CCI de Nîmes : la CGPME du Gard prône une liste d'union

 |   |  265  mots
Xavier Douais (à gauche), président de la CGPME du Gard, a reçu Philippe Guillaume, vice-président national de la CGPME, lors du petit-déjeuner mensuel, jeudi 7 janvier.
Xavier Douais (à gauche), président de la CGPME du Gard, a reçu Philippe Guillaume, vice-président national de la CGPME, lors du petit-déjeuner mensuel, jeudi 7 janvier. (Crédits : Thomas Tedesco)
Les relations entre la CGPME du Gard et l'UPE 30 demeurent plus que fraîches mais jeudi 7 janvier, le président de la CCI de Nîmes, Henry Douais, a plaidé pour la constitution d'une liste unique en vue des élections consulaires prévues en fin d'année 2016.

"Je veux l'union, et je le dis. Les chefs d'entreprises ne veulent pas d'une opposition entre deux syndicats." À l'heure des cérémonies de vœux, Henry Douais, président de la CCI de Nîmes et ancien président de la CGPME du Gard, a formulé celui de voir le patronat départemental se présenter au sein d'une liste unique face aux électeurs lors des élections départementales pour la présidence de la Chambre de commerce et de l'industries programmées à l'automne.

"Je souhaite faire un mandat supplémentaire et je souhaite le faire avec tout le monde", a-t-il lancé en présence de Philippe Guillaume, vice-président national de de la CGPME en charge de la coordination des unions territoriales, lequel avait, quelques minutes plus tôt, plaidé en ce sens "partout où cela est possible".

Silence de l'UPE 30

Si l'intention ressemble à une main tendue vers l'UPE 30, avec qui les relations sont rompues (Éric Giraudier, candidat UPE 30 déchu lors de la précédente élection, et Henry Douais ont entamé diverses procédures pénales et administratives l'un contre l'autre), la dernière phrase d'Henry Douais laisse penser que pour ce dernier, si union il doit y avoir... ce serait derrière lui !

Contacté, Éric Giraudier n'a pas souhaité commenter les propos du président de la CCI de Nîmes.

Xavier Douais, président de la CGPME 30 - par ailleurs fils d'Henry Douais - affirme pour sa part que "les contacts que nous avons avec certains membres du conseil d'administration de l'UPE 30 plaident pour que l'on stoppe la bagarre".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :