« Ambition Archi » : l’Ecole d’architecture de Montpellier lance un fonds de dotation

 |   |  412  mots
François Fontès et Alain Derey.
François Fontès et Alain Derey. (Crédits : Eric Durand)
L’Ecole nationale supérieure d’architecture de Montpellier (ENSAM) lance un fonds de dotation ayant vocation à lui permettre de financer des opérations spécifiques en faveur des étudiants mais aussi des acteurs de l’acte de bâtir régional. Il devrait être doté de 150 000 à 200 000 € par an, et sera présidé, pour la première année, par l’architecte montpelliérain François Fontès.

« Ambition Archi », c'est le nom de baptême du fonds de dotation de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Montpellier (ENSAM), créé sur la volonté de son directeur Alain Derey et de l'architecte montpelliérain François Fontès. Les statuts ont été déposés en préfecture de l'Hérault il y a à peine un mois.

« Le fonds de dotation est un outil qui date d'une dizaine d'années, mais qui n'est pas tellement utilisé dans les écoles d'architecture, observe Alain Derey. Il a vocation à apporter un soutien à l'école d'architecture, non pas pour compléter son budget mais pour l'aider à monter des opérations qui auraient un caractère particulier. Par exemple, inviter une personnalité, architecte ou urbaniste de renommée. Ou nous aider à développer une ligne éditoriale particulière, c'est à dire faire travailler les étudiants de l'école sur une publication, un ouvrage auto-édité pour constituer une collection de sensibilisation à l'architecture. »

Le fonds de dotation permettra aussi de mettre en place une formation diplômante, en formation continue, en direction des collaborateurs des entreprises de promotion immobilière.

« Les promoteurs adhèrent à cette idée, qui permettra de faire tomber les frontières entre architectes et promoteurs », souligne François Fontès, qui prend la présidence de « Ambition Archi » pour la première année.

S'entendre sur un même langage

Les frontières ? Selon Alain Derey, il s'agit « de faire en sorte que les architectes et les promoteurs s'entendent sur un même langage, passant par l'innovation, la recherche dans la qualité des matériaux, ou sur les questions du confort des occupants des logements, sur les ambiances, etc., et pas seulement sur des impératifs économiques ou juridiques... Cette formation n'existe pas ailleurs ».

Le fonds de dotation devrait être doté à terme de 150 000 à 200 000 € par an, les entreprises sollicitées étant en priorité celles du BTP, de la promotion immobilière et tout ce qui concerne l'acte de bâtir.

« C'est une manière de donner la capacité aux entreprises montpelliéraines de se fédérer autour de l'école, propose François Fontès. C'est un mécénat actif pour faire entrer en résonnance des métiers différents. »

« Ce fonds signe une envie de travailler ensemble, ajoute Alain Derey. La ville de Montpellier s'y prête, c'est un laboratoire assez extraordinaire... C'est bien d'avoir des projets mais si il peut y avoir une réflexion au préalable, c'est mieux. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :