Grande région : qui a les entreprises les plus florissantes ?

 |   |  734  mots
Nicollin est une des entreprises les plus performantes référencées par l'étude
Nicollin est une des entreprises les plus performantes référencées par l'étude
Une récente étude sur la santé économique des 80 plus grandes entreprises du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées livre des enseignements inattendus, au regard de nombreux critères : chiffres d’affaires plus gros, fonds propres mieux dotés, meilleure rentabilité, investissement plus important...

À un mois de la fusion effective des régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, le cabinet d'expertise comptable montpelliérain Cazes-Goddyn a mené une étude sur la situation économique comparée des 40 plus grandes entreprises de chacun des deux territoires. Elle sera désormais menée chaque année, annonce le cabinet.

Les 80 entreprises retenues sont celles dont le siège social, l'actionnariat et le centre de décision sont dans les deux régions, et qui ont réalisé le plus gros chiffre d'affaires (sur la base des comptes déposés aux greffes). S'agissant des établissements financiers, c'est le produit net bancaire qui a été pris en compte.

Altrad, Orchestra, Fondeville, etc.

Parmi les entreprises de l'échantillon figurent, en Languedoc-Roussillon, Système U Centrale régionale Sud, Altrad, Arterris, le groupe Cémoi, le Crédit Agricole du Languedoc-Roussillon, Orchestra-Prémaman, la Banque Populaire du Sud, Nicollin Holding, la Caisse d'Épargne du Languedoc-Roussillon, Vinadéis, Advini, OC Santé, Hugar (Ametis), Fondeville BTP, GGL Groupe, Logitrade, Labosud Oc Biologie, Park&Suites, la société des Journaux du Midi, le Groupe Proméo ou Hexis.

Côté Midi-Pyrénées, on trouve Chausson Matériaux, Latecoere, le Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, le Crédit Agricole Pyrénées Gascogne, Vivadour, la Caisse d'Épargne Midi-Pyrénées, Actia Automotive, Les Vergers de Blue Whale, le Scopelec, Groupe Cahors, Figea Aero, Verdié Autocars ou la Clinique Pasteur.

« Le groupe Airbus, anciennement EADS, s'est retrouvé exclu du périmètre de l'étude, précise le cabinet. Il a fait néanmoins l'objet d'un traitement différencié malgré la non satisfaction de tous les critères retenus - le groupe a son siège social aux Pays-Bas et le centre de décision n'est plus en rapport avec la région-, ceci en raison de son importance pour la région Midi-Pyrénées. »

Airbus présente un fort impact sur la région toulousaine, avec près de 18 000 emplois (sans compter les emplois indirects), soit 14 % des 130 000 emplois du groupe.

Des entreprises plus rentables

L'étude révèle que l'ensemble de ces 80 entreprises, qui constituent la force entrepreneuriale de la future grande région, le cœur de sa création de richesse, sont toutes des entreprises en bonne santé financière dont le dynamisme est indiscutable.

« Contre toute attente, hors secteur bancaire, les entreprises du Languedoc-Roussillon développent un chiffre d'affaires plus élevé de 15 % par rapport à celles de Midi-Pyrénées », révèle l'étude. Le chiffre d'affaires progresse de 340 M€ en 2014 (+ 4%) sur la région LR, et de 73 M€ (+ 1 %) sur la région MP, chiffres bien plus élevés que la croissance au niveau national. »

Une constatation qui doit cependant être nuancée par l'importance des centrales d'achats dans les valeurs retenues.

En Languedoc-Roussillon (L-R), le cabinet observe une nette prédominance du secteur du commerce (51 %), suivi de l'agro-industrie (18 %) et du secteur de l'industrie (12 %). La région Midi-Pyrénées (M-P) est, quant à elle, plus partagée entre le secteur du commerce (31 %) et celui de l'agro-industrie (31 %), suivi du secteur de l'industrie (21 %).

Les entreprises du L-R sont mieux dotées en fonds propres (1,825 Md €) que celles de M-P (1,502 Md €), du fait notamment d'une importante présence des secteurs de la promotion immobilière et de la santé. Elles ont aussi une trésorerie disponible plus élevée (664 M€ contre 453 M€).

Les entreprises du L-R sont largement plus rentables (168 M€) que celles de M-P (76 Mds €). Cependant, si le résultat global passe de - 18 M€ à 76 M€ en M-P, la situation dans le L-R accuse une baisse de 23 M€ (-12 %). La principale cause : l'importante baisse du résultat dans le secteur de la promotion immobilière.

Enfin, les entreprises du L-R ont beaucoup plus investi en 2014 (429 M€) que celles de MP (262 M€).

Plus de salariés en Midi-Pyrénées

En revanche, l'étude montre que l'endettement des deux populations d'entreprises est quasiment identique et que les effectifs salariés sont légèrement supérieurs en M-P (43 976) qu'en L-R (40 449).

Enfin, le secteur bancaire régional est plus fort en M-P, du fait notamment de l'existence de trois caisses régionales du Crédit Agricole dans cette région. Le produit net bancaire en M-P est de 1,93 Md € contre 1,43 Md € en L-R, soit 34 % supérieur, les profits sont de 441 M€ en M-P contre 318 M€ en L-R, soit 38 % de plus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2015 à 7:08 :
de quoi vous parler puisque tout doit finir a paris
ou est la decentralisation
l'autonomie des regionsquand l'etat lui meme
s'empresse de placer ses prefet
ou est le respect du vote
et ou est la validation des régions par les electeurs
decide par deux incompetents un soir de beuverie
a écrit le 17/12/2015 à 7:03 :
ne croyer vous pas au 21 siecle
dans une democratie que la fonction d'un prefet
ne doit plus exister mais remplacer par un ministre de region elus
par les citoyens et non nomme
les reformes commence par le haut de l'etat et non par l'augmentation de taxes et impots40 ans de désastre de la gestion de la nation dise stop
et le pire est que droite et gauche font cause commune
apres un scrutin qui leur est defavorable
tout ceci pour garder le pouvoir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :