Benoît Roig, nouveau président de l’Université de Nîmes

 |   |  640  mots
Benoît Roig, nouveau président de l'Université de Nîmes.
Benoît Roig, nouveau président de l'Université de Nîmes. (Crédits : DR)
L’Université de Nîmes a annoncé, le 23 janvier, l’élection à l’unanimité de Benoît Roig au poste de président. Narbonnais d’origine, ce spécialiste en science du risque succède à Emmanuel Roux, nommé à la Cour des comptes depuis le 7 janvier dernier.

Suite au départ, le 7 janvier dernier, d'Emmanuel Roux, nommé à la Cour des comptes, l'Université de Nîmes a organisé une élection anticipée pour désigner son nouveau président.

Le 22 janvier, le conseil d'orientation et le conseil d'université, réunis en congrès, ont auditionné Benoît Roig, unique candidat, qui leur a présenté son programme pour les deux ans à venir. Ce dernier a été élu à l'unanimité (32 voix).

« Son projet s'inscrit dans la dynamique impulsée depuis 2012 par Emmanuel Roux et dans la perspective de la négociation du prochain contrat quinquennal », précise un communiqué de l'université publié le 23 janvier.

Son mandat court jusqu'au 29 novembre 2020. Benoit Roig inscrira son action sur trois grands axes, dont la mission première de l'université gardoise : assurer une offre de formation initiale et continue de qualité s'appuyant notamment sur une innovation pédagogique via le numérique.

Le nouveau président ambitionne aussi de « faire de la recherche une force motrice de l'université en s'appuyant sur ses deux axes identitaires que sont le risque et le design, et en développant des partenariats industriels, internationaux et des collaborations interuniversitaires ».

Enfin, Benoît Roig souhaite « développer une dynamique de campus intégré et en cohésion avec son territoire en poursuivant le déploiement du campus universitaire à travers les projets immobiliers Hoche 2 et Pinède, en encourageant l'initiative étudiante, et en renforçant la participation de l'université à la vie de son territoire ».

Rugbyman professionnel

Originaire de Narbonne, Benoît Roig a effectué ses études supérieures à l'Université de Montpellier jusqu'au DEA, puis à l'École des Mines d'Alès où il a obtenu son doctorat en 1999.

Il mène en parallèle une carrière de sportif de haut niveau, jouant en tant que rugbyman professionnel à Narbonne puis au Rugby Club Nîmois de 1991 à 2001.

Maître-assistant à l'École des Mines d'Alès jusqu'en 2010, il devient ensuite professeur des universités et intègre l'École des Hautes Études en Santé Publique à Rennes, avant de rejoindre l'Université de Nîmes en 2013.

Spécialisé en sciences du risque, ses recherches portent sur les contaminants de l'environnement et leurs effets sur la santé des populations. Il est d'abord chargé de la mission « Relations entreprises » puis nommé vice-président « Recherche et valorisation » en 2014. Il prend également la direction de l'équipe d'accueil CHROME, qui réunit une quarantaine de personnes développant une recherche transdisciplinaire autour de la détection, de l'évaluation et de la gestion de risques chroniques et émergents.

Depuis juin 2016, il préside aussi la Fondation partenariale de l'Institut Méditerranéen des métiers de la longévité (I2ML).

Des ICC aux legal-tech

L'Université de Nîmes compte trois départements (Droit-Economie-Gestion, Psychologie-Lettres-Langues-Histoire, Sciences et Art), 40 diplômes, 4 349 étudiants et 242 personnels.

En janvier 2019, elle a ouvert un 8e Diplôme d'Université intitulé « Justice prédictive et Legal Tech », en partenariat avec la start-up parisienne Predictice. Une innovation pédagogique qui vient compléter l'offre de formation des juristes pour répondre à la mutation technologique de la profession. La formation, d'une durée de 40 heures, est destinée aux professionnels (avocats, juristes d'entreprise) et aux étudiants de niveau master ou doctorat (sélection sur dossier), et se déroulera à Paris, au mois de juin 2019.

En septembre 2018, l'Université de Nîmes a ouvert un master « Production, usages et interprétation des fictions », unique en France, pour répondre aux besoins des industries créatives, très dynamiques en Occitanie. La première promotion accueille 18 étudiants, futurs professionnels dans le domaine de la fiction et de la narration.

Parmi les autres formations « originales » de l'Université de Nîmes figurent aussi une licence professionnelle « Agent de recherches privées », un master « Design, Innovation, Société » spécialisé dans le design social, et un diplôme d'université « Généalogie et Histoire des Familles ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :