« Perpignan doit ambitionner de devenir le 3e pôle démographique régional » (Laurent Gauze)

 |   |  489  mots
Laurent Gauze, président de l'agence de développement économique Pyrénées Méditerranée Invest à Perpignan.
Laurent Gauze, président de l'agence de développement économique Pyrénées Méditerranée Invest à Perpignan. (Crédits : PMI)
Alors que le déconfinement vit sa 2e semaine, Laurent Gauze, président de l’agence de développement économique Pyrénées Méditerranée Invest, livre quelques pistes de réflexion pour la relance économique du département catalan après le ralentissement économique généré par la crise sanitaire. Parmi les solutions : faire de Perpignan le 3e pôle régional avec une population comprise entre 250 000 et 300 000 habitants.

« Cette crise sanitaire aura mis en évidence les limites des très grandes villes que de nombreux habitants ont fui dès le début du confinement pour se réfugier dans des zones moins peuplées, souligne Laurent Gauze, président de l'agence de développement économique Pyrénées Méditerranée Invest (PMI). Devant cela, Perpignan doit avoir l'ambition de devenir le 3e pôle régional et de bâtir une ville de 250 000 à 300 000 habitants dans une agglomération humaine, culturelle et sportive de 500 000 habitants. Pour cela, elle doit savoir attirer l'économie qui va avec, en amplifiant le mouvement récemment initié avec des entreprises comme Windelo et Computacenter»

Perpignan, capitale des Pyrénées-Orientales, est aujourd'hui la 4e ville la plus peuplée de la région Occitanie avec ses quelque 120 000 habitants, derrière Toulouse, Montpellier et Nîmes. Pour attirer des entreprises et créer des emplois durables sur son territoire, à moyen terme, le département mise sur ses atouts.

« Nous avons une histoire, un climat, une façade maritime, les Pyrénées, deux frontières avec des pays étrangers, l'Espagne et l'Andorre... Et encore de la place pour développer une économie respectueuse de l'environnement, poursuit Laurent Gauze. Il faudra certes envisager des travaux de mise hors d'eau de certaines zones pour répondre à ces ambitions mais là aussi, cela doit faire partie d'un vaste plan de relance de l'activité économique par l'investissement, investissement d'autant plus rentable qu'il permettra une plus grande attractivité. »

Il ajoute que la labellisation French Tech et la vente record de plus de 40 hectares de terrains économiques sont des signaux forts de la visibilité et de l'attractivité départementale qui doivent être davantage cultivés.

Décloisonner avec la LGV entre Montpellier et Perpignan

Sans perdre de temps dans la mise en œuvre de sa stratégie de reprise et d'attractivité économique, PMI a publié dès le premier jour du déconfinement, le 11 mai, une vidéo de promotion du territoire catalan.

Celle-ci revient notamment sur la gestion de la crise sanitaire au niveau local en zoomant sur la mobilisation des entreprises pour fabriquer du gel hydroalcoolique, des masques ou encore la coopération entre agriculteurs et grandes surfaces.

« Finir le tracé nord-sud doit devenir une évidence, il ne sert à rien de vouloir relancer l'économie si les moyens logistiques...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2020 à 15:19 :
Ce qui implique que Montpellier et Nîmes deviennent un pôle plus intégré dans certaines dimensions. C'est d'ailleurs une réalité dans les faits depuis des centaines d'années. Par contre, cette region Occitanie artificielle, bicéphale et bientôt tricéphale va devoir sérieusement être remise en cause. Car il faut arrêter les velléités d'organisation du territoire par la sphère politico-administrative : les territoires qui composent la France sont à prendre comme il sont. Ils ne s'agit pas de construire et deconstruire au gré des modes et de ce que font nos voisins européens, en s'asseyant au passage sur la démocratie et les engagements européens (charte des collectivités territoriales). Et pour le coup, comme on nous a cité l'Allemagne en exemple de cette fusion des régions (à tort), cette acceptation des territoires tels qu'ils sont et dans toute leur diversité, sera ce qui se rapproche le plus des Lands allemands qu'aucun chancelier ne penserait triturer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :