La faculté de médecine de Montpellier néglige-t-elle les conflits d’intérêts ?

 |   |  903  mots
(Crédits : REUTERS/Kham)
Zéro point, tel est le score de la faculté de médecine de Montpellier dans le classement de Formindep qui évalue pour la 1e fois l’indépendance des 37 facultés de médecine françaises vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. Publié le 9 janvier par la revue scientifique internationale Plos One, ce palmarès révèle que seules neuf facultés échappent au zéro pointé.

À Montpellier, les étudiants en médecine n'ont aujourd'hui pas la garantie d'un parcours universitaire préservé du lobby pharmaceutique. Un cas de figure que relève la revue scientifique Plos One dans la majorité des facultés de médecine françaises, selon le classement de l'association Formindep, qu'elle a publié le 9 janvier.

Pour la première fois en France, un palmarès visant à établir l'indépendance de la formation médicale vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques a été réalisé dans le cadre de cette enquête. À l'origine de ce travail, l'association Formindep qui défend « une formation et une information médicale indépendante » à laquelle s'est adjointe l'Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF).

« Au cours des études médicales, les futurs médecins sont très tôt soumis à l'influence de l'industrie pharmaceutique, indique Formindep. Celle-ci est omniprésente par le biais des réunions, repas offerts et cours dispensés par des professeurs leaders d'opinion liés financièrement à l'industrie. »

Réponse de trois doyens sur 37

Quelles politiques mettent en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :