 juin, visant à choisir l’un des 5 derniers noms en lice pour baptiser le LRMP. La présidente de Région indique qu’un budget de 500 000 € a été débloqué pour le sécuriser au maximum.

Lors d'une réunion des vice-présidents, tenue à Montpellier le 9 mai, Carole Delga a fait un point d'étape sur le processus de consultation populaire pour choisir le futur nom de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, qui s'ouvre le 9 mai et se terminera le 10 juin (voir le site dédié). Flanquée de Gérard Onesta, le président du bureau de l'assemblée régionale (« qui a longuement travaillé sur ce dispositif, inédit en France », précise-t-elle), la présidente du Conseil régional a insisté sur les efforts déployés pour sécuriser l'opération.

Un blocus informatique ?

Sur le plan technique, un budget de 500 000 € est consacré à cette consultation populaire, dont l'essentiel sera consacré à l'édition de bulletins de vote et leur diffusion dans la presse régionale. En outre, un contrat de 45 000 € a été conclu avec un prestataire déjà sous marché avec la Région, la société Sopra Steria, leader européen de la transformation numérique (« la plus sûre en Europe », selon Gérard Onesta), pour développer un outil informatique ad hoc.

Cet outil est censé détecter les tentatives pour fausser la consultation : plusieurs votes à partir du même téléphone ou de la même adresse IP, une connexion depuis l'étranger, etc. S'agissant des habitants qui s'exprimeraient par papier, un deuxième prestataire, La Poste, a été missionné pour veiller à la sécurisation de l'acheminement et de la conservation des bulletins.

« Sur la base de cette consultation populaire, les élus auront une décision à prendre : il fallait donc que le matériau de base soit le plus sûr possible, souligne Gérard Onesta. Nous avons opté pour le standard informatique le plus élevé, avec un serveur caché derrière un deuxième serveur, lui-même caché derrière un troisième, etc. Je souhaite bonne chance aux pirates qui voudraient les cracker. »

Condorcet à la rescousse

Évoquant ensuite l'esprit de cette consultation, « la plus inclusive possible », Carole Delga a rappelé le déroulement de la procédure : après une première consultation des conseils municipaux, des représentants de la société civile, des consulaires ou des entrepreneurs, un bloc de 93 noms a été arrêté, sur la base de ceux qui revenaient le plus souvent, avant qu'un premier filtrage opéré par le Comité du Nom n'en retienne que huit. Puis l'assemblée plénière du Conseil régional, en avril, a choisi les cinq derniers noms proposés à la consultation populaire.

A noter que le principe choisi s'inspire de la « règle de Condorcet », connue en matière d'agrégation des préférences : les habitants ne choisiront pas un nom unique, mais devront classer les cinq noms proposés selon leur préférence. L'outil informatique de la Région tiendra alors compte du nombre de voix pour chacun des noms, en plus de son classement, « afin d'avoir la photographie la plus fidèle de ce que veulent les gens », selon Gérard Onesta.

Parole aux élus

Ensuite, sur la base du classement connu le 10 juin, le débat s'instaurera cette fois-ci au niveau des conseillers régionaux, qui ont jusqu'au 24 juin pour adopter « une résolution unique » et la transmettre au gouvernement. Sur ce point, Carole Delga rappelle que la consultation populaire n'exonèrera pas les élus de leur vote.

« Les élus auront la possibilité de choisir un nom qui n'est pas arrivé en tête de la consultation populaire, admet la présidente de Région. Ce que nous lançons le 9 mai, c'est une consultation, pas un référendum. Quand on est élu, il faut assumer sa responsabilité jusqu'au bout. Seulement, nous avons voulu donner une indication, une base à ma majorité pour qu'elle puisse prendre sa décision. »

Au jour de cette réunion des vice-présidents, le site de la consultation affichait déjà 3 500 votes. Sans donner un niveau de participation minimum pour la valider, Carole Delga indique qu'elle espère « plusieurs centaines de milliers de votes ». La procédure est ouverte aux personnes âgées de plus de quinze ans, au sein d'une population de 5 683 878 habitants.

Objectif Languedoc-Roussillon et La Tribune Toulouse organiseront les 2es Rencontres de la Nouvelle Région, le 24 mai à Narbonne, en présence de Carole Delga, pour s'interroger sur le potentiel du nom de LRMP vu par les entrepreneurs et acteurs économiques de la région. Toutes les informations sur cet événement sont disponibles sur ce lien.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2016 à 11:43 :
Bonjour,

Dommage que la région ne consulte ses citoyens que pour le choix de son nom.
Personnellement, j'ai pu voter sur la plateforme ce matin (avec un numéro Free) et j'aimerais pouvoir voter pour d'autres sujets plus critiques au quotidien.
a écrit le 10/05/2016 à 18:17 :
Bonjour,
Cette consultation est chère et tellement sécurisée que les abonnés Free et Orange ne peuvent pas voter faute de validation de leur inscription (source Cap Collectif après une mésaventure personnelle). Pour débloquer l'accès j'ai envoyé un mail au prestataire Cap Collectif qui m'a répondu rapidement et m'a permis de voter.
Réponse de le 19/05/2016 à 20:56 :
j'ai pu voter sans pb,je suis chez orange!(validation de mon inscription)tres aisée!
a écrit le 10/05/2016 à 18:14 :
Bonjour,
Cette consultation est chère et tellement sécurisée que les abonnés Free et Orange ne peuvent pas voter faute de validation de leur inscription (source Cap Collectif après une mésaventure personnelle). Pour débloquer l'accès j'ai envoyé un mail au prestataire Cap Collectif qui m'a répondu rapidement et m'a permis de voter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :