Selon l’URSSAF, l’Occitanie a perdu 21.000 postes dans le privé en 2020

 |  | 938 mots
Lecture 5 min.
Evolution annuelle des effectifs salariés (4ème trimestre 2020/4ème trimestre 2019 en %) en Occitanie, selon l'URSSAF.
Evolution annuelle des effectifs salariés (4ème trimestre 2020/4ème trimestre 2019 en %) en Occitanie, selon l'URSSAF. (Crédits : URSSAF Occitanie)
Malgré un rebond de l’emploi au 3e trimestre 2020, les effectifs dans le privé reculent de 1,5% en Occitanie, soit 21.000 postes perdus, dont la moitié dans le secteur hébergement-restauration. L’industrie, elle, perd 3.600 emplois.

L'activité avait pourtant redémarré durant l'été 2020. Mais le deuxième confinement de six semaines, accompagné de nouvelles restrictions dans certains secteurs, a mis un gros coup de frein à l'activité du troisième trimestre en Occitanie, entraînant une nouvelle baisse de la masse salariale soumise à cotisations au quatrième trimestre. D'autant que le recours au chômage partiel a augmenté en fin d'année...

« Au cours du quatrième trimestre, ces indemnités qui ne sont pas soumises à cotisations sociales représentent 3,6% de la masse salariale totale en Occitanie, contre 2,4% au précédent », précise l'URSSAF Occitanie.

Résultat : selon les données de l'URSSAF, la masse salariale a reculé de 6% durant l'année 2020, après une hausse de 3,9% en 2019.

Le rebond de l'emploi du troisième trimestre n'ayant pas suffi à compenser les pertes du reste de l'année, les effectifs ont donc reculé de 1,5% en Occitanie, soit 21.000 postes détruits.

Crise dans la fabrication de matériel de transport et l'aéronautique

Et sans surprise, le seul secteur de l'hébergement-restauration, le plus touché par la crise, absorbe la moitié de ces destructions d'emplois, malgré un rebond de 7,2% au troisième trimestre. Au total, sur 2020, « la baisse est de 10,6%, soit une perte sèche de 10.000 postes dont près de 7.000 dans la seule branche de la restauration », pointe l'URSSAF Occitanie.

« Hors intérim, les autres activités de services est le deuxième secteur qui subit le plus de pertes en 2020 en raison notamment des restrictions imposées dans certains domaines, indique également le rapport de l'URSSAF. L'emploi recule de 3,9% sur trois mois et de 6,5% sur un an. Au total, dans le tertiaire hors intérim, l'emploi recule de 1,4%, soit 14.275 postes détruits en un an. »

Enfin, l'industrie continue elle aussi de perdre des postes, avec 3.620 postes détruits en un an (- 1,7%), dont 1.320 sur le seul dernier trimestre 2020.

« Le secteur de la fabrication de matériel de transport et notamment l'aéronautique subit désormais la crise, analyse l'URSSAF. Les effectifs baissent de 1,6% ce trimestre et de 2,6% sur un an. Ce secteur qui créait en moyenne 1.500 postes par an de 2017 à 2019 en a supprimé 1.240 en 2020. Dans les industries des équipements électriques, électroniques et informatiques et des autres produits industriels, l'emploi recule de 0,5% sur trois mois. Ces deux secteurs perdent des postes depuis six trimestres. Sur un an, ils en perdent respectivement 3,1% et 2,2%. La métallurgie est particulièrement affectée avec une baisse de 4,9% sur un an, soit 1.225 postes détruits. L'emploi dans l'agroalimentaire se maintient au quatrième trimestre et les pertes sont limitées sur un an (- 0,1%). Enfin, les industries extractives, de l'énergie, du traitement de l'eau et des déchets sont les seules activités industrielles où l'emploi progresse sur un an (+ 0,2%). »

La Haute-Garonne et les Hautes-Pyrénées très affectés

Au quatrième trimestre 2020, la Haute- Garonne concentre l'essentiel des pertes d'emploi de la région, avec 4.650 postes détruits. Les emplois créés dans la construction et l'intérim ne compensent pas les pertes importantes subies dans l'industrie et dans le tertiaire hors intérim. L'URSSAF souligne qu'« en France, seuls Paris et les départements savoyards subissent une baisse plus marquée au cours du dernier trimestre ». En Haute-Garonne, seule la construction crée de l'emploi.

Dans le Gers et le Lot, l'emploi recule légèrement sur les trois derniers mois de l'année, tandis que les effectifs progressent dans les dix autres départements occitans, de + 0,1% dans les Pyrénées-Orientales à + 1,2% en Lozère. En un an, la Lozère est d'ailleurs l'un des rares départements français, avec ceux de Corse, à ne pas perdre de postes (+ 0,3%).

« La baisse des effectifs sur un an reste limitée (- 0,3 à - 0,4%) dans le Gard, où la zone d'emploi de Nîmes résiste, ainsi que dans le Tarn-et-Garonne et le Tarn, qui ont regagné au cours des trois derniers trimestres plus de 80% des postes détruits au premier trimestre. Dans l'Aude, l'Aveyron, le Gers, les Pyrénées-Orientales et l'Hérault, l'emploi recule de 0,7 à 1% sur un an. »

Au-delà de la chute des effectifs dans l'hébergement-restauration, qui affecte l'ensemble de la région, l'industrie contribue à cette baisse dans le Gers et l'Aveyron, tandis que l'emploi intérimaire fléchit dans l'Hérault, les Pyrénées-Orientales et l'Aude. Dans l'Ariège (- 1,7%) et le Lot (- 2,5%), le recul de l'emploi sur un an est plus marqué, tous les grands secteurs perdant des postes, sauf la construction et le commerce.

Enfin, dans les Hautes-Pyrénées, l'emploi s'effondre 29% dans l'hébergement-restauration, soit 1.400 postes perdus en un an. Au total, les effectifs chutent de 4,9%, « soit l'une des plus fortes baisses au niveau national derrière les départements savoyards et les Hautes-Alpes, durement touchés par la fermeture des remontées mécaniques ».

Des secteurs qui restent créateurs d'emploi

C'est le secteur de la construction qui aura créé le plus de postes sur l'année 2020, soit 2.650 postes, malgré les tensions économiques dans la région.  Mais l'URSSAF nuance ce bon chiffre en précisant que « cette embellie est concentrée sur les travaux spécialisés et de second œuvre (+ 2,6% sur un an, soit + 2.400 postes), tandis que l'emploi dans la construction de bâtiments est stable ».

Dans le génie civil, les effectifs ont progressé de 1,3% en 2020. Le commerce termine 2020 en hausse de 0,4% au quatrième trimestre (+ 0,7% au précédent), avec 740 postes créés au total en un an (+ 0,3%).

Enfin, la santé et action sociale est le seul secteur tertiaire dont l'emploi augmente fortement fin 2020 : + 1% sur trois mois et + 1,4% sur un an.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :