Recrutement de développeurs web : de plus en plus de profils mosaïques, selon l’enquête CodinGame

CodinGame, plateforme de référence dans le recrutement de développeurs web, dresse un état des lieux des pratiques en vigueur et des évolutions qui marqueront 2022. Une 5e enquête annuelle qui met en lumière des changements notables sur ce marché de l’emploi. En tête, une offre massive de postes de développeurs difficilement pourvus, corrélée à des recrutements de profils non issus de formations de l'enseignement supérieur.
Cécile Chaigneau

6 mn

Compétence difficile à recruter, les développeurs web font l'objet de recrutements de plus en plus ouverts par les entreprises qui ont franchi le cap d'accepter l'absence du sacro-saint bagage académique.
Compétence difficile à recruter, les développeurs web font l'objet de recrutements de plus en plus ouverts par les entreprises qui ont franchi le cap d'accepter l'absence du sacro-saint bagage académique. (Crédits : DR)

CodinGame est une plateforme de recrutement de développeurs informatiques, d'évaluation des compétences techniques en ligne et de perfectionnement par le jeu. Elle annonce un millier de clients internationaux (dont Bank of America, Nintendo, Deloitte, Nasdaq, Samsung ou Facebook) et une communauté de 2 millions de développeurs dans 175 pays. En octobre 2021, l'entreprise montpelliéraine annonçait fusionner avec CoderPad, plateforme d'entretiens techniques à distance, basée à San Francisco et qui compte plus de 3.000 clients dans le monde (Goldman Sachs, Netflix, Slack, Stripe, etc.).

Le 10 janvier, CodinGame et CoderPad publient leur 5e enquête annuelle sur le recrutement dans le secteur tech, réalisée d'octobre à décembre 2021 auprès de 14.000 développeurs et recruteurs dans 130 pays. Elle met en lumière des changements notables sur le marché de l'emploi IT pour 2022.

« Remettre la masse salariale à flot »

Premier enseignement : 2022 confirme la reprise du marché de l'emploi tech amorcée en 2021. Ainsi, en 2022, plus de la moitié (53%) des recruteurs disposeront d'un budget plus important pour recruter des développeurs et 35% des recruteurs interrogés prévoient de recruter plus de 50 développeurs en 2022. Le pourcentage d'entreprises recrutant plus de 200 développeurs a plus que doublé - 2,9% en 2021 contre 6,7% en 2022 - tandis que les intentions de recrutements de plus de 500 développeurs ont doublé, avec 4,9% en 2021 contre 8,2% en 2022.

« Ce constat reflète l'urgence, pour les entreprises, de compenser les gels d'embauches ou les restructurations liés à la pandémie, commente l'enquête. Avec le retour à la normale de l'activité, les recruteurs doivent remettre la masse salariale à flot dans des délais serrés. »

L'augmentation du budget pourrait également être liée au fait que les développeurs exigent des salaires plus élevés.

Ce sont les États-Unis qui offrent les meilleurs salaires, suivis de la Suisse et du Canada : alors que 44% des développeurs aux États-Unis gagnent 100.000 dollars ou plus et que 5% gagnent plus de 200.000 dollars, en Inde, plus de 75% gagnent moins de 20.000 dollars. La France se situe en 9e position, avec un salaire moyen de 47.617 dollars (42.045 euros). L'enquête nuance toutefois en rappelant que « les salaires des développeurs sont fortement corrélés au coût de la vie des différents pays » et précise que « il faut s'attendre à une augmentation croissante des salaires dans les éditions ultérieures de cette enquête liée à l'élargissement du vivier de talents des recruteurs ».

Cherche compétences désespérément...

L'élargissement du vivier dans lequel les recruteurs vont piocher est l'autre enseignement majeur de cette enquête. Qui fait d'abord un constat : près de 50% des recruteurs peinent à trouver des candidats qualifiés. Depuis 2020, "identifier les potentiels même si les compétences du candidat ne correspondent pas exactement à nos critères" a bondi de la 8e place à la 2e des défis du recrutement.

Les développeurs full-stack et back-end sont les deux compétences pour lesquelles les recruteurs pensent avoir le plus de difficultés de recrutement et ils disent anticiper des difficultés liées à une importante reprise de l'activité, et par conséquent de la demande. Sans surprise, les domaines très pointus comme les DevOps, Architectes, Data Scientists, et experts en IA/Machine Learning sont considérés comme rares et difficiles à trouver sur le marché.

Ces difficultés se traduisent donc par des recrutements de profils non issus de formations de l'enseignement supérieur - parcours universitaire ou écoles d'ingénieurs - afin de répondre aux besoins croissants des entreprises.

« Il y a toujours eu des professionnels tech qui ne passaient pas par les bancs de l'université ou par les écoles d'ingénieurs - environ 30% sont autodidactes - mais ce qui change aujourd'hui, c'est la volonté des entreprises à les embaucher, souligne Aude Barral, cofondatrice de CodinGame avec Frédéric Desmoulins et Nicolas Antoniazzi. A partir de mai 2021, nous avons observé dans le secteur de la tech que beaucoup de développeurs quittaient leur emploi car la crise sanitaire avait généré de nouvelles envies. Combiné à la reprise économique avérée, les entreprises ont de forts besoins et font des recrutements plus ouverts. C'est un vrai tournant. Elles vont chercher des profils plus mosaïques, hors des sentiers battus, car elles réalisent qu'il existe des profils intéressants sur le marché, parmi lesquelles des réorientations, des reconversions. »

Sans bagage académique

L'enquête annonce ainsi que 57 % des recruteurs se déclarent prêts à se passer du CV, qui se concentre sur la formation initiale et l'expérience, lors du processus de recrutement. Avec néanmoins une diversité selon les continents : c'est en Europe que la résistance à l'abandon du CV est la plus forte, avec 40% des recruteurs réticents, suivie de près par l'Océanie. Les recruteurs sud-américains sont les plus ouverts à cette possibilité, suivis de près par les répondants asiatiques.

Le recrutement de développeurs sans bagage académique serait ainsi passé du stade de la rareté à celui de la normalité. L'enquête de CodinGame souligne en effet que le pourcentage de recruteurs qui recrutent des développeurs sans formation académique a presque doublé en un an, passant de 23% en 2021 à 39% en 2022, et que « l'expérience candidat est la première des priorités dans laquelle les recruteurs prévoient d'investir pour 2022 ». Reste à voir si ces changements s'inscriront dans la durée...

En attendant, cette tendance constitue une bonne nouvelle pour les 40% de développeurs interrogés qui n'ont pas appris à coder dans une école d'ingénieurs ou une université. La plupart d'entre eux sont autodidactes (32%), et une petite partie a suivi une formation courte en ligne ou hors ligne. Moins de la moitié des développeurs (43%) ayant répondu à l'enquête ont appris la programmation dans une université ou une école d'ingénieurs / d'informatique.

Selon l'enquête CodinGame, « développeurs (77%) comme recruteurs (76%) s'accordent sur le fait que les tests de compétences et les entretiens techniques pratiques - où l'on demande aux candidats de résoudre des problèmes de code - sont le meilleur moyen de s'assurer du niveau de compétence d'un candidat ». Ce qui fait bien l'affaire de CodinGame puisque c'est son créneau depuis sa création...

Plébiscite du télétravail

Comment la crise a-t-elle affectée dans l'organisation du travail de ce secteur ? La majorité des équipes sont désormais hybrides, tandis que seules 20% l'étaient déjà avant la pandémie. Au cours des 18 derniers mois, le travail à distance est donc devenu la norme : 70% des développeurs ont déclaré préférer le travail à distance en 2022, au moins quelques jours par semaine, tandis que 4% seulement déclarent vouloir travailler au bureau à plein temps.

Et les entreprises s'adaptent à ces pratiques désormais dans l'air du temps puisqu'un recruteur sur trois a déclaré qu'il offrait actuellement des possibilités de télétravail à plein temps et 29% une flexibilité hybride. Une autre manière d'attirer des talents.

Cécile Chaigneau

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.