Fonds européens : 1,2 Md€ directement gérés par la Région

 |   |  564  mots
(Crédits : Décideurs en région)
Sur 2014-2020, le Conseil régional a entre ses mains 1,2 Md€ de fonds européens qu'il pourra injecter dans l'économie du Languedoc-Roussillon. La fusion à venir avec Midi-Pyrénées n'entraînera pas une redistribution de l'enveloppe.

1,2 milliards d'euros. C'est la somme colossale que le Conseil régional Languedoc-Roussillon a entre ses mains pour financer, par le biais de la gestion des fonds européens, l'économie régionale selon 5 secteurs : 611 M€ pour le fonds rural (FEADER), 306 M€ de développement régional (FEDER), 12 M€ pour la pêche (fonds FEAMP), 105 M€ via le fonds social européen (FSE) et 13.7 M€ pour l'emploi des jeunes (IEJ).

"Je tiens à être le président de l'équilibre entre l'urbain et la ruralité, a indiqué Damien Alarry, président du Conseil Régional Languedoc-Roussillon à l'occasion d'une conférence de presse organisée le 10 février sur le sujet. Ce dossier est capital, et il faut que l'argent soit dépensé, et qu'il le soit bien, car il y a des effets leviers importants. Ils ont été de 2,5 M€ entre 2007 et 2013".

Sur la période 2007-2013, la région a obtenu 900 M€ d'aide européenne dont, selon le préfet de Région Pierre de Bousquet (le rôle de gestion incombait alors aux services de l'État), "la quasi totalité a été dépensée: 70 % des fonds ont déjà été alloués et le reste sera programmé d'ici le mois de juin".

La fusion avec Midi-Pyrénées n'aura pas d'impact

Le transfert de compétence sur la gestion des fonds pose une question, avec la fusion en janvier 2016 de Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées. Si aucun réponse claire n'a été apportée sur ce point, le vice-président de Région délégué aux questions européennes, Jean-Claude Gayssot, indique : "Il devrait y avoir une décision prise qui appuie le fait que les fonds alloués resteront dédiés à des zones géographiques précises". En l'occurrence, que les 1,2 Md€ alloués au Languedoc-Roussillon ne soit pas réorientés vers des projets Midi-Pyrénéens. Selon Andrea Mancini, représentant de la Commission européenne, "il est impossible de donner une réponse actuellement, mais il est effectivement souhaitable que cela se passe de cette manière".

Quand au Préfet de Région, il explique que "c'est quelque chose que nous savons faire et qui a déjà été fait au niveau des communautés de communes. Il y a d'autres régions dans ce cas, et une réponse sera probablement apportée au niveau national". Le 23 février, Damien Alary rencontrera le président de la Commission européenne à Bruxelles (Jean-Claude Juncker) et l'entretiendra, (entre autres LGV et grands travaux) sur ce point.

Alors que 57 000 projets ont été financés via les fonds européens entre 2007 et 2013, déjà 200 dossiers ont été déposés pour 2014-2020. 40% des 306 M€ du FEDER iront à la recherche et à l'innovation, pour 22% qui iront à la prévention contre le risque inondations et la valorisation du patrimoine. Concernant l'agriculture, 40 M€ iront à l'installation de jeunes agriculteurs, sur une enveloppe de 611 M€.

Comme les autres régions de France, le Languedoc-Roussillon est autorité de gestion de fonds européens depuis la loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles du 27 janvier 2014. Les financements européens viennent s'ajouter au contrat plan État-Région (CPER), validé en décembre 2014, dans le cadre duquel l'État (449 M€) et la Région (564 M€) devraient se mobiliser sur la période 2015-2020 pour développer et aménager le territoire régional.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :