Alès, Montpellier, Nîmes et Sète amplifient leur coopération

 |   |  707  mots
L'accord a été signé par F. Commeinhes (Thau Agglo), P. Saurel (M3M), Y. Lachaud (Nîmes Métropole Agglomération) et M. Roustan (Alès Agglomération)
L'accord a été signé par F. Commeinhes (Thau Agglo), P. Saurel (M3M), Y. Lachaud (Nîmes Métropole Agglomération) et M. Roustan (Alès Agglomération) (Crédits : Edouard Hannoteaux)
Les présidents de la Métropole de Montpellier et des Agglos alésienne, nîmoise et sétoise ont signé, le 9 décembre à Castries (34), un accord pour approfondir leurs coopérations sur des sujets tels que le développement économique, la mobilité ou la culture. Mais aussi pour peser face à la Région.

Philippe Saurel, Max Roustan, Yvan Lachaud et François Commeinhes, respectivement présidents de Montpellier Méditerranée Métropole (M3M), d'Alès Agglomération, de Nîmes Métropole Agglomération et de Thau Agglo, étaient réunis au château de Castries (34), le 9 décembre, pour signer un accord visant à accentuer leurs coopérations sur divers sujets. Sans pour autant aller jusqu'à la création d'un pôle métropolitain (qui existe déjà entre les Agglos nîmoise et alésienne), par soucis de "ne pas créer une structure politique supplémentaire" ("nos directeurs de cabinets et directeurs généraux des services travaillent ensemble, c'est déjà bien assez", estime Yvan Lachaud).

"La naissance de la région Occitanie nous appelle à plus d'ambitions territoriales, explique Max Roustan. Il est important de se retrouver sur des dossiers communs, d'avoir des propositions à faire sur un territoire étendu, car nous avons des exigences et des possibilités."

Première convergence sur le design

Parmi les secteurs identifiés pour développer des projets communs figurent, entre autres, les suivants :

  • la santé, en privilégiant notamment le bien vieillir et la silver économie face aux enjeux du vieillissement de la population ;
  • le transport aérien, avec une mise en cohérence des aéroports de Montpellier et Nîmes ;
  • le transport ferroviaire, avec une position commune pour négocier avec la SNCF et la Région sur le renforcement des cadencements sur l'axe allant d'Alès à Sète ;
  • la voirie, avec une hiérarchisation des chantiers à venir sur les dix prochaines années ;
  • le tourisme, avec une synergie des agglos et des offices du tourisme pour capter le maximum de touristes à partir des flux de croisières sur le port de Sète, qui ambitionne par ailleurs de porter cette cible de 150 000 à 260 000 passagers d'ici 2020 ;
  • la culture, avec une planification commune des grandes manifestations et la mise en route de circuits thématiques.

« Nous aurons aussi l'obligation d'assurer la politique de la gestion de l'eau d'ici 2020, ce qui est un enjeu majeur pour l'agriculture », rajoute François Commeinhes à propos de la thématique eau.

Un premier dossier enregistre déjà une avancée concrète dans le cadre de ce rapprochement : le design. Alors que l'Université de Nîmes porte son propre projet en la matière, et la CCI de l'Hérault (ex CCI de Montpellier) le sien en liaison avec la Métropole, les deux...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2016 à 9:20 :
Voilà au moins 15 ans qu'à mon modeste niveau je pousse à ce rapprochement. Il est évident que les villes nommées forment désormais une vaste zone socio-économique. Il suffit de consulter les cartes régulièrement publiées par l'institut de géographie régionale pour s'en rendre compte. Ceci dit je tire un grand coup de chapeau à votre journal qui sait prendre des initiatives régulières visant à permettre aux acteurs régionaux de se rencontrer et d'échanger. J'assiste assez régulièrement à ces manifestations au cours desquelles j'apprends beaucoup. En l'état de ces nouveaux accords, il est sans doute utile de maintenir ces initiatives.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :