Nîmes abaisse sa taxe sur l'enlèvement des ordures ménagères

 |   |  284  mots
La Villes de Nîmes enregistrera un manque à gagner de 6,6 M€ par an
La Villes de Nîmes enregistrera un manque à gagner de 6,6 M€ par an (Crédits : Christine Caville)
La Ville de Nîmes a annoncé, le 23 septembre, qu'elle réduira de près de quatre points le taux de taxe d'enlèvement des ordures ménagères, dès le 1er janvier 2016. La préfecture gardoise fera ainsi réaliser une économie moyenne de 60 € par foyer.

Nîmes évolue à contre-courant. À l'heure que la plupart des villes annoncent une hausse des taux d'imposition alors que l'État réduit leur dotation globale de fonctionnement, la troisième ville de la grande région abaissera dès le 1er janvier son taux de taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM). Ce taux passera de 14,25 % à 10,71 %.

Selon les calculs fait par les services de la ville, cette baisse devrait entraîner une économie moyenne de 60 € par foyer - la TEOM est répercutée par les propriétaires sur les locataires - sur la base d'une taxe foncière d'un montant de 1 200 €. Une décision qui redonne de l'air aux contribuables nîmois mais génère pour la ville un manque à gagner évalué à 6,6 M€ par an.

"C'était une promesse de campagne, rappelle Jean-Paul Fournier, sénateur-maire (Les Républicains) de Nîmes. Je la tiens donc, même si la réforme des rythmes scolaires décidée par le gouvernement et la baisse  de dotation de l'État nous complique beaucoup la tâche."

Report d'investissements

Nîmes fait partie, avec Aix-en-Provence, Toulon, Nancy et Amiens, du groupe des seules villes de plus de 100 000 habitants à ne pas avoir relevé depuis 2001 ses taux de fiscalité - déjà élevés dans la préfecture gardoise - sur le foncier, l'habitation, et le foncier non-bâti.

Cette baisse d'impôts, cumulée aux charges supplémentaires imposées par l'Etat - la réforme des rythmes scolaires coûte à Nîmes 4,5M€ par an - entraînera un report de certains investissements prévus, sans toutefois toucher aux travaux déjà entamés, notamment ceux du Musée de la Romanité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2015 à 10:53 :
Votre titre et le contenu de votre article ne rapportent pas totalement de la réalité factuelle. La baisse du taux de taxe des enlèvement des ordures ménagères se traduit pour le consommateur par une BAISSE DU SERVICE. Ainsi s'agissant de l'enlèvement des ordures "courantes" et des quartiers périphériques, le passage de la benne qui s'effectuait trois fois par semaine (lundi, mercredi, vendredi) va désormais être réduit à deux fois par semaine (lundi, vendredi). L'enlèvement des ordures "spéciales (cartons, journaux)" est maintenu à une fois par semaine. Un calcul élémentaire montre que les rotations initiales qui se trouvaient être au nombre de quatre, se trouvent désormais ramenées à trois. C'est donc une diminution du coût du service de 25% (hors charges fixes). Le montant de la taxe des ordures ménagères acquitté par les nîmois va-t-il diminuer dans de telles proportions? Je n'en suis pas sûr. Nous sommes encore une fois dans une politique de "comm" et d'"enfumage généralisé".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :