Perpignan teste les trottinettes électriques

 |   |  476  mots
Le parc, composé à ce jour de 70 unités, est amené à se développer au rythme de la demande, selon la CUB de Perpignan
Le parc, composé à ce jour de 70 unités, est amené à se développer au rythme de la demande, selon la CUB de Perpignan (Crédits : Vectalia)
Vectalia, opérateur de transport public de voyageurs, exploitant du réseau Sankéo pour le compte de la communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (36 communes), a présenté le 17 juin, son nouveau service de location de trottinettes et vélos électriques, appelé à se développer.

Perpignan se met à l'heure de la trottinette électrique. Le 17 juin, la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée Métropole (36 communes), représentée par Daniel Mach, vice-président délégué aux mobilités et maire de Pollestres (66), a officiellement présenté le nouveau service de trottinettes électriques déployées depuis peu dans la ville catalane. Ce mode de déplacement personnel motorisé, "dans l'air du temps", vient compléter l'offre de vélos électriques proposés depuis 2012 (voir ci-dessous).

Actuellement au nombre de dix, ces trottinettes électriques sont disponibles sur abonnement mensuel ou trimestriel : 25 € pour un mois, 60 € pour trois mois. Pour s'assurer de leur "bonne utilisation", Vectalia exige une caution de 500 € à chaque utilisateur-loueur. A travers la location longue durée, "l'idée est de permettre aux utilisateurs de se familiariser avec ce mode de déplacement urbain avant, éventuellement, de se lancer dans un achat", explique Daniel Mach.

"Les tarifs de location sont très accessibles. Le but n'étant pas de faire des recettes, mais d'appuyer la mobilité verte avec comme objectif de réduire le nombre de voitures dans le centre-ville de Perpignan", poursuit l'édile catalan.

Des trottinettes allemandes

Selon l'engouement que suscitera ce nouveau service, des investissements seront réalisés afin d'augmenter le parc, composé à ce jour de 70 unités. « Nous sommes sans limites en terme de nombre », s'enthousiasme Daniel Mach, qui cite en exemple des villes comme Rennes ou encore Niort, où le déploiement de trottinettes électriques a connu un vif succès.

Toutefois, alors que le gouvernement prépare pour la rentrée de septembre 2019 une nouvelle règlementation permettant de sécuriser l'utilisation des trottinettes électriques dans l'espace public, l'élu préfère rester prudent quant aux objectifs de développement de ce nouveau service.

Les trottinettes sont fabriquées et assemblées en Allemagne par Walberg Urban Electrics. Leur coût total : 15 000 €. Présentées comme "robustes", elles ont une autonomie de 30 km et une vitesse maximale de 25km/h. Côté pratique, elles sont pliables et pèsent 17 kg.

Les machines sont fournies avec un kit d'utilisation, comprenant un gilet de sécurité, un câble de rechargement et un antivol. Trois box de stationnement seront mis à disposition des utilisateurs, notamment au niveau de la gare et du campus Mailly au centre historique.

60 vélos électriques

Depuis 2012, des vélos à assistance électrique (VAE) sont déployés dans la ville. Avec l'arrivée de la trottinette électrique et "pour s'adapter à la demande", le parc de VAE a été augmenté, passant de 10 à 60 unités.

Fabriqués et assemblés dans l'Ouest de la France par la société Arcade, ces vélos représentent un investissement de 60 000 € de la part de la Communauté Urbaine, précise Daniel Mach. De moins en moins populaires, les vélos traditionnels sont quant à eux au nombre de 30.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :