25 % des salariés sont exposés à un risque au travail

 |  | 554 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
Mise en application le 1er janvier, la loi El-Khomri modifie la médecine du travail, avec un suivi du salarié plus adapté et moins systématique. Selon l'association Aipals, qui lançait une campagne d'information sur les décrets d'application de la loi le 31 janvier, un quart de salariés, tant à l'échelon national que départemental, restent exposés à un risque particulier au travail.

Votée en août 2016 et entrée en application le 1er janvier dernier, la loi El-Khomri a donné lieu à divers décrets d'application à propos desquels Aipals lançait une campagne d'information (avec site dédié et mise à disposition de flyers), le 31 janvier, sur le sujet de la médecine du travail. L'association héraultaise (un service inter-entreprise de santé au travail actif sur l'agglomération montpelliéraine) veut d'abord dissiper les craintes nées d'une disposition de la loi autour de la visite médicale d'embauche.

"La visite médicale ne disparaît pas, elle évolue, nuance la directrice d'Aipals, Diane Laruel. La visite d'embauche devient un examen d'aptitude...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :