L’Université de Montpellier obtient définitivement le label (et les financements) I-SITE

Après plusieurs étapes d’évaluation, l’Université de Montpellier et son projet MUSE (Montpellier Université d'Excellence) se voit définitivement attribué le label I-SITE ("Initiatives Science-Innovation-Territoires-Economie"). Cette nouvelle sanctuarise son corollaire : un financement d’un peu plus de 16 millions d’euros chaque année pour faire rayonner la communauté scientifique montpelliéraine sur trois défis, la sécurité alimentaire, le respect de l'environnement et l'amélioration de la santé humaine.
Cécile Chaigneau

5 mn

L'Université de Montpellier, et son projet Montpellier Université d'Excellence (MUSE), est définitivement labellisée Initiatives Science-Innovation-Territoires-Economie (I-SITE).
L'Université de Montpellier, et son projet Montpellier Université d'Excellence (MUSE), est définitivement labellisée "Initiatives Science-Innovation-Territoires-Economie" (I-SITE). (Crédits : Université de Montpellier)

La bonne nouvelle a été confirmée le 10 mars par le Premier ministre Jean Castex : l'Université de Montpellier, et son projet Montpellier Université d'Excellence (MUSE), fait partie des huit dernières universités lauréates* des actions "Initiatives d'excellence" (Idex) et "Initiatives Science-Innovation-Territoires-Economie" (I-SITE) créées en 2010. Elle avait obtenu cette labellisation en février 2017, mais elle était soumise à diverses évaluations. Elle est désormais définitive.

Neuf universités** ayant déjà fait leurs preuves et obtenu définitivement ce label. Elles sont désormais 17 sur tout le territoire.

Le dispositif Idex/I-SITE vise à faire émerger en France un nombre limité d'universités de recherche à visibilité mondiale sur des sites riches d'un important potentiel scientifique et capables de créer une synergie entre universités, écoles, organismes de recherche, établissements de santé et entreprises. Objectif : permettre à la France de tenir son rang dans la compétition scientifique et économique mondiale grâce au rayonnement de leur recherche, à l'attractivité de leurs formations et à la notoriété de leur corps académique.

La labellisation définitive sanctuarise, sans limite dans le temps, des financements non négligeables. Les dotations accordées par ce dispositif sont attribuées dans le cadre du Programme d'investissement d'avenir (PIA) selon un mécanisme de financement spécifique : un capital non consommable, placé sur un compte rémunéré dont les universités utilisent les intérêts, ce qui constitue leur dotation annuelle. Au total, ce sont des dotations annuelles pour  un montant de 300 millions d'euros (pour un capital de 9,5 milliards d'euros) qui seront attribuées chaque année aux 17 sites labellisés. Dont une dotation d'un peu plus de 16 millions d'euros annuels pour la communauté scientifique du projet MUSE à Montpellier (pour un capital de 550 millions d'euros).

Travail collectif récompensé

L'objectif du projet MUSE s'articule autour de trois défis : la sécurité alimentaire, le respect de l'environnement et l'amélioration de la santé humaine. Il a démarré deux ans après la création de l'Université de Montpellier (UM), elle-même issue de la fusion de deux universités.

C'est Philippe Augé, Président de l'Université de Montpellier, qui a emmené la délégation montpelliéraine pour l'audition, le 19 janvier, par un jury international. Une délégation composée d'Antoine Petit, P-dg du CNRS, Gilles Bloch, P-dg de l'INSERM, Elisabeth Claverie-de-Saint-Martin, dg du CIRAD, et François Pierrot, directeur exécutif de l'I-SITE MUSE.

« A travers ce projet, nous avons su collectivement faire la démonstration de notre capacité à enclencher une dynamique inédite, autour de notre communauté académique et scientifique pour créer une grande université avec un rôle moteur pour son territoire et un rayonnement international affirmé, se réjouit Philippe Augé. C'est une grande satisfaction et une belle récompense pour le travail collectif entrepris par tous les scientifiques, enseignants-chercheurs, ingénieurs, personnels administratifs et étudiants du consortium MUSE... Cela concrétise la force et la visibilité du site, de l'université et de ses partenaires. »

Comment l'université rayonne

Outre les sujets de gouvernance, l'ensemble des actions entreprises par le consortium pour construire une université internationalement reconnue a été présenté au jury international. L'Université de Montpellier se classe désormais parmi les leaders mondiaux en écologie selon le palmarès thématique de Shanghai, progressant en cinq ans de 140 places pour atteindre le top 200 dans le classement général de Shanghai. Elle est également une des universités les plus innovantes à l'échelle européenne selon le classement Reuters.

En moins de cinq ans, la politique mise en œuvre par MUSE a boosté l'attractivité de l'université montpelliéraine vis-à-vis des étudiants : « + 10% d'étudiants inscrits et + 10% de doctorants inscrits, contre une tendance nationale de - 5% » et que le nombre de boursiers ERC (european research council) et IUF (Institut universitaire de France) a été multiplié par trois (5 en 2017, 15 en 2020). 
L'université indique également que « le nombre d'entreprises accueillies sur le campus a doublé depuis 2017 », qu'elle a obtenu 25% supplémentaires de financements européens, ou encore qu'elle a participé à un projet d'université européenne et à la création du 1er Master européen conjoint délivré en un seul diplôme par cinq universités de cinq pays.

Pas d'élitisme déplacé

« En paraphrasant Shakespeare, j'aime à penser qu'être "grand", c'est épouser une grande cause, déclare quant à lui François Pierrot. C'est ce que nous avons voulu faire en choisissant trois défis planétaires comme horizon. Et, avec cet horizon, en agissant chaque jour pour que l'excellence ne soit pas synonyme d'un élitisme déplacé, mais tout simplement le chemin à suivre pour se dépasser, nous avons posé les bases d'une grande université d'excellence. Cette stratégie thématique et cette approche exigeante nous ont conduits au succès pour l'I-SITE MUSE, mais en ont également entraîné d'autres : le projet ExposUM obtenu dans le cadre du Programme d'investissement d'avenir ExcellenceS, le programme SFRI IDIL en faveur de l'interdisciplinarité et de l'internationalisation de la formation, le projet UM2030 retenu par le PIA IDEES, ou encore le label de Pôle Universitaire d'Innovation et la mise en place des défis clés de la Région Occitanie. »

* Les neuf universités lauréates ce 10 mars 2022 : l'Idex Université Paris Cité et sept I-SITE : Université de Montpellier, Université de Clermont Ferrand, Université de Lille, Université de Cergy, Université Gustave Eiffel, Université de Pau et Université de Nantes.

** Huit Idex (Sorbonne-Université, Université de Bordeaux, Université de Strasbourg, Aix-Marseille Université, Université Paris-Saclay, Paris Sciences et Lettres, Université Grenoble Alpes et Université Côte d'Azur) et une I-SITE (Université de Lorraine).

Cécile Chaigneau

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.