Pôle Emploi renforce son accompagnement des chômeurs en LRMP

 |   |  538  mots
Serge Lemaître (au centre), nouveau directeur régional de Pôle Emploi Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Christophe Carol (à droite), directeur régional adjoint.
Serge Lemaître (au centre), nouveau directeur régional de Pôle Emploi Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et Christophe Carol (à droite), directeur régional adjoint. (Crédits : DR)
Dès le 18 janvier, Pôle emploi renforce ses modalités d’accueil et d’accompagnement des chômeurs dans la grande région. Le dispositif déjà déployé dans six régions passe par une réorganisation interne du service d’aide à l’emploi, qui bascule dans l’ère du numérique.

Du nouveau pour les demandeurs d'emploi. Dès Lundi 18 janvier, Pôle Emploi renforce ses modalités d'accompagnement aux chômeurs sur la grande région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, en réorganisant totalement son offre de services. À cette date, les inscrits à Pôle emploi bénéficieront d'un accès direct à leurs conseillers-référents avec des entretiens individuels ou groupés (sur thématiques) réguliers. Conseillers avec qui il pourront échanger régulièrement par mail, tout au long de leur recherche d'emploi.

«  Aujourd'hui, pour un tiers de leur temps, nos conseillers répondent à l'accueil sur flux à des clients qu'ils ne connaissent pas. Le demandeur est amené à chaque fois à reposer sa problématique », expliquait en conférence de presse Serge Lemaître, nouveau directeur régional Pôle Emploi Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Un accès direct au conseiller-référent

Ce constat a amené le service public de l'emploi à réviser ses modalités d'accueil afin « d'accorder plus de temps à l'accompagnement des demandeurs d'emploi ». Ainsi, à partir du 18 janvier, les après-midis seront consacrées aux rendez-vous individuels des demandeurs d'emploi avec les 3 300 conseillers de l'administration (sur 4 650 collaborateurs) sur la grande région, les réceptions sur flux étant maintenues le matin.

« Le but est d'être plus compétitif dans les mécanismes d'aide au retour à l'emploi. Avec ce nouveau dispositif, le premier entretien de situation sera réalisé au deuxième mois de l'inscription, contre quatre mois d'attente actuellement », explique Christophe Carol, directeur régional adjoint en charge des opérations.

Inscriptions web : des droits notifiés immédiatement

Pour gagner encore en efficacité, Pôle Emploi opte pour l'échange dématérialisé amont dès le 8 février : à cette date, les formalités administratives d'inscription seront gérées entièrement sur internet (elles représentent actuellement entre 45 à 60 % des préinscriptions). Une « hotline » (3949) est prévue pour conseiller les personnes en difficulté dans leurs démarches d'inscription, du lundi au vendredi de 8h à 19h et le samedi de 8h à 17h. Renforcées, les bornes numériques mises à disposition du public seront équipées de scanners pour la numérisation des pièces justificatives à l'inscription.

« Ce dispositif permettra de consacrer l'intégralité du premier entretien au diagnostique et à la recherche d'emploi, celui-ci étant actuellement pollué par le traitement de l'inscription et la liquidation des droits », détaille Serge Lemaître.

Autre avantage du web, les droits pourront être notifiés immédiatement à l'internaute, au jour même ou au lendemain de l'inscription.

553 200 chômeurs en LRMP

Pour Pôle Emploi, ce chantier d'une administration 2.0 est de taille, alors que l'emploi constitue, pour l'ensemble des acteurs politiques de la nouvelle région, l'enjeu principal de l'année 2016. Il va permettre dans les prochains mois, d'accélérer le dispositif d'aide pour le retour ou l'accès à l'emploi, sur les "cinq secteurs qui recrutent" à l'échelle de la nouvelle grande région (la santé, l'activité juridique, les transports, l'activité informatique, l'hôtellerie restauration). 553 200 demandeurs d'emplois catégories A, B, C (chiffres de novembre 2015 publiés le 24 décembre) sont concernés. Parmi eux, 42 % restent inscrits plus d'une année avant de retrouver un CDD ou CDI, 24% le sont pour une durée de deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :