Naissance de liO, le nouveau service régional des transports

 |   |  578  mots
Carole Dela, entourée des élus du Conseil régional, dévoile le logo et le code couleur de liO
Carole Dela, entourée des élus du Conseil régional, dévoile le logo et le code couleur de liO (Crédits : Anthony Rey)
La présidente de Région, Carole Delga, a dévoilé, le 24 mai, le nom, les missions et les moyens alloués au nouveau service public régional des transports. Baptisé liO (lignes intermodales d'Occitanie), il se traduira notamment par 37 000 places par jour en plus sur le seul volet des TER régionaux.

Dans le prolongement d'une évolution législative qui a fait d'elle, en 2002, l'autorité organisatrice des transports ferroviaires régionaux, puis en 2017, l'autorité compétente en matière de transports scolaires et interurbains, la Région a dévoilé, le 24 mai, un nouveau service public régional des transports baptisé "lignes intermodales d'Occitanie": liO.

"Notre région connaît une forte démographie, et déjà une saturation sur ses axes ferroviaires. A ces deux enjeux s'ajoute la nécessité de sortir du tout-voiture. Nous devions donc mettre en place un service public permettant de relier efficacement les habitants d'Occitanie", commente la présidente Carole Delga.

Unification des tarifs

liO gèrera une offre de transport qui se décline en trois priorités :

  • Plus de trains, avec 37 000 places de TER en plus, sur les 500 trains en circulation par jour. Dans le détail : création d'une ligne Toulouse-Perpignan avec 12 TER par jour dès la fin 2018 ; augmentation de la fréquence sur Lunel-Sète avec 12 TER de plus en fin d'année 2019 ; augmentation du nombre de TER sur Toulouse-Montauban/Agen-Brive avec 28 trains en plus à la fin 2019 ; et 20 TER en plus également sur Toulouse-Tarbes-Pau à la même date.

Le volet ferrovaire implique également la mise en place d'une nouvelle gamme de tarifs, qui entrera en vigueur le 3 juillet. Les abonnements pour les salariés seront généralisés sur l'ensemble de la région, avec une option "Week-end" (sur les TER) pour les voyageurs fréquents, une carte pour les moins de 26 ans et une autre carte tout public pour les voyageurs moins fréquents, et la généralisation du TER à un euro (à concurrence de cinq millions de billets) pour les voyageurs ordinaires. A cela s'ajoute une offre avec tarification préférentielle pour les personnes en précarité (40 trajets gratuits par an).

De leur côté, les transports scolaires bénéficieront d'une tarification unifiée d'ici la fin du mandat (2021). Dès le mois de septembre 2018, un plafond de 90 € par an sera appliqué dans les départements de l'Hérault, de l'Aude, de l'Aveyron et du Tarn-et-Garonne pour les familles éligibles.

Plus de complémentarité entre bus et trains

  • Sur les transports routiers scolaires et interurbains, Carole Delga insiste sur la nécessité "de mettre en place une meilleure complémentarité bus/trains et de redéfinir des circuits de bus épousant les bassins de vie et non pas les frontières administratives des départements". Cet effort d'harmonisation se traduit notamment par la fusion des lignes Région/Département sur Montpellier-Millau (8 allers-retours par jour) et sur Millau-Saint-Affrique au 1er juillet 2018 ; la création de deux lignes Montauban-Castelsarrasin (29 a-r par jour) et Montauban-Moissac-Lamagistère dès la rentrée 2018, etc.
  • Un effort particulier sur les pôles d'échange multimodal (PEM) car la Région veut "proposer une modalité porte à porte en articulant les différents modes de transport", selon Carole Delga. Une enveloppe de 25 M€ a été budgétée, avec une soixantaine de projets recensés en Occitanie par le Conseil régional. Pour les PEM routiers, un plan de soutien sera voté en juin 2018, les premiers projets aidés étant ceux de Gignac (34) et de Pézenas (34).

En Occitanie, on recense plus de 20 millions de voyageurs sur le réseau autocar TER par an, 66 000 voyageurs par TER quotidiens, et 150 000 élèves transportés tous les jours. Le Conseil régional a décidé d'investir 4 Mds € sur sa politique de transports d'ici 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2018 à 20:46 :
Bonsoir, bravo pour ces initiatives Montauban/Moissac/ Castelsarrasin. Toutefois, je ne vois encore et toujours rien Toulouse/ Blagnac/ VERDUN SUR GARONNE, " banlieue " d' Airbus et Montauban, sans aucun moyen de transports sur place. Quel désespoir!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :