Une nouvelle gouvernance chez Arkolia Energies

L’entreprise héraultaise Arkolia Energies, spécialisée dans les installations de production d'énergie renouvelable (solaire, biogaz et éolien), annonce la nouvelle gouvernance qui préside désormais à sa destinée. Une réorganisation qui s’inscrit dans la continuité, selon les vœux du cofondateur et désormais président, Jean-Sébastien Bessière.
Cécile Chaigneau

4 mn

Jean-Sébastien Bessière et Katia Sigaud, désormais président et DG de Arkolia Energies.
Jean-Sébastien Bessière et Katia Sigaud, désormais président et DG de Arkolia Energies. (Crédits : DR)

Le décès du cofondateur et président d'Arkolia Energies, Laurent Bonhonmme, était intervenu brutalement le 14 juin dernier, laissant l'entreprise sous le choc. Un peu moins de trois mois après, l'entreprise a dû se réorganiser.

Le développeur indépendant d'installation de production d'énergie renouvelables (solaire, éolien et biogaz), basé à Mudaison près de Montpellier (34), annonce aujourd'hui l'évolution de sa gouvernance, avec une volonté claire : rester dans la continuité.

Le nouveau binôme désormais à la tête d'Arkolia Energies est composé de Jean-Sébastien Bessière, cofondateur avec Laurent Bonhomme en 2009 et jusqu'alors directeur général, qui prend la présidence, et de Katia Sigaud, directrice administrative et financière depuis douze ans, qui prend la direction générale de l'entreprise.

« Il faut se tourner vers l'avenir et poursuivre l'aventure entamée il y a douze ans avec Laurent, déclare Jean-Sébastien Bessière. On fonctionnait en triumvirat et aujourd'hui, on est plus une dyarchie. Nous avons un comité de direction qui nous accompagne depuis longtemps, et nous avons fait de la promotion interne. »

Katia Sigaud, dont le poste de DAF va faire l'objet d'un recrutement de remplacement, préfère les termes de « trio » et de « duo » : « Nous avons beaucoup recruté récemment et tout le monde s'est soudé autour du projet d'Arkolia. Aujourd'hui, nous allons continuer à deux ce qu'on a commencé à trois ».

« La meilleure année d'Arkolia depuis sa création »

L'entreprise emploie aujourd'hui 130 salariés et compte huit agences en France, dont trois grosses à Rodez, Toulouse et Nantes, une à Paris et un maillage géographique au plus près de ses projets. Le développeur a bouclé l'année 2020 sur un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros.

« La meilleure année d'Arkolia depuis sa création, précise Katia Sigaud. On s'est adapté en télétravail lors de la crise sanitaire et nous avons mis en place une politique très protectrice vis-à-vis de nos prestataires et fournisseurs de manière à poursuivre nos activités. »

A ce jour, l'entreprise annonce une puissance installée qui sera de 250 MWc fin 2021 (dont environ 80% d'actifs en propres qui lui permettent de revendre l'électricité produite. Elle vise les 100 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2021 et ambitionne d'atteindre 1 GWc installés à horizon 2025.

« Sur ces 100 millions d'euros, 30% proviennent de la production d'énergie par nos actifs, explicite le nouveau président. Nous avons eu, dès le début, la volonté d'être multi-énergie et aujourd'hui, notre activité se compose pour 1/3 de solaire toiture, 1/3 de solaire sol et 1/3 d'éolien. Ces énergies n'ont pas le même niveau de maturité. En 2021, nous aurons équipé plus de 500 bâtiments de solaire en toiture. Mais nous avançons aussi sur le parc de 19 éoliennes dans le sud-Aveyron, à Hot Dourdou, un projet sur lequel nous travaillons depuis dix ans avec EDF-Renouvelables et qui sera livré fin 2023... Nous avons un plan d'investissement de 300 MW supplémentaires d'ici 18 à 24 mois. Pour l'éolien, qui est en effet plus complexe et qui rencontre souvent de l'opposition, il faut donner du sens et inclure les collectivités locales ou les habitants. Nous avons désormais systématiquement recours à l'investissement participatif. Nous souhaitons mieux répartir la richesse pour ne plus être perçus comme des promoteurs... »

Faire baisser la pression par le dialogue

Son projet Solarzac, projet de parc solaire d'envergure sur la commune de Le Cros (34), en partie sur le plateau du Larzac, a rencontré une vive opposition, dont Arkolia Energies entend faire baisser la pression par le dialogue.

« C'est un projet au long cours, avec débat public et que l'on veut en co-construction avec les partenaires locaux, raconte Jean-Sébastien Bessière. Nous lançons la concertation en fin d'année. Nous avons créé trois comités autour de trois volets : un volet agricole, et on travaille avec cinq agriculteurs locaux pour voir le potentiel agricole du projet, un volet environnemental pour dimensionner la centrale au mieux et réduire son impact, et un volet débouché pour l'électricité qui est en cours de réflexion. »

Parmi les autres gros projets du groupe, le projet baptisé Ariège Biométhane : alors que la centrale de méthanisation a été construite, l'entreprise étudie comment la coupler avec une unité de méthanation (récupérer le CO2 et l'associer à de l'hydrogène issu d'un électrolyseur pour faire du méthane) dans un bâtiment équipé de solaire pour alimenter l'électrolyseur.

Arkolia Energies devrait déménager fin 2023 dans ses nouveaux locaux (2.200 m2) sur le Parc industries Or Méditerranée, à Mauguio.

« Nous avons beaucoup travaillé avec le promoteur pour équiper les autres lots en autoconsommation et mettre des ombrières de parking ainsi que des bornes de recharge », indique Jean-Sébastien Bessière.

Cécile Chaigneau

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.