Aéronautique : l’ESMA en redressement judiciaire

 |   |  440  mots
L’École Supérieure des Métiers de l'Aéronautique a formé plus de 160 pilotes en 2018
L’École Supérieure des Métiers de l'Aéronautique a formé plus de 160 pilotes en 2018 (Crédits : ESMA)
L’École Supérieure des Métiers de l'Aéronautique (ESMA), à Mauguio (34), a été placée, en juillet dernier, en procédure de redressement judiciaire, actant l’échec de l’actionnaire chinois entré au capital en 2013. Près de 20 dossiers de reprise ont été déposés au Tribunal de commerce de Montpellier.

ESMA Academy (École Supérieure des Métiers de l'Aéronautique, basée à Mauguio) a été placée en redressement judiciaire le 17 juillet 2019. L'établissement est une des dernières entreprises en date à être cédées par son actionnaire majoritaire, le groupe chinois HNA, en très grande difficulté.

L'échec de la stratégie chinoise

En quelques années, le groupe HNA, conglomérat présent dans de nombreux métiers, a investi plus de 45 Mds € pour acquérir diverses entreprises dans le monde, dont l'ESMA en août 2013. Cette frénésie d'achats s'est traduite par un endettement record du groupe, évalué à 84 Mds € en 2018. Mis sous pression par l'État chinois pour se désendetter, HNA est depuis plus d'un an engagé dans une stratégie de cession d'actifs tous azimuts.

Sur la seule année écoulée, HNA s'est notamment désengagé du hong-kongais HK Express (compagnie aérienne), du suisse Swissport (manutention aérienne), de l'irlandais Avolon (loueur d'avions), du français Pierre et Vacances (village de vacances), etc. et a réduit sa participation au capital de l'allemand Deutsche Bank. Au cours des derniers jours, le conglomérat a opéré son retrait de Aigle Azur, deuxième compagnie aérienne française, et donc de l'ESMA.

Un enjeu d'emploi et de filière

Après la nomination d'un administrateur judiciaire, la date limite pour le dépôt d'offres de reprise a été fixée au lundi 26 août. Selon nos informations, 18 repreneurs potentiels se sont manifestés à ce jour, "dont deux ou trois nettement plus sérieux que les autres", d'après un connaisseur du dossier. Face au nombre de candidats et en raison de la période estivale, peu propice à la gestion d'une procédure lourde, l'examen des dossiers pourrait être prolongé jusqu'à la fin septembre.

Selon des informations publiées par Midi Libre en novembre 2018, un scénario possible aurait voulu que HNA, déjà en proie à ses difficultés financières, vende ses parts au fonds souverain d'investissement chinois Beijing Capital Group. Contacté par La Tribune, Didier Cerutti, le directeur général de l'ESMA, a refusé de confirmer ou d'infirmer la réalisation de ce montage, même si l'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire semble devoir indiquer qu'il a échoué.

Créée en 1988 par Air Littoral, l'ESMA propose des formations dans les grands secteurs de l'aérien (pilote de ligne, hôtesse de l'air/steward, maintenance aéronautique, métiers de l'aéroport). Située sur l'Aéroport Montpellier Méditerranée, l'école emploie 70 collaborateurs et a réalisé un chiffre d'affaires de 5,3 M€ en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2019 à 11:17 :
Tant que les tribunaux de commerce continueront comme ça, les prédateurs étrangers continueront de se gaver ! Tous les 6 ans l'esma fait faillite, laissant des millions d'euros de dettes urssaf, fiscales, loyers impayés (les locaux appartiennent à l'agglo)... un repreneur étranger se pointe pour reprendre mais laisse payer aux contribuables les dettes... ce repreneur prend ce qu'il y a à prendre, récupère 5 fois sa mise, et ensuite laisse recouler l'affaire puisque ce sera le contribuable qui payera....
a écrit le 01/09/2019 à 9:59 :
L'esma, dirigée depuis, par des carrieriste d'air littoral est sous perfusion depuis longtemps. Ils n'ont aucune ambition pour l'école sauf personnelle (rester en poste et surtout ne rien changer).
Sans compter des contrats qui avaient été négociés, et perdaient surtout de l'argent. Il en faudra beaucoup pour l'esma pour attirer les élèves français, qui préfèrent se former à l'étranger pour un prix équivalent et des possibilités d'interview avec des compagnies européennes partenaires. Les chinois ne sont là que pour investir à court terme et partir.
byebye
a écrit le 29/08/2019 à 14:36 :
encore en redressement judiciaire alors que cette école déborde d’Élèves chinois ne pouvant se former en chine car l'armée chinoise refuse la construction des pistes de plus de 500m de long.
2018 a été l'année des records sur l'aéroport de montpellier avec une croissance des vols aviation légère de 16,5% pour un volume totale de 82000 vols annuel , second aéroport francais dans ce domaine, ce qui s'est traduit par une explosion des nuisances sonores pour tout les riverains à plus de 5km de l'aéroport et un enfer pour ceux survoler par les tours de piste constamment en prolongement de vent arrière vu la saturation de la piste secondaire. tout ca pour former des chinois et pour seulement 5 millions de CA et 70 emploie , on pollue tout le sud de montpellier. Merci la mondialisation .
vivement que l'esma soit en liquidation judiciaire et qu'on fasse payer aux compagnies aérienne le vrai prix de la formation de leur pilotes, avec des avions modernes plutôt que des avions de catégorie calipso D.
au final , on va encore leur donner des subventions, baisses de charges sociales , des locaux gratuits....
soyons réaliste , il faut fermer cette école qui ne fait que polluer .
arrêtons de subventionner l'aérien et la planete et notre environnement ne pourra que mieu s'en porter ....
Réponse de le 29/08/2019 à 21:01 :
Merci pour ce commentaire arnaud. J'ai bien ris. J'adore les petits génies internet.
a écrit le 26/08/2019 à 10:39 :
HNA est également actionnaire de la compagnie aérienne Aigle Azur très mal en point. Les autorités françaises ont laissé des investisseurs chinois s'emparer d'entreprises nationales de qualité sans s'assurer de leurs réels moyens et de leurs compétences. Ainsi de l'aéroport de Toulouse. Pour en savoir plus sur ce scandale , il faut lire "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez CLC Editions. L'auteur, observateur attentif de la Chine depuis longtemps et journaliste spécialisé en transport aérien, a choisi la forme du roman. Il révèle la réelle personnalité de l'actionnaire chinois, les raisons de sa disparition après avoir acheté 49.9% des actions et le rôle du MSS (les redoutables services secrets chinois). Les derniers exemplaires sont disponibles sur Amazon.fr, fnac.com, Decitre.fr, Babelio.com et sur commande en librairie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :