Nom de la Région : le Conseil d’État rejette les recours

 |   |  429  mots
La nouvelle identité visuelle de la Région Occitanie avait été présentée aux conseillers régionaux lors de l’assemblée plénière du 3 février 2017.
La nouvelle identité visuelle de la Région Occitanie avait été présentée aux conseillers régionaux lors de l’assemblée plénière du 3 février 2017. (Crédits : Conseil régional)
Le 19 juillet, le Conseil d’État a fait savoir qu’il rejetait les recours formulés contre le nom de la nouvelle région. Deux associations souhaitaient que soit ajouté « Pays catalan » à Occitanie.

Le Conseil d'Etat a annoncé ce mercredi 19 juillet sa décision de rejeter les recours formulés contre le nom de la nouvelle région. Une décision qui confirme les recommandations du rapporteur public rendues le 7 juillet et qui met un terme au litige.

Rappelons que le choix du nom de la nouvelle région avait l'objet d'une consultation populaire, qui s'est déroulée entre le 9 mai et le 10 juin 2016. Les participants à la consultation étaient invités à classer par ordre de préférence les cinq noms proposés : Languedoc, Languedoc-Pyrénées, Occitanie, Occitanie-Pays catalan, Pyrénées-Méditerranée.

Cette consultation avait reçu 203 993 avis. La méthode de calcul mathématique de Condorcet, choisie par les services de la Région, avait placé le nom « Occitanie » en tête, puisqu'il l'emportait dans les quatre duels avec les autres noms possibles.

La résolution comportant l'avis au gouvernement relatif à la fixation du nom définitif de la région avait ensuite été adoptée lors de l'assemblée plénière du 24 juin 2016 : ce serait donc « Occitanie », sous-titré de la mention « Pyrénées-Méditerranée » dans la communication institutionnelle de la collectivité.

Mais deux recours avaient ensuite été déposés devant le Conseil d'État, par une association citoyenne et par un comité politique des Pyrénées-Orientales, afin que soient adjoints au nom Occitanie les termes « Pays catalan ».

« Notre mobilisation pour les Pyrénées-Orientales »

« Je prends acte de la décision du Conseil d'État de rejeter les deux recours déposés contre le nom Occitanie qui, je le rappelle, est le fruit d'une concertation institutionnelle et surtout citoyenne exemplaire, a réagi la présidente de Région Carole Delga. Je veux rappeler notre pleine et entière mobilisation pour les Pyrénées-Orientales. Notre engagement pour ce territoire et ses habitants est total. En témoignent les 30 premières mesures du contrat d'avenir pour son développement présentées en février dernier. Elaboré en concertation avec le Conseil départemental et les forces économiques du territoire, ce contrat représente un plan d'actions ambitieux doté de 70 M€ qui s'ajoutent à l'action quotidienne de la Région dans les Pyrénées-Orientales. »

Par ailleurs, Carole Delga a rappelé les deux engagements annoncés au début de son mandat et qui sont d'ores et déjà honorés : la création d'un Office Public de la Langue Catalane, qui sera prochainement installé à l'université de Perpignan, et le siège de l'Eurorégion qui sera basé lui aussi à Perpignan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2017 à 19:48 :
Cette région administrative est culturellement Occitane à 95%, le nom "Occitanie" est logique.

Si on commence à rajouter "Pays Catalan" pour prendre en considération la part Catalane qui ne représente que 5% de son territoire, même si ça répond à une certaine logique, on ne va pas s'en sortir : dès lors, il faudra envisager aussi "Nouvelle Aquitaine - Pays Basque", "Hauts-de-France - Flandre", voire tant qu'on y est "France - Corse - Guyane - Nouvelle Calédonie - Polynésie" ! à un moment donné, il faut être réaliste, on ne peut pas prendre en considération dans le nom (d'une région, d'un pays...) toutes les subtilités culturelles locales, sinon, ça devient confus !


Par contre, on peut envisager un statut administratif particulier prenant en considération les spécificités culturelles locales, comme ça se fait déjà : la Corse et la Nouvelle-Calédonie ont déjà un statut à part au sein de la France, il pourrait en être de même à un niveau régional, le Pays Catalan (la part catalane des Pyrénées Orientales) pourrait devenir à moyen terme une collectivité territoriale spécifique au sein de la région Occitanie, collectivité qui aurait justement la compétence de la promotion de la culture catalane (on va dans ce sens d'ailleurs, semble-t-il).
Réponse de le 25/07/2017 à 21:09 :
Quelle déception!

Pour faire écho au commentaire, là, on est sur une différence culturelle et linguistique.
Sur les magazine du Gard ou de l'Hérault, certains articles sont traduits en occitan.
Nous, dans les Pyrénées Orientales, on parle le catalan.
2 langues. 2 cultures (certes pas opposé, mais distinctes malgré tout).
Comment peut-on donner la primauté à l'une plutôt qu'à l'autre? On fait disparaitre une entité (avant on avait Roussillon) : est ce que c'est normal? On pèse 5%... donc pas beaucoup semble t-il... Et alors, on existe et on est là, dans cette région. C'est la nôtre au même titre que les montpellierains ou les toulousains.
Pourquoi nous en exclue t-on, de façon très explicite, dans le titre?

Si demain on fusionne avec l'Allemagne pour des raisons de mutualisation administrative et que l'on nous pond un nom tel que "Rhénanie", est ce qu'on devra accepter cette absurdité? On s'en fout, c'est qu'un nom? Ben pas pour moi! Ca compte! Je ne suis pas rhenan! Pas allemand! Et pas occitan!

Au final, cette décision va renforcer les ressentiments.

Demain, ce ne sera plus un nom de région qui sera remis en cause. Demain, on va vers une crise identitaire voulue et encouragée par une minorité (moi, je n'en veux pas de statut différent. Je suis français! Mais je ne suis pas occitan!). Avec ce type de décision, on leur donne du grain à moudre! Et comme on a l'impression d'être mis à l'écart, faudra pas s'étonner que le phénomène prenne de l'ampleur... On avait peut être pas besoin de ça actuellement.
C'est triste! Pour ma culture catalane qui se meurt déjà et qui n'avait pas besoin de ça... C'est triste pour ma France et les valeurs de rassemblement que je pensais en vigueur dans notre pays...

Concernant les mesures prises par la Région, j'ose espérer que cela a été fait dans un souci autre que celui d'apaiser la rancœur faisant suite à ce choix de nom...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :