Les ambitieux programmes immobiliers de l’Université Paul-Valéry-Montpellier

 |   |  260  mots
Patrick Gilli, président de l’Université Montpellier 3, à droite
Patrick Gilli, président de l’Université Montpellier 3, à droite (Crédits : Thomas Tedesco)
L'Université Montpellier 3 fait face à un accroissement des demandes d’inscriptions. En manque de mètres carrés, l’établissement se doit d’enrichir sa politique patrimoniale, dont il a fait une nouvelle présentation, le 13 septembre.

L'Université Paul-Valéry (Montpellier 3) repense son développement. Dans les cinq prochaines années, ses facultés de lettres et sciences humaines devraient gagner plusieurs dizaines de milliers de mètres carrés. À l'étroit en ses murs, les étudiants - ils sont plus de 20 000 - et personnels de l'université de lettres et sciences humaines aspirent à respirer un peu plus, notamment avec la création d'une nouvelle bibliothèque.

"À l'horizon 2023, nous récupérerons les 11 000 m² occupés par l'ancienne bibliothèque pour les transformer en salles de cours", explique Patrick Gilli, le président de l'université. Aujourd'hui, le ratio est de 1,5 étudiant au m² dans notre établissement. C'est moins que la moyenne nationale, où dans les universités de sciences humaines, ce ratio est davantage aux alentours de 2m² par étudiant."

Ainsi le chantier de rénovation de la bibliothèque devrait s'élever à 12 M€ HT. D'autres projets sont prévus dans le cadre de l'opération Campus, pour laquelle l'université a reçu une enveloppe globale d'un peu plus de 80 M€. Parmi ces projets phares : le Learning center Atrium qui concentrera près des trois-quarts de cette enveloppe.

Nouveauté, hors opération campus, la construction programmée d'un bâtiment dédié aux "Humanités numériques" dans le cadre de l'appel à projet ministériel "Nouveaux cursus à l'université". Remporté au début de l'été sous le nom de Nexus et doté de 7 M€, il comportera également un volet immobilier (estimation : 3 M€) pour lequel Montpellier 3 est en discussion avec le Conseil régional Occitanie pour penser son financement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :