Pourquoi l’agence de développement économique de Nîmes Métropole va disparaître

 |  | 826 mots
Lecture 4 min.
Nîmes Métropole ne renouvèlera pas pour 2021, sa subvention à OpeNîmes.
Nîmes Métropole ne renouvèlera pas pour 2021, sa subvention à OpeNîmes. (Crédits : DR)
OpeNîmes, l'agence de développement économique de l'agglomération nîmoise, n’a installé que 31 entreprises en quatre ans, avec un budget annuel d’un million d’euros... Le nouvel exécutif à la tête de l’agglomération nîmoise, dirigé par Franck Proust, veut en finir avec les entrées multiples pour les entreprises.

Ubuesque ! Alors que 37 personnes ont pris part à l'assemblée générale d'OpeNîmes, l'agence de développement économique de la Nîmes Métropole, personne n'est en mesure de dire si la résolution portant sur l'approbation budgétaire 2020 (!) a été ou non validée par l'assemblée dix jours après le vote.

"Je ne sais même pas comment il est possible de présenter un budget prévisionnel à une date où tous les crédits sont déjà engagés", confie un participant à l'assemblée générale de cette association, censée être le bras armé de Nîmes Métropole en matière de développement économique.

"Le budget n'est pas un enjeu. Un conseil d'orientation (en fait un directoire, NDLR) est prévu le 16 décembre avec les membres pour organiser la dissolution de l'association et l'intégration des compétences dans Nîmes Métropole", évacue pour sa part l'agglomération.

"Personne ne sait qui fait quoi..."

Présidée par Michel Mathieu, directeur général du Crédit Lyonnais, l'agence OpeNîmes, qui emploie cinq personnes, promet donc d'être prochainement liquidée, le nouvel exécutif présidé par Franck Proust (LR) souhaitant en finir avec les entrées multiples pour les entreprises.

Interrogé, Olivier Fabregoul, vice-président en charge du développement économique, n'a pas souhaité se prononcer sur la question du sort de l'agence de développement économique. Il a en revanche, selon nos informations, voté contre ce budget, comme l'ensemble des élus de la collectivité.

"Personne ne sait qui fait quoi entre le service de développement économique de l'agglomération, l'agence Openîmes et le service de marketing territorial, confiaient, même sous l'ère Yvan Lachaud (président de Nîmes Métropole de 2014 à 2020), différents cadres de l'agglomération. Quant au président d'OpeNîmes, peu de gens le connaissent. Il doit être très occupé par ses fonctions professionnelles. On se demande bien ce qu'il est venu faire ici."

"Le développement économique, ça s'inscrit sur le temps long"

De fait, lors de sa prochaine réunion, Nîmes Métropole ne renouvèlera pas pour 2021, sa subvention à OpeNîmes, laquelle s'élevait à 400.000 euros en 2020 et 855.000 euros en 2019. Ainsi, l'agence qui disposait jusqu'à cette année doublement particulière (Covid-19 et élections municipales obligent) d'un million d'euros de budget, n'a permis que 31 installations d'entreprises entre 2016 et 2019 (8 par an !). En sus, certaines de ces installations concernent des sociétés déjà présentes sur le territoire...

Selon le bilan de l'année 2019, seulement quatre entreprises (10 emplois) ont été installées grâce à l'agence et son million d'euros de budget...

"Le président d'OpeNîmes n'était pas fier à l'heure de présenter ce bilan mais il a vite compris que la réunion allait tourner au règlement de compte politique. Par ailleurs, et il ne faut pas l'oublier, l'agence avait changé de directeur en 2019, et un autre cadre est parti. Or, le développement économique, ça s'inscrit sur le temps long", confie un participant.

"Ça ne donne pas envie de faire du bénévolat"

Lors de cette réunion, les échanges ont parfois été vifs. Trop, aux yeux de certains.

"Ce n'était clairement pas le lieu, juge l'un des invités. Je me mets à la place des chefs d'entreprises présents. Ça ne donne pas vraiment envie de faire du bénévolat."

Malgré une année 2020 meilleure que toutes les autres, avec soixante emplois créés dont 50 dans le secteur de la santé par le biais de l'agence, il reste d'importants ratés.

"Cette agence, c'est le jackpot des Prud'hommes, relève un élu. Une directrice n'était restée que quelques mois et a empoché plus de 100.000 euros. Quant à l'ancien directeur qui a été licencié, la somme provisionnée n'est pas adaptée, si la justice devait pleinement donner raison à sa contestation devant le tribunal."

Quid du sort des cinq salariés de l'agence une fois celle-ci liquidée ? "A cette heure, rien n'est arrêté", confie un observateur.

Changement à la tête de l'Open Tourisme Lab

A l'heure où la collectivité cherche à faire des économies, la rationalisation observée ici ne devrait toutefois pas toucher l'ensemble des structures satellites de Nîmes Métropole. Ainsi, l'accélérateur d'entreprises Open Tourisme Lab devrait survivre au changement d'exécutif.

Un changement de présidence est cependant envisagé. Un nom est avancé pour succéder au promoteur immobilier Alain Penchinat, le président du groupe Les Villégiales : celui de l'omniprésent David Tebib (président de l'entreprise FTP Labo, président de l'Usam, président par intérim de la Ligue nationale de handball et président de l'Union des clubs professionnels de ce sport, et ancien président du BIC Innov'up), candidat malheureux aux élections municipales de Nîmes (5,39% des voix) et soutien au second tour du maire réélu Jean-Paul Fournier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :