L’École 42 à Perpignan ? « Une vraie chance », selon l’élu au développement économique

 |  | 738 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Perpignan ambitionne de faire partie du réseau des Écoles 42 lancées par l’entrepreneur du numérique Xavier Niel. Selon le calendrier fixé, l’ouverture de ce haut lieu du codage informatique devrait intervenir à la fin de l’année 2021.

Perpignan devrait avoir son Ecole 42 à la fin de l'année 2021. C'est en tout cas ce qu'indique Laurent Gauze, 2e vice-président au sein de la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole, chargé du développement économique, alors que le projet est annoncé depuis plusieurs mois déjà, sans avoir été confirmé...

Soutenue par les collectivités locales, cette école, dédiée au codage informatique et dont l'enseignement disruptif est basé sur le travail participatif, sans cours et sans professeurs, organisé en projets, devrait prendre ses quartiers au « Dames de France », place de Catalogne, bâtiment jadis occupé par la Fnac.

Quelque 150 étudiants devraient investir les lieux annuellement, l'ambition étant d'atteindre les 450 au bout de trois ans d'existence.

Plébiscite et opposition

Si cette arrivée dans la cité catalane est largement plébiscitée par l'écosystème économico-politique local, des voix se sont soulevées pour dénoncer ce projet. Notamment celle du sénateur François Calvet (LR) qui craint l'instauration d'une concurrence à l'égard de l'IDEM, école dédiée aux métiers de l'image numérique et des industries créatives, installée au Soler. Ou encore du groupe départemental de la France Insoumise, via son animateur Francis Daspe, qui dénonce un projet qui « contrevient gravement à l'intérêt général », faisant référence au « niveau particulièrement élevé d'argent public mobilisé pour financer une école privée [qui] a de quoi laisser songeur quand on compare avec les cures d'austérité qui frappent l'éducation nationale en particulier et les services publics en général ».

Mais Laurent Gauze souhaite rassurer : « Ce projet n'est pas contre l'IMERIR ou contre l'IDEM (les deux écoles du département qui forment aux métiers du codage informatique, ndlr). L'arrivée de l'Ecole 42 permettrait de créer une synergie et ainsi développer davantage l'économie numérique et le digital, créer plus d'émulation et plus de visibilité sur l'ambition que mène le territoire. C'est une vraie chance que la meilleure école de codage en informatique veuille s'intéresser à nous ».

L'élu indique que ce projet, « financé par des fonds publics et privés », a une ambition « euro-régionale, de la Catalogne du Sud à Toulouse en passant par Montpellier ». Il précise que « le financement sera présenté d'ici à mi-avril ».

De réels besoins en codage

Pour justifier l'utilité de ce projet considéré comme socialement responsable puisqu'il permet aux jeunes inactifs du département, où le taux de chômage est le plus élevé de France métropolitaine (14%), « d'accéder à une formation et à un emploi d'avenir qualifié ».

« Ce projet permet de lutter contre le chômage et le déclassement, affirme Laurent Gauze. Il s'agit d'un investissement pour les jeunes. »

De son côté le chef d'entreprise Emmanuel Stern, fondateur et dirigeant de One Direct et président de la communauté French Tech de Perpignan, se dit favorable à la venue de l'Ecole 42 à Perpignan : « Ce projet permettrait aux entreprises d'avoir des compétences directement issues du territoire sur les métiers du codage informatique, mais aussi d'attirer de nouvelles entreprises. Il est certain qu'on s'appuie déjà énormément sur l'école d'ingénieurs IMERIR et sur l'IDEM, mais l'Ecole 42 apporte une complémentarité des compétences et des profils ».

« Un vrai partenariat est créé avec le monde économique, industriel et digital sur ce projet. Les entreprises du département emploient déjà beaucoup de jeunes issus de 42 », ajoute Laurent Gauze, insistant sur les besoins réels exprimés sur des profils de codeurs.

« Chez One Direct, un emploi créé sur deux est dans le digital, et au sein de la French Tech, la majorité des emplois relève du digital », illustre Emmanuel Stern.

Par ailleurs, l'école privée 42, créée en 2013 pour répondre à la forte demande de développeurs informatiques, a la particularité d'être « entièrement gratuite, ouverte à toutes et à tous sans condition de diplôme et accessible dès 18 ans ». L'école accueille beaucoup de jeunes issus de milieux défavorisés et attirés par les métiers du codage.

En plus d'antennes ouvertes à travers le monde, l'École 42 compte actuellement un réseau de trois structures dans l'Hexagone, à Paris, Angoulême et Lyon. Contactée au sujet de son projet d'implantation à Perpignan, l'Ecole 42 n'a pas souhaité s'exprimer sur le dossier. Tout comme l'IDEM, qui n'a pas non plus donné suite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :