Covid-19 : 53 communes de l’Hérault, dont Montpellier, en zone "alerte rouge renforcée"

 |  | 810 mots
Lecture 4 min.
Avec le passage de Montpellier en zone alerte rouge renforcée, les restaurants et les bars de la ville subissent un nouveau tour de vis sur leur activité.
Avec le passage de Montpellier en zone "alerte rouge renforcée", les restaurants et les bars de la ville subissent un nouveau tour de vis sur leur activité. (Crédits : Christine Caville)
La tension monte. Suite aux annonces du ministre de la Santé Olivier Véran le 23 septembre, 53 communes de l’Hérault, dont la ville de Montpellier, passent en zone "alerte rouge renforcée" à compter du samedi 26 septembre. La préfecture de l’Hérault confirme un nouveau tour de vis avec des restrictions notamment pour les bars et les restaurants. Les organisateurs de la Foire de Montpellier, qui devait avoir lieu du 9 au 19 octobre, ont d’ores et déjà annoncé son annulation.

Suite aux annonces du ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran le 23 septembre, le département de l'Hérault est désormais en zone d'alerte rouge, et la métropole de Montpellier (tout comme celle de Toulouse, de l'autre côté de l'Occitanie) en zone "alerte rouge renforcée"*.

La préfecture de l'Hérault confirme, le 25 septembre, que le périmètre géographique des restrictions a été élargi : la zone "alerte rouge renforcée" concerne non seulement les 31 communes de la métropole de Montpellier mais aussi les 8 communes de l'agglomérations du Pays de l'Or et les 14 communes du Pays de Lunel.

A compter du samedi 26 septembre, les restrictions imposées par le Préfet sont les suivantes : jauge des rassemblements portée à 1 000 personnes sur l'ensemble du département, interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public en zone "alerte rouge renforcée" (hormis pour les rassemblements spécifiquement autorisés par le préfet après avis du maire, et pour les activités professionnelles et les cérémonies patriotiques).

A partir du lundi 28 septembre : interdiction des fêtes locales ou fêtes étudiantes sur tout le département ; interdiction d'usage et de location de salle, salle des fêtes et polyvalentes sur l'ensemble du département pour toute activité festive et/ou familiale (ainsi que la location et l'utilisation de structures mobiles de type barnums) ; fermeture de toutes les salles de sport, salles de fitness et gymnase en zone "alerte rouge renforcée" (sauf pour les scolaires, parascolaires, sportifs professionnels, formations continues ; interdiction des sorties scolaires dans le département pour les élèves venant dans ou partant du département de l'Hérault.

Restrictions dans les bars et les restaurants confirmées

Pour ce qui est des restaurants, la préfecture confirme qu'à compter du lundi 28 septembre, les restaurants devront fermer à minuit sur tout le département. En zone "alerte rouge renforcée", les établissements réalisant des ventes à emporter devront fermer à 22 h. Les livraisons à domicile restent possibles jusqu'à minuit sur l'ensemble du département.

Du côté des bars, ils devront fermer à 22 h en zone "alerte rouge renforcée" et à minuit sur le reste du département, avec partout interdiction de service debout et au comptoir.

Enfin, sur tout le département, la vente d'alcool à emporter est interdite à partir de 20 h, les épiceries de nuit devront fermer à 22 h, il sera interdit de consommer de l'alcool sur l'espace public à partir de 20 h, et la mise en place de buvettes ne sera pas autorisée.

Dès le 24 septembre, les équipes de la SPL Occitanie Events, organisateurs de la Foire internationale de Montpellier, avaient annoncé qu'ils annulaient la manifestation qui devait se tenir du 9 au 19 octobre.

« Pour rappel, en 2019, la Foire internationale de Montpellier avait accueilli 534 exposants et 137 000 personnes sur 11 jours », soulignent les organisateurs, dépités, et donnant rendez-vous pour l'édition 2021 de la foire, du 8 au 18 octobre.

« Notre responsabilité, c'est de garder notre sang froid »

Vendredi matin 25 septembre, le maire de Montpellier et président de la Métropole, Michaël Delafosse, s'exprimait sur France Bleu Hérault.

« Une immense majorité des gens ont respecté les gestes barrières, les restaurateurs et les bars ont fait des efforts, mais malgré tout, l'épidémie se diffuse, a-t-il déclaré. J'invite à continuer cet effort de responsabilité, parce que le prochain stade, c'est rouge écarlate, ce qui signifie reconfinement, et il n'y aurait rien de pire ! Ce qui me préoccupe avec les restrictions du ministre de la Santé, c'est qu'il faut qu'elles soient accompagnées de mesures économiques. Certes, le Premier ministre a annoncé des aides, mais il faut parler de manière concomitante pour éviter les peurs. »

Interrogé sur le poids réel des élus locaux dans les décisions en matière de mesures et de restrictions sur les territoires, l'édile répond qu'« en matière de politique de santé, c'est le gouvernement qui décide donc quand on renvoie aux territoires, c'est plutôt un concept... Hier, lors d'une réunion en préfecture, nous avons fait part de certaines réserves, comme le coup dur que cela représente pour les clubs sportifs par exemple, mais ce sera non. Aujourd'hui, quand l'État dit "on ferme les bars à 22 h", la décision s'impose. Ma responsabilité en tant que maire, c'est d'accompagner les acteurs dans l'incertitude. La semaine prochaine, nous installerons une cellule dédiée pour voir comment les choses se passent et se mobiliser pour soutenir l'activité économique et les associations qui sont fragilisées... Notre responsabilité, c'est de garder notre sang froid ».

* Les critères pour passer en zone "alerte renforcée" : une augmentation du taux d'incidence avec un franchissement des 150 cas pour 100 000 habitants, et un taux d'incidence chez les personnes âgées qui franchit le seuil des 50 pour 100 000. 


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :