La CCI Occitanie implantera son CFA régional à Pérols

 |   |  621  mots
Alain di Crescenzo, président de la CCI Occitanie, rédige une étude sur le plan d'économies imposé par le gouvernement
Alain di Crescenzo, président de la CCI Occitanie, rédige une étude sur le plan d'économies imposé par le gouvernement (Crédits : CCI Occitanie)
Lors de ses voeux à la presse, le 16 janvier, Alain di Crescenzo, président de la CCI Occitanie, a dénoncé la ponction de 10 M€ de ressources imposées par l'État cette année encore. Il annonce que, forcé de se transformer, le réseau des CCI se dotera d'un nouvel outil de formation mutualisé, opérationnel à la rentrée 2020.

Annoncé lors de ses voeux à la presse un an plus tôt, Alain di Crescenzo a confirmé, le 16 janvier, que la CCI Occitanie se dotera d'un CFA régional opérationnel à la rentrée 2020, et dont le siège sera installé à Pérols (34), près de Montpellier. Ce dispositif, qui fonctionne déjà en fédérant les CFA (centre de formation des apprentis) d'Occitanie, vise à rassembler et externaliser l'offre de la CCI Occitanie en matière d'apprentissage et de formation professionnelle continue.

Le CFA régional, qui sera alors doté d'un nouveau nom et d'une communication en propre, disposera aussi de sa propre gouvernance. La présidence reviendra au président de la CCI Occitanie, secondé par un directeur général recruté ad hoc, tandis que deux vice-présidences seront confiées aux responsables des deux plus grands CFA de la région, André Deljarry pour celui de l'Hérault et Éric Giraudier pour celui du Gard.

"Le CFA Occitanie fonctionne déjà comme un service géré, et nous allons le transformer en entreprise à but non lucratif. Il sera géré et commercialisé par des comités territoriaux où les CCI seront parties prenantes. Nous nous appuyons sur 13 sites de formation en région à ce jour, et sans doute plus à l'avenir. En mutualisant des structures et des méthodologies, nous pouvons créer les conditions d'un retour à l'équilibre, au bénéfice de tous les jeunes", explique Alain di Crescenzo.

La CCI Occitanie dénonce "un plan anti-économique"

Ce nouvel outil est l'un des moyens choisis par la CCI Occitanie pour se transformer, "dans une trajectoire concurrentielle" destinée à générer de nouveaux revenus, alors que les baisses de ressource fiscale que lui impose l'État continuent. En effet, Alain di Crescenzo rappelle que le montant de la taxe pour frais de chambre - la seule ressource des CCI - affectée au réseau CCI France a chuté de 1,4 Md€ à 350 M€ en dix ans : pour la CCI Occitanie, cette baisse sera de 10 M€ en 2020, et peut-être 8,7 M€ en 2021 et en 2022.

"En tant que vice-président de CCI France, je suis chargé de mener une étude pour démontrer au ministère des Finances que si les montants programmés sur 2021 et 2022 sont exécutés, les CCI ne seront plus viables. Beaucoup d'entre elles disparaîtront, et ce sera la fin d'une prestation homogène sur le territoire régional. Quel organisme public a déjà réalisé 76 % d'économies en huit ans ? Aucun. Ce plan voulu par le gouvernement est anti-économique", assène Alain di Crescenzo.

Néanmoins, en 2019, la CCI Occitanie a bouclé une année qu'Alain di Crescenzo qualifie "de progrès, malgré les pertes de ressources". Elle a accompagné 500 entreprises en phase de création-transmission, 480 dans leur développement international, 650 dans l'accession à des partenariats européens, 150 sur le développement et a organisé 70 réunions sur les sujets de la digitalisation et de la cybersécurité dans le cadre d'une mission confiée par la Région Occitanie.

"La loi Pacte nous impose de faire du chiffre d'affaires sur de nouvelles prestations, de rentabiliser les prestations déjà matures, et de faire plus d'appui aux entreprises. Nous avons par exemple mobilisé 400 000 € pour former nos collaborateurs dans la cadre de cette transformation digitale. À compter de 2020, nous prévoyons d'accompagner 2 000 entreprises en trois ans sur ce sujet. Nous allons aussi décliner localement l'initiative de Team France Export : une quinzaine de personnes seront mobilisées pour accompagner 450 entreprises à l'export, dont 180 avec un business-plan et 180 dans une démarche de projection active", annonce Alain di Crescenzo.

La CCI Occitanie disposait d'un budget de 59 M€ en 2019. Elle gère 1 200 collaborateurs à ce jour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2020 à 8:52 :
Encore de l'argent foutu en l'air!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :