Anne Lauvergeon rejoint la société gardoise boostHEAT

 |   |  655  mots
(Crédits : reuters.com)
L'entreprise nîmoise boostHEAT, créatrice d’une chaudière thermodynamique EnR nouvelle génération, vient d'ajouter une corde à son arc, et pas des moindres : le 4 décembre, elle a annoncé la nomination, à la tête de son conseil d'administration, d'Anne Lauvergeon. Objectif : l’aider à accélérer son développement industriel et commercial.

Ancienne dirigeante d'Alcatel et ex-n° 1 du géant nucléaire Areva (2001-2011), Anne Lauvergeon vient d'être nommée présidente du conseil d'administration de boostHEAT.

L'entreprise, dont le siège est à Nîmes (30) et la R&D à côté de Toulouse (Ramonville-Saint-Agne - 31), a développé une nouvelle génération de chaudières thermodynamiques EnR pour la production de chauffage, d'eau chaude sanitaire et de climatisation à destination du logement individuel, collectif et tertiaire. Basée sur une technologie brevetée de compression thermique, la gamme d'équipements développée par boostHEAT promet de diviser par deux la consommation d'énergie par rapport aux chaudières traditionnelles à condensation, et de réduire les émissions de gaz à effet de serre, tout en offrant un rendement thermique pouvant aller jusqu'à 200 %.

« Nous avons rencontré Anne Lauvergeon en tant que spécialiste de l'énergie fin août, afin d'écouter son expertise, souligne Philippe Dujardin, directeur administratif et financier de boostHEAT. Elle, qui est de formation thermodynamique, a été séduite par notre technologie. Elle nous apporte une ouverture internationale en business développement vers les grands énergéticiens, qui deviennent des producteurs de services énergétiques, mais aussi vers les grands industriels. »

Carnet d'adresses

La plus-value « Lauvergeon » attendue est donc double : les conseils d'une experte en énergie, adossés à un carnet d'adresses extrêmement bien fourni.

« Nous sommes très fiers d'accueillir Anne Lauvergeon à la présidence du Conseil d'administration de boostHEAT, se réjouissent Luc Jacquet et Jean-Marc Joffroy, les deux cofondateurs et dirigeants de la société. La richesse de son expérience du monde industriel et de ses fonctions aux organes de direction de grands groupes, associée à sa profonde connaissance du monde de l'énergie seront un formidable accélérateur dans le développement de boostHEAT. Notre société a franchi des étapes-clefs depuis sa création et dernièrement avec la fabrication de ses premières chaudières. Nous sommes aujourd'hui prêts à accélérer notre croissance et notre déploiement à l'international. »

De son côté, Anne Lauvergeon déclare : « Avec plus de 150 chefs d'État à Paris pour la COP 21, le climat est plus que jamais un enjeu mondial. boostHEAT innove chaque jour pour lutter contre le réchauffement climatique et réduire notre consommation énergétique. Je suis heureuse de rejoindre cette aventure et d'accompagner le développement de ces solutions pour notre planète ».

En avril 2014, Anne Lauvergeon avait été nommée présidente du conseil d'administration de la start-up toulousaine Sigfox, dirigée par Ludovic Le Moan et spécialisée dans le développement d'un réseau bas débit destiné à connecter les objets entre eux.

« Il peut y avoir des passerelles intéressantes pour notre activité car nous souhaitons aller vers les big data pour analyser notre chaudière en live », commente Philippe Dujardin.

Commercialisation fin 2017

À ce jour, boostHEAT emploie 34 personnes, dont 15 en R&D. Les premières chaudières boostHEAT sont entrées en phases de qualification et de certification en vue de leur commercialisation à partir de fin 2017.

L'entreprise cherche toujours un terrain où construire une unité de production industrielle. Nîmes ? Montpellier ? Toulouse ?

« Pour l'heure, aucune décision n'a été prise, répond Philippe Dujardin. Nous allons développer un atelier-pilote proche de notre R&D, donc certainement à Toulouse, ce qui nous permettra d'assurer les premières livraisons en attendant d'avoir notre usine. »

Deux prototypes de chaudières ont été montrés lors du Salon mondial du bâtiment début novembre, et l'entreprise a obtenu la médaille d'or dans la catégorie « Système utilisant les EnR ». Et c'est Ségolène Royal, la ministre du Développement durable, qui devait remettre à boostHEAT, vendredi 4 décembre, dans le cadre de la COP21, le prix Ademe « Climatisation du futur ». L'entreprise sera d'ailleurs présente sur la COP21 toute la semaine à venir sur le stand de Business France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2016 à 15:35 :
j,ai voulu dire AREVA!
a écrit le 07/01/2016 à 15:33 :
si elle réussi aussi bien qu,avec ARENA on est pas dans la mouise!
a écrit le 07/12/2015 à 7:45 :
Je me demande pourquoi la tribune suit anne dans tous ses faits et gestes. N'y a t-il rien d'autre de plus interessant?
a écrit le 05/12/2015 à 14:14 :
Un rendement thermique de 200%, avec Anne bientôt il vont inventer le moteur à eau après avoir fait acheter touts les sources par sa famille ou amis. Espérons que cela ne se fera pas avec l'argent des contribuables et cette entreprise ne souffrira pas comme Areva.
a écrit le 05/12/2015 à 13:22 :
Elle a un carnet d'adresses de gens comme elle. Cette entreprise sera soutenu par l'état, elle va trouver des subventions et des marchés publics bien sûr. Le contribuable paiera. On le sait d'avance. Quelle est la définition de la notion de "trafic d'influence"? Je voudrais bien savoir....
a écrit le 05/12/2015 à 8:29 :
Après avoir mis en faillite Areva, fleuron français, societe monopole sur le service nucléaire avec grosses marges, en lançant une politique d acquisition désastreuse (j espère qu elle a touché beaucoup d argent en suisse pour le rachat d uramin, sinon elle est complètement incompétente) et surtout un re positionnement stratégique catastrophique (construction de centrale EPR)

Oui l activité d Areva n était pas "sexy" (sous traitant d EDF, pas de gestion de central, pas de construction de centrale, pas de mine...) mais elle était très rentable


Maintenant Grace a son réseau politique elle rebondit, Areva lui coule
a écrit le 04/12/2015 à 19:05 :
A leurs places, je m' inquiéterai. Atomic Anne a eu ses galons grâce à ses amitiés miterrandiennes.
Quand à des compétences, dans le Nucléaire, on rit jaune, et les contribuables ne lui disent pas merci.
a écrit le 04/12/2015 à 18:14 :
quand on connait les degats que cette personne a fait chez AREVA la societe boostHEAT ne doit pas voir l'avenir du bon cote ,ce genre de replacement est inadmissible!!!!
a écrit le 04/12/2015 à 17:50 :
Avec Anne leur faillite est programmée
C est quand même sa spécialité non ?
a écrit le 04/12/2015 à 17:15 :
Rappelons quand même que çà ne fait qu'utiliser du gaz donc ce n'est pas la solution idéale dans ce cas même si on améliore le rendement. Par contre si l'on utilise du biogaz c'est excellent mais le potentiel et les zones d'applications sont alors limités et on entre en concurrence avec les véhicules lourds au biogaz (bus etc). La tentation d'utiliser principalement du gaz (et non du biogaz) va malheureusement être la plus forte et on reste alors dans le schéma classique des lobbies des énergies fossiles et la dépendance et pollutions qui vont avec.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :