Le Département du Gard doit trouver 15 M€ pour équilibrer son budget

 |   |  326  mots
Denis Bouad, président du conseil départemental du Gard en compagnie d'Elisabeth Montez sa directrice de cabinet
Denis Bouad, président du conseil départemental du Gard en compagnie d'Elisabeth Montez sa directrice de cabinet (Crédits : Thomas Tedesco)
Le Conseil départemental du Gard vient de décider de supprimer l’aide directe aux entreprises. C'est l'une des annonces faites par son président, Denis Bouad (PS), lors de la restitution, le 28 janvier, de trois audits commandités au cours de l'été dernier.

« Nous sommes obligés de changer. » Le président du Conseil départemental du Gard, Denis Bouad (PS), n'y va pas par quatre chemins pour qualifier les efforts dont doit faire preuve la collectivité locale afin d'équilibrer son budget 2016, ainsi que l'y incitent deux audits des cabinets KPMG et Ressources Consultants Finances, rendus publics le 28 janvier à Nîmes (30).

Un besoin annuel de 15 M€

« La dynamique soutenue des charges des Allocations Individuelles de Solidarité (...) et la baisse en parallèle des dotations (10,6 M€ par an jusqu'en 2017, NDLR) (...) contraignent le Gard à devoir rapidement mettre en œuvre des mesures drastiques de préservation des équilibres sans qu'il puisse se permettre d'attendre une solution nationale à ce problème national tant le déséquilibre s'installe rapidement », souligne le rapport de Ressources Consultants Finances, qui préconise également « une forte diminution des investissements. »

« Il me faut trouver chaque année 15 M€, dépenses et recettes comprises, explique Denis Bouad. Nous allons notamment faire des économies en arrêtant certains services qui ne sont pas obligatoires, comme l'aide directe aux entreprises. »

Parmi les autres chantiers, le Conseil départemental a déjà acté une rationalisation de son parc immobilier. Certains bâtiments seront ainsi vendus, d'autres achetés afin de faire des économies de loyers, et certains baux abandonnés.

Régime drastique

En outre, le Département va procéder au non-remplacement d'une centaine d'agents partis à la retraite, et baisser certaines subventions aux CCI, CMA, et chambre d'Agriculture et autres associations.

« Nous allons tout regarder, ligne par ligne pour que chaque euro dépensé soit efficace pour les Gardois», promet Denis Bouad.

En 2016, le Département du Gard touchera, de la part de l'État, une subvention exceptionnelle de 4,5 M€ puisqu'il fait partie des dix départements français les plus en difficulté financière. Ses plus importants postes de dépenses sont ceux liés au personnel et au versement du RSA. Ils s'élèvent chacun à environ 170 M€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :