Mahamadou Diarra nouveau directeur de cabinet du préfet de l’Hérault

 |   |  457  mots
(Crédits : Cécile Chaigneau)
Le nouveau directeur de cabinet du préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, a pris ses fonctions le 20 novembre 2017 à Montpellier. Le lendemain, il présentait les priorités de la préfecture face à la presse, en matière de sécurités publiques notamment.

Mahamadou Diarra le rappelle avec insistance : la mission d'un directeur de cabinet de préfet s'inscrit plus particulièrement dans les questions de sécurités publiques. Le tout nouveau collaborateur du préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel, se présentait à la presse régionale le 21 novembre, dans les salons de la préfecture.

La carrière de ce jeune énarque de 27 ans a débuté il y a à peine deux ans, en janvier 2016, dans le département la Loire où il était directeur de cabinet du préfet Fabien Sudry, puis du préfet Evence Richard. La préfecture de l'Hérault est donc son deuxième poste.

Mahamadou Diarra, né à Paris, a fréquenté les bancs de l'Institut d'études politiques de Paris (Master d'affaires publiques) de 2007 à 2012, puis ceux de l'École nationale d'administration (ENA), promotion Winston Churchill, en 2014-2015.

Ce passionné de sports collectifs (le football en particulier) dit avoir choisi l'administration territoriale de l'État et « la préfectorale » pour cette dimension de « travail au sein d'un collectif emmené par le préfet ».

« J'aime les relations humaines, aller au contact des gens, me déplacer sur le terrain pour mieux comprendre les situations », déclare-t-il.

Police de sécurité du quotidien

Parmi ses missions figurent les actions autour de la prévention de la délinquance ou de la radicalisation. A la question de sa connaissance du département de l'Hérault, et notamment de la ville de Lunel, largement médiatisée sur le sujet de la radicalisation, Mahamadou Diarra répond sobrement : « J'ai entendu parler de Lunel comme de Montpellier ou de Lodève. Je n'ai pas d'a priori, je préfère me faire ma propre idée. C'est en se confrontant aux réalités qu'on apprend ».

S'il n'a pas encore pris la pleine mesure des dossiers qui l'attendent, ayant pris ses fonctions la veille, lundi 20 novembre, le jeune directeur de cabinet sait déjà qu'il aura fort à faire en matière de sécurité routière, puisque le département affiche le triste score de 90 à 100 tués sur les routes chaque année.

« La sécurité routière une vraie priorité », affirme-t-il.

Un de ses premiers dossiers d'envergure sera celui de la police de sécurité du quotidien, dont le chantier a été lancé par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb en août dernier.

« Ce sujet mobilise les préfets en personne, souligne-t-il. Le travail de consultation est lancé auprès des forces de sécurité, des partenaires de la sécurité, afin de faire remonter nos constats et propositions quant à la mise en place de la nouvelle organisation. Cette consultation se terminera fin décembre et des décisions interviendront début 2018. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :