Lozère : les travaux du PRAE de Badaroux démarreront fin février

 |   |  512  mots
Le PRAE Jean-Antoine Chaptal se déploiera sur la commune de Badaroux, à proximité de Mende (photo).
Le PRAE Jean-Antoine Chaptal se déploiera sur la commune de Badaroux, à proximité de Mende (photo). (Crédits : DR)
Le Parc régional d'activités économiques (PRAE) Jean-Antoine Chaptal, à Badaroux (48), aura eu une longue histoire. Lancé en 2006 dans le programme de création d’un réseau de PRAE, il a connu moult annonces avortées de démarrage. Les travaux vont démarrer fin février ou en mars 2016.

Après plusieurs annonces (avortées) de lancement des travaux, les choses semblent bouger cette fois pour de bon pour le parc régional d'activités économiques (PRAE) Jean-Antoine Chaptal, situé à Badaroux à proximité de Mende (48) : la pose de la 1ère pierre est annoncée par Languedoc Roussillon Aménagement (LRA), porteur du projet, pour février ou mars 2016.

Ce PRAE, le seul en Lozère, faisait partie du programme de création de PRAE sur le territoire régional, initié en 2006 par Georges Frêche, alors président de la Région Languedoc-Roussillon, pour favoriser l'implantation de nouvelles entreprises.

De nombreux obstacles se sont mis en travers de sa route et ont retardé le démarrage des travaux, faisant de ce projet une sorte de serpent de mer revenant régulièrement dans la bouche des élus sans jamais prendre forme concrètement.

En 2009, est intervenue la création du syndicat mixte, comprenant 6 élus de la Région et 3 élus de la Communauté de communes Cœur de Lozère.

Finalement, LRA annonce le lancement des travaux en février ou mars 2016. Les élus locaux espèrent la présence de Carole Delga, la nouvelle présidente de la Région Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées, le jour de la pose de la première pierre, mais rien n'est confirmé pour l'heure.

 « Ce programme est arrivé en même temps que les lois Grenelle, ce qui a alourdi les questions administratives avec l'État », rappelle Nelly Frontanau, conseillère régionale et Présidente de LRA. Aujourd'hui, tout est prêt. Nous avons lancé les appels d'offres et les marchés publics. Les entreprises ont été retenues et nous allons les notifier en janvier. Nous avons fait le choix d'allotir afin que plus d'entreprises locales puissent y prétendre. »

Parmi celles retenues : Colas, Martinazzo, EHTP, AB Travaux, Engelvin TP Réseaux, Sévigné, Bâtir 48, Scheffer ou Bouygues.

14 lots à vendre

Situé sur une zone boisée de 180 ha, le PRAE Jean-Antoine Chaptal s'étendra sur 80 ha et nécessitera un investissement global de 35 M€ (dont 26 M€ de travaux), soutenu à hauteur de 25 M€ par la Région. La première tranche de travaux (7,5 M€) devrait être livrée en mai ou juin 2017.

Quant aux tranches 2 et 3, les travaux démarreront « en fonction de la commercialisation des lots de la tranche 1 », annonce Aurélien Joubert, directeur général de LRA.

La première tranche livrera 14 lots de 4 000 à 10 500 m2, commercialisés par LRA. Pour l'heure, aucune vente n'est actée selon Nelly Frontanau, qui ne donne non plus aucun nom d'entreprise susceptible de s'installer sur le parc : « Nous sommes en contact avec des prospects intéressants... Notre volonté est d'abord de faire venir des entreprises lozériennes ».

Le PRAE pourrait s'orienter vers la filière bois, la logistique mais aussi la chimie verte.

« Le parc peut séduire des industriels intéressés par les ressources naturelles pour des peintures ou des vernis, par la chimie verte pour des adjuvants industriels, etc. », cite à titre d'exemple Bernard Lafont, directeur Aménagement et développement chez LRA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :