Énergie : devenue autorité organisatrice, la Métropole signe avec EDF

 |  | 774 mots
Lecture 4 min.
Philippe Saurel (M3M) et Jean-Pierre Frémont (EDF) concluent un partenariat de trois ans
Philippe Saurel (M3M) et Jean-Pierre Frémont (EDF) concluent un partenariat de trois ans (Crédits : EDF)
Devenue autorité organisatrice de l'énergie sur son territoire au titre de la loi MAPTAM, la Métropole de Montpellier a signé avec EDF, le 14 octobre, un vaste accord de 3 ans intégrant la totalité de leurs collaborations. Parmi celles-ci : le soutien aux start-ups, pour lequel la 2e édition du concours EDF Pulse a été lancée dans la foulée.

Montpellier Méditerranée Métropole (M3M) et EDF, dans le prolongement d'une longue liste de collaborations sur des sujets tels que la Smart City, la French Tech ou la politique de la ville, ont décidé de les rassembler dans un vaste accord de coopération qui a été signé, le 14 octobre, au BIC de Montpellier.

Un nouveau cadre règlementaire

Conclu pour trois ans, ce contrat, d'une valeur de 500 000 €, intervient après l'adoption de la loi MAPTAM (modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles) de 2014, qui a fait de la Métropole l'autorité organisatrice de l'énergie sur son territoire. Au titre de l'accord signé au BIC, EDF vient donc assister M3M dans cette nouvelle mission pour l'élaboration d'un futur SDAEC (schéma directeur Air Énergie Climat).

Cette nouvelle mission se traduit notamment par le lancement d'une étude prospective pour maîtriser la demande énergétique de M3M, et par un partenariat pour l'accompagner dans sa transition énergétique sur les thématiques de la mobilité et à la sensibilisation des habitats aux éco-gestes. "Nous travaillerons aussi avec des acteurs tels que la SERM ou ACM sur la rénovation urbaine, les écoquartiers ou la Smart City, ou encore avec Montpellier Events, qui souhaite devenir une référence dans l'organisation d'événements bas carbone", précise Jean-Pierre Frémont, directeur Action régionale d'EDF.

Soutien amplifié à l'innovation

Un 2e axe de l'accord prévoit un projet participatif destiné à 500 foyers de la Métropole, pour les inciter à la maîtrise de la consommation d'énergie en créant une communauté virtuelle de "consomm'acteurs" autour de cet enjeu. Mise en route au second semestre 2017, cette expérimentation, qui utilisera une application ludique avec un système de points, a été présentée en avant-première par EDF lors du récent Forum Smart City 2016 organisé par Objectif Languedoc-Roussillon et La Tribune.

Enfin, une 3e priorité réside dans l'accompagnement à l'innovation : EDF soutiendra le BIC de Montpellier dans la sélection de start-ups à potentiel, en prenant à sa charge le coût (5 000 € annuels) de cet accompagnement, ou en mettant à disposition un board de trois directeurs métiers. De même, l'énergéticien continuera à associer le BIC à son concours EDF Pulse.

"Cet accord avec EDF se traduira dans la gouvernance de la Métropole, avec un nouveau service intégré à l'administration générale, de la même façon qu'en héritant de la politique de la ville, nous avions intégré cette compétence dans une nouvelle direction générale de l'action sociale", précise Philippe Saurel, président de M3M.

Un concours EDF Pulse élargi

Lors de la même matinée, EDF a lancé la nouvelle édition de son concours EDF Pulse, après une première version dont la cérémonie s'est tenue en janvier 2016. Celle-ci sera, pour la première fois, étendue à toute la région Occitanie, en associant Toulouse, Montpellier, Perpignan, Nîmes, Tarbes, Rodez et Foix.

Du 27 septembre au 15 décembre 2016, les start-ups développant un produit ou un service innovant en lien avec l'un des trois enjeux métiers d'EDF (service innovant, performance industrielle, territoire durable) peuvent candidater sur le site occitanie-pulse.edf.com. À la clef, un prix de 10 000 €, et la mise à disposition par EDF de plusieurs de ses outils d'accélération : son Innovation Hub de Saclay, ses incubateurs internes (le Smart Lab de la division Commerce, le Blue Lab d'EDF Energy, etc.)...

"Cette approche va bien au-delà d'un simple concours, car nous allons accompagner les start-ups lauréates dans leur R&D, en les aidant à signer des contrats de développement avec nos différentes entités (EDF Énergie Nouvelle, Dalkia, Socodei, etc. - NDLR), précise Gilles Capy, délégué régional EDF en Occitanie. Au total, nous faisons travailler 200 salariés appartenant à nos différents métiers : ils vont faire remonter leurs besoins, qui constitueront la feuille de route que nous présenterons aux lauréats."

"L'accompagnement assuré par EDF après ce concours fait toute la différence, confirme Jean-Michel Cambot, fondateur de TellMePlus (solutions IA prédictives) et lauréat 2016 de EDF Pulse. Ils nous ont introduits auprès de Dalkia, ERDF, ou EDF EN pour faire des démos, dans un premier temps, puis pour engager des projets avec eux sur des sujets tels que la maintenance prédictive des bâtiments, des pompes à chaleur, etc. Jusqu'ici, il était difficile pour une start-up de notre niveau de trouver dans un grand groupe un interlocuteur capable de déterminer de tels projets, et surtout, de les suivre."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :