Nîmes Métropole consacrera 96 M€ à l'investissement en 2015

 |   |  355  mots
Le président de Nîmes Métropole Yvan Lachaud (à gauche) et le vice-président chargé des finances, Maurice Gaillard (à droite), lors de la présentation du budget à la presse
Le président de Nîmes Métropole Yvan Lachaud (à gauche) et le vice-président chargé des finances, Maurice Gaillard (à droite), lors de la présentation du budget à la presse (Crédits : Thomas Tedesco)
La 3e Agglo de la future grande région accroît ses capacités d'autofinancement malgré la nécessité de réaliser des économies. C'est une des priorités de son président, Yvan Lachaud, alors que le budget sera voté ce lundi 30 mars.

La Communauté d'agglomération Nîmes Métropole doit voter lundi 30 mars un budget de 325 M€, contre 308 M€ l'an dernier. À cette occasion, le budget consacré à l'investissement est lui aussi revu à la hausse, à 96 M€ contre 81,7M€.

« C'est un budget serré car nous avons à la fois le devoir de faire des économies, et de ne pas bouger la fiscalité », plaide le président de Nîmes Métropole, Yvan Lachaud (Nouveau Centre).

Ainsi, l'intercommunalité entend-elle réaliser des économies dans le domaine de la gestion des transports en commun, qui pèsent pour près de 24% de son budget (77,71 M€).

« La cour des comptes nous apprend que le transport coûte à la collectivité 170 € par an et par habitant. Dans notre strate, la moyenne se situe à 100 €, et la ville au top affiche 176€ de dépenses », poursuit Yvan Lachaud, qui entend bien réduire ce montant.

L'équation des transports

Ainsi, Nîmes Métropole prévoit de réorganiser ses lignes et faire davantage porter sur l'usager le coût de fonctionnement des lignes de bus (55 M€), tout en optimisant les coûts. Actuellement, ce sont les entreprises, avec 30 M€ de versements transports, qui supportent le gros de ce financement, contre 20 M€ à la charge des contribuables (17 M€ sont financés par l'Agglomération et 3 M€ par le Conseil général du Gard).

Dans cette équation, les tickets et abonnements ne comptent que pour 5 M€. Afin d'opérer à un rééquilibre, Yvan Lachaud et son vice-président aux finances Maurice Gaillard (DVD) ont donc plaidé pour l'organisation, avant l'été, d'assises du transport.

Absence au Parlement des Territoires

Sur un volet plus politique, Yvan Lachaud a été interrogé sur l'absence (remarquée) de son intercommunalité à la réunion, organisée le 25 mars à Castries, préfigurant la création d'un pôle métropolitain avec une cinquantaine d'intercommunalités languedociennes.

« On n'est pas là pour se calquer sur une organisation régionale, justifie l'élu. Je respecte ce que fait Philippe Saurel. Nous sommes d'accord pour travailler dans un cadre d'architecture métropolitaine entre Alès et Sète, mais là il y avait un grand nombre d'élus. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :