Baromètre SMAAART-IFOP : comment progresse l’intérêt pour les téléphones et ordinateurs reconditionnés

Alors que la sobriété a fait son entrée à tous les étages de nos vies, quid des équipements types téléphones et ordinateurs ? Les produits reconditionnés séduisent-ils ? C’est ce qu’a mesuré le 5e baromètre de l’IFOP pour SMAAART, la marque commerciale du reconditionneur de téléphones et ordinateurs SOFI Group, dans l’Hérault. Réponse : les planètes s’alignent et l’intérêt progresse.
Cécile Chaigneau
Chez SOFI Group, dans l'Hérault, des lignes de reconditionnement de téléphones (photo) ou d'ordinateurs permettent de donner une seconde vie aux appareils.
Chez SOFI Group, dans l'Hérault, des lignes de reconditionnement de téléphones (photo) ou d'ordinateurs permettent de donner une seconde vie aux appareils. (Crédits : Cécile Chaigneau)

Les planètes semblent alignées pour donner un coup d'accélérateur au marché des produits reconditionnés : pouvoir d'achat en berne, prise de conscience environnementale et appel à la sobriété, acteurs du reconditionnements qui se structurent et font leurs preuves. C'est la conclusion du 5e baromètre que vient de publier l'IFOP pour SMAAART, la marque commerciale de l'entreprise héraultaise SOFI Group, spécialisée dans le reconditionnement des smartphones et désormais des ordinateurs. L'étude* s'est concentrée sur les perceptions des Français sur l'achat d'un téléphone et/ou d'un ordinateur reconditionné.

Lire aussiSur la nouvelle chaîne de reconditionnement d'ordinateurs de SOFI Group

Ainsi, 62% des Français ont acheté ou ont l'intention d'acheter un téléphone reconditionné et 31% un ordinateur reconditionné.

62% favorables au téléphone reconditionné

Mais le téléphone et l'ordinateur reconditionné n'ayant pas le même niveau de maturité, ce sont donc bien encore les téléphones, sur le haut du podium des produits tech de seconde main qui séduisent, qui drainent ce marché. Et sans surprise, la génération Z est la plus familière avec cette pratique (le score monte à 69%).

« Un marché de masse et un score record, souligne Romain Bendavid, directeur du Pôle Corporate & Work Expérience à l'IFOP. Le premier élément incitant à l'achat d'un téléphone reconditionné est, pour 41%, le prix. Viennent ensuite la garantie proposée pour 12%, suivi par la préservation de l'environnement pour 10%. Les freins à l'achat sont essentiellement liés, pour 33% des sondés, à la crainte que la durée de vie de l'appareil soit plus courte, et pour 25% à des doutes sur la fiabilité du produit et de ses performances. Enfin, 10% craignent que la garantie ne soit pas assurée. »

L'IFOP observe que le marché du téléphone reconditionné continue à s'autoalimenter puisque 75% de ceux ayant déjà acheté ou ayant l'intention d'acheter un téléphone reconditionné ont déjà vendu ou envisagent de vendre un téléphone pour le reconditionner. 


« Sur les canaux d'achat, internet (58%) supplante largement les points de vente physiques (28%) et les opérateurs téléphoniques (13%) », précise Romain Bendavid.

Selon Jean-Christophe Estoudre, le président de SOFI Group, « en France, les opérateurs télécoms ont des programmes de reprises qui sont de plus en plus mis en avant pour inciter les consommateurs à ramener leurs équipements anciens. Mais il y a encore près de 100 millions de téléphones qui dorment dans les tiroirs des Français, donc on peut faire mieux ! ».

L'ordinateur reconditionné s'immisce doucement dans les foyers

« Si les marchés du téléphone et de l'ordinateur reconditionnés n'ont pas les mêmes niveaux de maturité, on observe bien les mêmes logiques de comportement et un potentiel encourageant sur l'ordinateur », ajoute Romain Bendavid en abordant la question de l'ordinateur reconditionné.

Si plus d'un tiers des Français déclare avoir acheté ou l'intention d'acheter un ordinateur reconditionné, 13% l'ont déjà fait, 73% disent qu'ils le referont et même 29% se verraient en offrir un à l'occasion des fêtes de fin année (et même 35% chez les plus jeunes de 18-27 ans).

Comme pour le téléphone, le ressort principal déclenchant l'achat d'un ordinateur reconditionné est le prix (pour 32%), suivi de l'accès à un ordinateur plus haut de gamme (12%) et de la garantie proposée (10%). Du côté des freins à l'acquisition, comme pour les téléphones, sont évoqués à égalité la crainte d'une durée de vie plus courte (28%) et des doutes sur la fiabilité du produit (28%).

73% des sondés privilégient les PC contre 19% seulement qui se tournent vers les Mac, et 64% optent pour un ordinateur portable plutôt qu'un ordinateur fixe.

Le choix du modèle dépend des attentes générationnelles : 63% des sondés (73% pour la génération X, 79% pour les baby-boomers) déclarent l'utiliser principalement de la bureautique ou internet, quand les générations Z et Y veulent aussi pouvoir l'utiliser pour les jeux (28% de la génération Z) ou du traitement d'image vidéo, du développement informatique ou du stockage (27% de 
la génération Y).



Traçabilité et données personnelles

« Nous sommes convaincus du fort potentiel du marché des ordinateurs reconditionnés avec des produits de qualité pour répondre aux attentes des consommateurs, déclare Jean-Christophe Estoudre. Selon le dernier rapport de l'ADEME sur le reconditionnement, paru en septembre dernier, faire l'acquisition d'un ordinateur portable reconditionné revient à prévenir l'extraction de 127 kg de matières premières et l'émission de 27 kg de gaz à effet de serre par année d'utilisation. Pour un PC ou Mac fixe, les chiffres sont encore plus importants : -259 kg de matières premières et -42 kg de gaz à effet de serre. »

Conscient des interrogations qui peuvent subsister sur les données personnelles notamment, le dirigeant ajoute : « Chez Smaaart, nous mettons en avant un maximum de traçabilité sur le processus de reconditionnement, et nous venons d'obtenir la certification Qualicert SGS, ce qui permet de rassurer le consommateur sur la qualité de nos process et la fiabilité de nos produits. Quant à la question des données personnelles, c'est en effet une source d'inquiétude et c'est le premier sujet dans notre processus de reconditionnement : on commence par leur effacement avec envoi d'un certificat au propriétaire. C'est un engagement indispensable et prioritaire des enjeux du reconditionnement ».

* L'étude a été menée début octobre auprès de 1.201 personnes âgées de 18 à 65 ans.

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 17/11/2022 à 9:17
Signaler
Et le secteur privé n'est pas à la hauteur. J'ai vu une entreprise qui recyclait les barres pour armer le béton ainsi que des plaques de récupération aussi dans le btp, pour en faire des étagères sympas il faut bien le dire mais 300 balles la toute p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.