Comment la place des femmes dans les métiers du numérique mobilise en Occitanie

Autour de 20% (seulement) de femmes dans les métiers de la tech et du numérique… Eternelle antienne, la question revient chaque année. Même si l’on observe des progrès, le chemin est encore long. Ce n’est pas faute d’initiatives en tous genres pour accélérer la sensibilisation au sujet. Tour d’horizon de différentes actions menées en Occitanie.
Cécile Chaigneau

10 mn

Selon le rapport réalisé par l'organisation Gender Scan (publié fin février par le cabinet Global Contact), seulement 17% des employés travaillant dans la tech étaient des femmes en 2020.
Selon le rapport réalisé par l'organisation Gender Scan (publié fin février par le cabinet Global Contact), seulement 17% des employés travaillant dans la tech étaient des femmes en 2020. (Crédits : DR)

Combien de temps encore la question de la représentativité des femmes dans les métiers de la tech et du numérique sera-t-elle un sujet à interroger ? En 2022 en tout cas, elle mérite toujours d'être posée. Car malgré les efforts déployés et les initiatives encourageant l'inclusivité, et même si la part des femmes à la tête d'entreprises innovantes progresse, les chiffres qualifiant la place des femmes dans ce secteur de la tech révèlent la longueur du chemin qui reste à parcourir : selon un rapport réalisé par l'organisation Gender Scan (publié fin février par le cabinet Global Contact), seulement 17% des employés travaillant dans la tech étaient des femmes en 2020, et selon la fondation [email protected]ériques, les femmes représentaient 23% des effectifs dans le digital en 2020.

« La vraie équité ne serait-elle pas de ne pas faire de différences entre les hommes et les femmes ? Mais il existe encore un manque de représentation des femmes dans la tech, affirme Aude Barral, cofondatrice de l'entreprise montpelliéraine CodinGame, plateforme de recrutement de développeurs.  C'est pour cette raison que nous publions ces chiffres, et non parce que c'est tendance ! »

L'entreprise annonce en effet que selon une enquête conjointe de CodinGame et de CoderPad (plateforme américaine d'entretiens techniques en ligne, qui a fusionné avec CodinGame en octobre 2021), « 66% des recruteurs affirment que les préjugés - inconscients ou délibérés - sont un enjeu de recrutement qui freine la représentation de la diversité dans le secteur tech. Un tiers (33 %) des recruteurs interrogés ont exprimé des préoccupations plus fortes en admettant que les préjugés constituaient un problème majeur ».

« Chez CodinGame, nous comptons 35% de femmes, mais dans l'équipe tech, on est encore très loin du compte, observe Aude Barral. Équilibrer les représentativités hommes/femmes demande une implication de chaque instant, de porter le sujet au niveau de la direction et d'être proactif. Car si on ne change rien aux process de recrutements, on se retrouve avec peu de femmes. Mécaniquement parlant, s'il y a moins de 50% de femmes dans une short-list, elles ont très peu de chance d'être recrutées. Il faut être vigilants sans cesse... Chez CodinGame, on essaie de réfléchir aux process et de combattre autant que possible les préjugés. »

Arrêter de réfléchir les postes de manière genrée

Car les préjugés, en la matière, ont la peau dure... Aude Barral balaie les principaux : « Il existe encore tout un système de valeurs dans les métiers de la tech : besoin de fermeté, de compétitivité, de technicité... Or, une femme serait moins pertinente et performante qu'un homme sur un métier technique, ou plus intéressée par la coordination de projets par exemple. Les biais inconscients, au moment des recrutements, sont basés sur des jugements subjectifs et des modèles de représentation qui donnent à penser que s'il y a plus d'hommes dans un métier, c'est que c'est mieux comme ça ».

Magali Germond, experte en data science et en éthique des intelligences artificielles, est associée et cofondatrice chez GoodAlgo, une entreprise toulousaine du numérique spécialisée dans l'accompagnement des entreprises dans leur transition digitale. Elle est aussi membre et administratrice de Digital 113, cluster des entreprises numériques d'Occitanie, et déléguée régionale Occitanie Femme du Numérique pour Numeum (syndicat professionnel des entreprises du numérique en France, né de la fusion de Syntec Numérique et Tech in France).

« Au niveau des directions et des postes managériaux, on voit toujours les faiblesses de la femme : maman, émotive, moins apte à se faire respecter, contrainte par son organisation de vie privée/vie professionnelle, observe-t-elle. Il faut donc commencer par rayer ces questions des entretiens et arrêter de réfléchir les postes de manière genrée ! Mon mantra, c'est qu'on n'ait plus à parler de ces questions de mixité. L'évolution se fait doucement mais je vois quand même de plus en plus d'actions pour l'inclusion, la mixité, la diversité. Autour de la table, tout le monde est toujours d'accord mais se pose un problème de positionnement pour ne pas tomber dans la discrimination positive. Donc oui, ça va mieux mais il reste encore beaucoup de chemin à faire du côté des hommes sur la légitimité des femmes à ces postes dans le numérique, et du côté des femmes pour se sentir légitimes et crédibles. »

Montrer la diversité des parcours

Une chose lui tient à cœur : « Faire des choses concrètes pour faire avancer la représentativité des femmes dans le numérique ». Alors il y a un peu plus d'un an, en janvier 2021, elle a lancé avec Digital 113 le projet "Le Numérique au Féminin", en partenariat avec Les Femmes du Numérique en Occitanie By Numeum.

« Il s'agit de portraits vidéo de femmes inspirantes du numérique qui racontent leur histoire personnelle afin de de désacraliser ces métiers et de montrer au plus grand nombre (notamment dans les écoles, sur les réseaux sociaux, NDLR) la diversité des parcours possibles, explique Magali Germond. Nous avons eu envie d'aller plus loin : nous avons créé une commission mixité au sein de Digital 113 en octobre 2021 et nous organisons ce 8 mars un événement sur l'IA au féminin, en partenariat avec Microsoft, Simplon, Sopra Steria, La Cité et la Région Occitanie, car nous sommes persuadés que si la représentativité hommes/femmes n'est pas équilibrée au départ, les métiers du numérique vont l'amplifier... Et en janvier 2022, nous avons ouvert un 2e programme, "les femmes digitales", avec Campus FM, une émission de podcast radio qui prolonge l'idée des portraits de femmes inspirantes avec l'objectif d'élargir le public et notamment de toucher les plus jeunes via la radio Campus FM. »

Une autre initiative en Occitanie vise à démystifier les métiers du numérique et à acculturer les femmes intéressées mais encore hésitante : celle menée par le géant Microsoft et son partenaire Simplon, entreprise sociale et solidaire de formation au numérique, spécialiste de l'inclusion numérique.

En 2018, ils créaient ensemble, en France, une école alternative baptisée l'École IA Microsoft By Simplon, pour les demandeurs d'emploi. La première école en région (après celle d'Issy-les-Moulineaux) avait été inaugurée en octobre 2018 à Castelnau-le-Lez près de Montpellier. Aujourd'hui, 39 promotions sont passées par 37 écoles IA et deux écoles Cloud (Aulnay-sous-Bois et Castelnau-le-Lez) en France, pour des formations de trois à six, suivies de 12 à 15 mois d'alternance chez 199 entreprises partenaires. Soit 770 apprenants dont 33% de femmes, et un taux de sortie positive de 84,4% après six mois.

Les Hackeuses, by Microsfot et Simplon

Aujourd'hui, Simplon et Microsoft lancent, en Occitanie, le programme Les Hackeuses.

« La question du genre se posait : aujourd'hui, on a une représentativité des femmes de 33% dans les écoles au niveau national, plutôt 20% dans les entreprises, mais on souhaite faire plus avec ce programme des Hackeuses qui visent à informer et former des femmes en six ou sept semaines avant d'entrer éventuellement dans une école », explique Céline Corno, directrice de la Philanthropie chez Microsoft France, qui veut casser l'autocensure que beaucoup de femmes s'imposent encore.

« Nous avons reçu 65 candidatures et nous en avons sélectionné 24 pour cette 1e promotion des Hackeuses, colorée IA et qui va démarrer fin mars, ajoute Philippe Costes, directeur Impact Unit Occitanie chez Simplon. Il s'agit d'un programme avec des professionnels et divers intervenants pour permettre aux femmes qui manifestent cette envie du numérique de comprendre ces métiers, de s'emparer du projet, et de plonger dans l'apprentissage. Nous travaillons avec partenariat avec Microsoft, mais aussi Pôle Emploi... On est aujourd'hui toujours victime de l'image de la tech des années 1980, du geek un peu asocial, et on ne dit pas assez que le numérique, ce sont des métiers de création.  La sensibilisation est importante. »

En revanche, tous les deux se disent optimistes sur l'évolution des mentalités au sein des entreprises. Céline Corno souligne ainsi que les entreprises ont bien compris « l'exigence à ce que les personnes qui les pensent et produisent les produits d'IA soient représentatifs de notre société, afin d'appréhender les attentes des différents publics ».

Chez Dell, objectif 50% d'ici 2030

Dell Technologies à Montpellier, siège social français où sont également centralisées les activités de support technique et de vente de l'Europe du Sud, annonce « un taux de féminisation supérieur à la moyenne du secteur, avec 31% de collaboratrices au niveau global en 2020 ».

« Mais nous sommes conscients que nous devons faire bien plus, déclare Muriel Avinens, general manager medium business France et directrice du site de Montpellier, qui a lancé le projet Wi-Filles, dont l'objectif est d'attirer davantage de candidates vers les métiers du numérique. En cultivant la diversité et l'inclusion, nous contribuons au progrès social et économique, tant au niveau global que régional, dans l'objectif d'atteindre la parité homme-femme d'ici 2030, avec 50% de collaboratrices à l'échelle mondiale et 40% de femmes managers... Nos efforts pour la diversité s'orientent également vers l'ensemble de notre écosystème, notamment grâce au réseau Dell Women's Entrepreneur Networkun réseau global pour encourager et faciliter l'entrepreneuriat au féminin. Cette plateforme permet aux entrepreneuses françaises de partager leur expérience, se conseiller mutuellement et s'entraider pour surmonter les obstacles, comme ceux liés à l'accès aux financements. »

Abandonner le CV, trop subjectif

Chez CodinGame, Aude Barral préconise d'affranchir les process de recrutement du traditionnel CV afin d'éliminer les jugements subjectifs et de juger les candidats sur leurs compétences, sans filtres en amont. Une idée qui fait, depuis longtemps pourtant, lentement son chemin...

Selon leur enquête, CodinGame et CoderPad indiquent que « 57 % des recruteurs de la tech étaient prêts à abandonner le CV pour se tourner vers des méthodes de recrutement plus objectives, telles que les évaluations pratiques et les entretiens techniques interactifs, et que 42% des recruteurs interrogés ont déclaré qu'ils utilisent déjà ou prévoient d'utiliser des évaluations techniques basées sur les compétences ».

Enfin, toujours d'après cette étude CodinGame/Coderpad, « 80% des recruteurs ont déclaré qu'ils étaient ouverts à recruter des développeurs issus de milieux non universitaires, ce qui est une excellente nouvelle quand on considère que de nombreuses femmes n'accèdent pas à une carrière dans la tech via une formation académique classique mais grâce à des formations qui s'inscrivent dans le cadre de réorientations professionnelles ».

L'enquête a aussi interrogé les recruteurs sur les autres mesures mises en œuvre ou prévues pour améliorer la diversité dans leurs recrutements. On y retrouve l'égalité salariale (33% des recruteurs), la recherche proactive de candidats issus de la diversité (28,68%), la mise en place d'une politique anti-harcèlement (28,36%), la lutte contre les préjugés inconscients (28,30%), la publication d'offres d'emploi inclusives (27,80%), et la mise en place de panels d'entretiens diversifiés (20,34%).

Cécile Chaigneau

10 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.