Aéronautique : l'ESMA va créer deux nouvelles bases en Europe

 |   |  470  mots
Le tarmac de l'école de pilotage d'Airways Aviation, à Huesca (Espagne)
Le tarmac de l'école de pilotage d'Airways Aviation, à Huesca (Espagne) (Crédits : Airways Aviation)
L'École Supérieure des Métiers de l'Aéronautique (ESMA), basée à Mauguio (34), va augmenter ses synergies avec les implantations d'Airways Aviation, son nouvel actionnaire. Sous réserve de validation réglementaire, elle prévoit de créer de nouvelles bases dans les sites de Huesca (Espagne) et au Montenegro.

Après son rachat par le groupe britannique Airways Aviation en octobre dernier, l'École Supérieure des Métiers de l'Aéronautique (ESMA) rentre en phase active de synergie avec son nouvel actionnaire. Premier niveau de coopération : l'école vient de reprendre le service de suivi de navigabilité pour toute la flotte d'Airways Aviation, dont les sites de Huesca (Espagne) et d'Oxford (Angleterre), notamment, étaient dépourvus.

"C'est à Montpellier que nous allons gérer la grosse maintenance des tous les avions du groupe, soit 34 appareils dont 14 pour les seuls sites de Huesca et d'Oxford. Ceci s'est déjà traduit par l'embauche de six techniciens sur notre siège à Montpellier, en attendant d'intégrer aussi deux mécaniciens de plus qui viennent régulièrement de Huesca pour des missions chez nous", détaille Didier Cerutti, directeur des opérations de l'ESMA.

Des synergies de formation

Mais l'essentiel des synergies au sein d'Airways Aviation portera sur le déploiement de l'ESMA dans les bases secondaires du groupe britannique : d'abord celle située sur l'aéroport de Huesca, et ensuite celle du Montenegro. L'objectif est de favoriser l'échange d'étudiants, d'instructeurs et d'avions entre ces implantations pour gérer au mieux les volumes de formation commandés par les clients.

"Plutôt que de passer par de la location d'avions ou de devoir décaler une session de formation en raison de volumes trop important sur une des bases, ces échanges d'appareils ou d'instructeurs nous permettront d'améliorer le fonctionnement de chacune d'elles. De même, l'ESMA étant la seule école française avec l'ENAC (l'École nationale de l'aviation civile, à Toulouse, ndlr) à disposer d'un agrément avec la Chine, nous pourrons déporter une partie du contrat passé avec une compagnie chinoise vers une de ces bases - et même toutes les écoles du groupe", poursuit Didier Cerutti.

Avant d'enclencher cette organisation, l'ESMA devra néanmoins lever un obstacle règlementaire : unifier les agréments attribués à chacune de ces bases. Le dossier est en cours d'instruction au sein de la DGAC (Direction générale de l'aviation civile). Selon Didier Cerutti, une réponse positive devrait intervenir au sujet de Huesca d'ici la fin du premier trimestre 2020.

Interrogée par un journal espagnol, la directrice du site d'Airways Aviation à Huesca espère que ces nouvelles synergies au sein du groupe se traduiront par la hausse des effectifs formés sur l'aéroport, qui passeraient de 40 à 60 étudiants dans un premier temps.

Créée en 1988 par Air Littoral, l'ESMA propose des formations dans les grands secteurs de l'aérien (pilote de ligne, hôtesse de l'air/steward, maintenance aéronautique, métiers de l'aéroport). Située sur l'Aéroport Montpellier Méditerranée, l'école emploie 70 collaborateurs et a réalisé un chiffre d'affaires de 5,3 M€ en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :