Montpellier : la régie publique de l'eau opérationnelle en 2016 dans 13 communes

 |   |  349  mots
La station de clarification Arago, à Montpellier.
La station de clarification Arago, à Montpellier. (Crédits : M3M)
Le président de la Métropole montpelliéraine, Philippe Saurel, a présenté, le 13 avril, ce que sera la future régie publique de l'eau qui couvrira 13 communes à horizon 2016 : une entreprise de 80 salariés, avec autonomie financière et personnalité morale.

C'est une promesse de campagne de plusieurs maires de communes de la métropole montpelliéraine qui est sur le point de se concrétiser : 13 des 31 communes de Montpellier Méditerranée Métropole (M3M) passeront à une gestion de l'eau publique au 1er janvier 2016. Lundi 13 mars, le président de M3M Philippe Saurel accompagné de René Revol, vice-président délégué à l'eau et l'assainissement, a présenté la décision qui sera votée le 28 avril par les élus de la Métropole.

"La forme publique a été déterminée, ce sera une régie publique à autonomie financière et personnalité morale, indique Philippe Saurel. Cela permet un contrôle citoyen ainsi qu'une convention d'objectifs qui permettra de déterminer les axes de travail et le prix de l'eau."

La structure sera donc une entreprise. "Nous voulons mettre en place quelque chose d'efficace et de rentable", indique René Revol. Une entreprise entre les mains de M3M, puisque 14 des 20 membres du conseils d'administration seront des élus (auxquels s'ajouteront 4 personnes issues du monde associatif, un expert de l'eau et un délégué du personnel).

80 salariés et des investissements à faire

La future entreprise comptera environ 80 salariés, pour la plupart issus des effectifs de l'actuel délégataire de service public, Véolia. Si le prix de l'eau n'est pas encore déterminé, René Revol a cependant des objectifs :

"L'idée est de faire un système de meilleure qualité et pour moins cher. Mais nous ne pouvons pas encore déterminer le prix, car nous voulons tout prendre en compte, entre les taxes et les investissements à faire. Notre réseau d'eau est efficace à 80 %. Ce qui veut dire que sur 100 litres mis dans le réseau, 80 arrivent au robinet. Et nous avons pour objectif d'atteindre les 85 %. Nous allons prévoir sur ce mandat des investissements pour améliorer la qualité du réseau."

Les 13 communes concernées par la future régie publique de l'eau sont Grabels, Jacou, Juvignac, Lattes, Le Crès, Montferrier-sur-Lez, Montpellier, Pérols, Prades-le-Lez, Saint-Brès, Sussargues, Vendargues et Villeneuve-lès-Maguelone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2016 à 12:29 :
Bonne nouvelle.
J'aimerais toutefois savoir le nom des associations conviées à pratiquer une "veille citoyenne" comme annoncé, la procédure de sélection et leur pouvoir précis.
Le savez-vous?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :